LA DIPLOMATIQUE D'ABIDJAN - Contenu
Armand Tanoh

Armand Tanoh

Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Le ministère ivoirien du Commerce dément toute présence de riz "plastique" ou toxique en Côte d’Ivoire dénonçant de " fausses rumeurs tendancieuses" qui tendent à mettre en mal le marché, rapporte l'AIP. Des rumeurs de riz plastiques ont fait le tour de la toile après la diffusion d’une vidéo sur les réseaux sociaux faisant état de la présence de riz plastiques sur le marché ivoirien en provenance de pays asiatiques.

" A ce jour, aucune de ces allégations de riz en plastique n’a été découvert sur le territoire en Côte d’Ivoire et sur le marché du riz en Côte d’Ivoire " a affirmé, mardi, le directeur général du commerce intérieur, Aimé Koizan précisant que des contrôles systématiques sont effectués pour tout type de riz importé en Côte d’Ivoire.

Selon M.Koizan, toutes les marques incriminées dans les réseaux sociaux ont fait l’objet d’un contrôle signalant que certains ont fait même l’objet de mesures conservatoires afin de mener les enquêtes. "L’ensemble de ces contrôles, surtout ceux effectués systématiquement sur chacune des cargaisons de riz importés en Côte d’Ivoire donne lieu à une autorisation de mise à la consommation délivrée par les services compétents du ministère du Commerce", a-t-il rassuré.

M. Koizan a, par ailleurs, invité les associations de consommateurs à mettre à la disposition du ministère tout échantillon de "riz douteux". "Nous invitons l’ensemble des populations ivoiriennes à plus de vigilance et à saisir immédiatement le ministère en cas d’anomalies constaté sur la qualité des produits en vente sur les marchés", a-t-il souhaité. Le directeur général du commerce intérieur a réitéré l’engagement de l’Etat à protéger les consommateurs et à renforcer la surveillance du marché. Il a exhorté cependant les animateurs des réseaux sociaux à ne pas alarmer les populations avec les fausses rumeurs qui sont punies par la loi.

Comment

Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Hi a annoncé lundi à Abidjan, que son pays projette investir plus de 2.000 milliards Fcfa en Côte d’Ivoire dans dix projets dont la rénovation du port de la capitale économique ivoirienne et la construction d’une cité universitaire, lors d’un point de presse.

" Cet investissement de 5 milliards US soit 2.900 milliards Fcfa concerne une dizaine de projets de coopération dont la rénovation du port d’Abidjan et la construction d’une cité universitaire", a déclaré M. Wang.

La Chine, à travers des "coopérations stratégiques va "aider" les pays africains qui aspirent au développement, à "atteindre cet objectif", a-t-il promis.

"L’Afrique est un continent d’espoir et la Chine se tiendra toujours aux côtés des pays africains pour les aider à réaliser leur rêve et leur offrir un avenir plus radieux", a relevé le ministre chinois des Affaires étrangères.

Le ministre ivoirien de l’Intégration Ally Coulibaly, a pour sa part indiqué que cet investissement va permettre de "développer les infrastructures routières, terrestres, maritimes" en Côte d’Ivoire.

Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Hi est arrivé dimanche à Abidjan, dernière étape d’une tournée qu’il entreprend dans les pays africains.

Source Alerte Info

Comment

 

Les manifestations des ex-soldats rebelles à Bouaké et Korhogo, villes du centre et du nord de la Côte d’Ivoire dégénèrent. Trois “démobilisés”, comme ils se font appeler, ont été tués par des éléments de la police.

Ces morts résultent d’affrontements entre policiers et ex-rebelles démobilisés qui bloquaient l’entrée de la ville, réclamant des primes similaires à celles des mutins qui ont ébranlé la Côte d’Ivoire la semaine dernière, a constaté un journaliste de l’AFPTrois autres anciens combattants ont par ailleurs été blessés. Les victimes ont été conduites au Centre hospitalier urbain de Bouaké.

Estimés à plus de 6 000, les “démobilisés” font partie des soldats qui ont porté Alassane Ouattara au pouvoir lors de la crise postélectorale qui l’opposait à l’ancien président Laurent Gbagbo. Au-delà des primes, ces anciens membres de la rébellion ivoirienne exigent d‘être réintégrés dans les corps militaires et paramilitaires ou encore dans l’administration publique. 

Lundi, ils avaient tout simplement balayé l’annonce de réalisation de projets faite par la ministre ivoirienne de la Solidarité, Mariatou Koné.

Comment

Le président de l’Union des chefs et notables burkinabé de Côte d’Ivoire (UCNBCI), Naba Oho, a rencontré ses ressortissants vivant dans le département de Biankouma.

Lors de la cérémonie qui se déroulait, samedi, sur l’esplanade de la mairie, le porte parole du Naaba national a précisé que le chef de la communauté burkinabé à Biankouma est le Naaba Diko Abdoulaye et le Naaba Missiriyamba Salif, 6e Adjoint au Naaba national chargé de la culture, le représentant du Naaba Wobgo chargé de la région du Tonkpi.

Cette précision met fin à la longue crise qui a divisé les burkinabé de Biankouma à propos de leur chef de communauté.

Le Mogho Naaba Wobgo a également précisé que la structure qu’il dirige ne choisit pas et n’impose pas de chef mais que ce sont les burkinabé réunis en communauté dans une localité qui se choisissent leur chef et la structure du Naaba Wobgo l’entérine.

Il a remercié les autorités de Biankouma pour l’accueil et conseillé aux burkinabé vivant dans le département de respecter les lois de la Côte d’Ivoire, de respecter les us et coutumes des leurs hôtes pour la paix et la cohésion sociale et a demandé à ses parents de déclarer les naissances de leurs enfants et de les inscrire à l’école.

Il leur a formellement déconseillé l’utilisation des enfants dans les champs de cacao et de café car, dit-il, leur place est à l’école. Les burkinabés de Biankouma doivent se faire identifier et obtenir la carte consulaire pour éviter les tracasseries sur les routes ivoiriennes. Enfin, il faut lutter pour la promotion de la femme burkinabé. Aussi, les a-t-il félicitées et leur a offert 300 000 FCFA.

Quant à Aliali Ndri, sous préfet de Biankouma représentant le préfet, il a invité la communauté burkinabé au respect des lois ivoiriennes. Il leur a demandé de vivre dans la paix et la cohésion sociale en ayant de bons rapports avec les populations Dan du département.Il les à invités à se rapprocher des comités villageois de règlement des conflits fonciers pour maintenir la paix et la cohésion sociale dans le département.

Comment

 Le chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara, sollicite le soutien de la Chine à la candidature de son pays au poste de membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies pour la période 2018- 2019.

M. Ouattara l’a fait savoir lors d’un entretien avec le ministre chinois des Affaires Étrangères, Wang Yi, lundi au palais présidentiel, à  Abidjan Plateau. Le chef de l’exécutif ivoirien a souhaité, par ailleurs, le renforcement de la coopération bilatérale entre la Côte d’Ivoire et la Chine.

Une collaboration que le ministre chinois des Affaires Étrangères a tenu à saluer, rappelant notamment les bonnes relations entre les deux pays, avec à la clé 10 grands projets de coopération d’une valeur de 1250 milliards de francs CFA en cours de réalisation.

L’émissaire chinois a affirmé la ferme intention de son pays d’être aux côtés de la Côte d’Ivoire, des pays africains et des nations en voie de développement. M. Wang Yi a entamé dimanche à Abidjan, une visite de travail et d’amitié de 48 heures.

Comment

Le Forum des entreprises de Côte d’Ivoire (FCE-CI) appelle les ivoiriens au sens de la responsabilité et à l’esprit civique à travers une déclaration dont l’AIP a reçu copie, lundi. Cette note a été éditée suite aux mouvements de mutins et des grèves de fonctionnaires qui ont déclenché depuis le mois janvier 2017.

« Le Forum des Chefs d’Entreprises de Côte d’Ivoire (FCE-CI) qui œuvre au développement de la Côte d’Ivoire, appelle les ivoiriens au sens de responsabilité de tous et à l’esprit civique de chacun », indique la note, exhortant le gouvernement à continuer de privilégier le dialogue. Le FCE-CI a également réitéré sa volonté d’aider au règlement pacifique de toutes les crises par le dialogue tout en remerciant  les entreprises de Côte d’Ivoire pour leur patience face à l’épreuve douloureuse des récentes mutineries.

Pour les chefs d’entreprises, il est plus nécessaire de préserver le climat de paix et privilégier le dialogue national pour sauver les acquis encore « fragiles » de l’économie ivoirienne et des vies, a souligné le document.

Comment

 A l’occasion de la commémoration, ce lundi, de la Journée internationale de la diversité biologique ou biodiversité, la Côte d’Ivoire, par la voix de la ministre de la Salubrité, de l’Environnement et du Développement durable, Anne Désirée Ouloto, informe et sensibilise l’ensemble des populations sur les enjeux de sa sauvegarde.

« La diversité du vivant est l’une des caractéristiques phares de la terre, cette planète multiséculaire qui nous héberge. Cependant, la croissance démographique, le prélèvement excessif sur les stocks de ressources vivantes, la fragmentation des écosystèmes, la pollution des matrices environnementales (eau, air, sol) dégradent cette biodiversité à un niveau tel que plusieurs scientifiques évoquent cette situation comme étant celle de la 6ème phase d’extinction de la vie sur terre », observe-t-elle dans le message du Gouvernement.

Le thème de cette année, ‘Biodiversité et tourisme durable’, « rappelle à chacun de nous, citoyen, entrepreneur privé, concepteur des politiques publiques, écologiste et écologue, que la biodiversité est un maillon fort de l’économie touristique. Elle fournit gratuitement des services et des biens abondamment exploités par le secteur du tourisme », souligne la ministre.

A titre d’exemple, elle cite les paysages façonnés par les écosystèmes et habitats, qui assurent l’attractivité d’une destination ; la gastronomie inévitable lors des agapes, qui repose à 99% sur des éléments de la biodiversité; le bois et autres matériaux de construction ; les produits d’accueil, dont les savons, shampoings, serviettes et essences, fabriqués à partir de plantes.

Estimant que la réduction de ces services éco systémiques, du fait de l’érosion de la biodiversité, causera la disparition d’activités touristiques et renchérira de nombreux produits de ce secteur économique, la ministre préconise une stratégie reposant sur trois piliers.

Le premier pilier est relatif à l’amélioration des lignes directrices pour la prise en compte de la biodiversité dans la procédure d’étude d’impact des projets de développement. Eviter, réduire et compenser les pertes de biodiversité, en constitue le triptyque fondamental.

Le second pilier concerne l’implantation systématique des comités de développement durable, au sein des entreprises de service touristique, pour favoriser la diffusion de bonnes pratiques de services touristiques.

Enfin, le dernier pilier vise à poursuivre les efforts d’information et de sensibilisation pour constituer la masse critique de consommateurs responsables tel que préconisé par la stratégie de développement durable.

« Nous avons les atouts pour promouvoir un tourisme durable. J’invite donc chacun de nous à prendre toute sa part de responsabilité en vue de consolider l’avènement d’un tourisme, ami de la biodiversité », conclut-elle.

Comment

La fondation internationale Marinette Kpao (FIMAK) et la société Ukrainienne The Certified IT Asset Manager CITAM ont procédé lundi, à une signature d’un partenariat s’inscrivant dans le cadre de la lutte contre la pauvreté en Côte d’Ivoire, au siège de la Fondation à Yopougon (Abidjan Nord), annonce l'AIP.

La présidente de la fondation FIMAK, Marinette Kpao a expliqué que ce partenariat sera bénéfique pour les populations qui réaliseront des projets génératrices de revenus à travers des  financements qui leur seront octroyés, dans le courant 2018/2020.

Le représentant de la structure Ukrainienne, Georges Berçât, s’est félicité de ce partenariat qui envisage de réduire la pauvreté dans les zones Ouest de la Côte d’Ivoire, précisément dans les villes, les villages et hameaux du département de Bloléquin, dans la région de Cavally où intervient déjà la fondation et également à travers tout le pays.

« Nous allons aider la fondation à créer des emplois dans le domaine de la riziculture, de la culture maraîchère et dans le système de marketing  réseaux », a-t-il expliqué.

La Fondation Internationale Marinette Kpao, une structure caritative a offert en novembre 2016 un foyer des jeunes au village de Kébouébo dans le département de Bloléquin et un arbre de Noël aux enfants du département en décembre, apprend-on.

Comment

La levée de corps de l’ex-combattant, Issouf Diawara, décédé des suites de ses blessures par balles reçues des mutins le 13 mai, s’est terminée dans des échauffourées, lundi, à Bouaké, en présence de la ministre de la Solidarité, de la Femme et de la protection de l’Enfant, Mariétou Koné, venue apporter la compassion du gouvernement et de la Nation à la famille et aux amis du défunt, rapporte l'AIP.

Le cours normal de la cérémonie débutée aux environs de 10H00, a été interrompu par des murmures et cris au moment où la ministre présentait les compassions du gouvernement et la  proposition du Chef de l’Etat pour les démobilisés.

«Le président Ouattara me charge de vous dire qu’il y a un fonds spécial qui est mis en place pour les démobilisés. Si vous vous mettez en groupe, parce que la violence ne sert à rien, chacun pourrait bénéficier», déclarait-elle lorsqu’elle a été interrompue par des démobilisés apparemment non content d’entendre ces promesses.

Leur porte-parole adjoint, Ouattara Amadou, déclarait avant la ministre que les démobilisés n’ont rien contre le gouvernement mais demandent à avoir un meilleur traitement parce qu’ils ont combattu au prix de la vie de certains de leurs camarades.

M. Ouattara et les autres leaders des ex-combattants n’ayant pu les calmer,  démobilisés mécontents ont fermé le grand portail de la cour de la morgue pendant quelques minutes.

Après le départ de la ministre Mariétou Koné et des autorités locales sous escorte des forces de défense et de sécurité, les ex-combattants ont fait une procession avec le corps de leur camarade à travers la voie principale de la ville en perturbant la circulation pendant plus d’une heure. Ensuite, ils ont bloqué le corridor sud.

Comment

L’Assemblée du conseil des marocains résidents en Côte d’Ivoire (ACMRCI) a offert des bons d’achats d’une valeur de 100 000 FCFA à 38 familles,  en vue de les accompagner lors du mois « sacré » de Ramadan.

Ces dons ont été remis grâce à l’aide de sponsors  et de bienfaiteurs ayant requis l’anonymat, en présence de l’Ambassadeur du Maroc en Côte d’Ivoire Abdelmalek Kettani, qui a félicité l’Association pour cette  initiative de partage et de communion multiculturelle.

L’ACMRCI est une association présidée par  Ouazzani Chahdi ayant pour but de contribuer au bien être et au développement des intérêts de la communauté marocaine en Côte d’Ivoire. Elle organise, dans ce cadre, des activités sociales, culturelles, sportives et de formation.

Comment