LA DIPLOMATIQUE D'ABIDJAN - Contenu
Armand Tanoh

Armand Tanoh

Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Le ministre de la Fonction publique et de la Modernisation de l’administration, Pascal Abinan conduira une mission du 05 au 09 juin prochain au Cap Vert afin de s’inspirer et de s’enrichir des expériences de ce pays en matière de réformes et de gestion des services publics, selon une note transmise à l’AIP.
Au cours de son séjour, le Ministre et sa délégation participeront à une série de rencontres organisées à leur intention. Ces rencontres visent à faire partager et à approfondir les méthodes de travail en rapport avec les techniques et solutions organisationnelles telles qu’elles s’observent au sein des institutions et administrations publiques du Cap Vert, précise-t-on.
La  Côte d’Ivoire est engagée dans un important processus de réformes pour davantage moderniser son administration en vue d’améliorer la gestion des services publics et la qualité des prestations offertes aux usagers, note-t-on.

Comment

Invité de la tribune du Forum des directeurs de publication de Côte d’Ivoire (Fordpci), le président du Conseil régional du Sud-Comoé, Dr Eugène Aka Aouélé a annoncé mardi, à Cocody, la mise en place d’un grand projet de développement pour sa région dénommé « Sud-Comoé Invest ».

Selon lui, ce projet, qui coûtera un milliard de francs CFA, permettra de doter la région d’une zone industrielle, de réaliser de nombreuses infrastructures sociales et de créer de nombreux emplois, précisant que ce projet sera le symbole du développement du Sud-Comoé et pourquoi pas de la Côte d’Ivoire.

Le conférencier qui se prononçait sur le thème : «  Le Sud Comoé dans une Côte d’Ivoire émergente à l’horizon 2020 : atouts et perspectives » a, par ailleurs, présenté les atouts et les potentialités de la région et les nombreux chantiers déjà entrepris par son conseil notamment la construction de plusieurs établissements scolaires et sanitaires.

La tribune du Fordpci est un cadre qui permet à des leaders d’opinion d’échanger avec la presse sur des sujets importants de la société.

Comment

Les pompiers du Centre de secours d’urgence (CSU) de San Pedro n’arrivent plus à secourir les populations en détresse depuis plus d’une semaine, faute de carburant a répondu mardi à l’AIP le commandant, le Sergent-chef Koné Kassoum.

En dépit des nombreux appels des populations de San Pedro en situation de danger, sollicitant le secours des pompiers du CSU, ceux-ci « la mort dans l’âme » sont au regret de leur répondre que depuis le lundi 22 mai, ils sont dans l’incapacité de porter secours parce qu’il n’y a « plus de carburant pour les véhicules », annonce l'AIP.

Joint au téléphone par l’AIP, M. Koné  a expliqué qu’habituellement « c’est le Conseil régional de San Pedro qui a la charge de notre dotation en carburant, aidé d’autres bonnes volontés», mais souligne-t-il, « depuis le 22 mai, en dépit de nos sollicitations auprès du conseil régional et d’autres rien n’a été fait jusqu’à ce jour ».

Le préfet de région saisi a également, selon le Cdt Koné, interpellé en vain tous ceux qui aidaient habituellement le CSU en carburant. Les pompiers lancent un appel de détresse pour que quelque chose soit fait au plus vite, afin de sauver des vies humaines.

L’appel au secours du CSU de San Pedro est devenu maintenant, après deux ans d’existence, un réflexe pour les populations. Du 1erjanvier au 31 Mars 2017, le CSU a réalisé 302 interventions pour secourir 333 victimes dont 271 de sexe masculin et 62 de sexe féminin.

Comment

 « The Design Market » (marché du design), un événement saisonnier pour célébrer et promouvoir les designers contemporains Africains, ouvre ses portes, samedi et dimanche, à Abidjan.

‘’The Design Market’’ est une nouvelle exposition haut de gamme qui présentera des designers talentueux, des artistes et des créateurs de tout le continent Africain, indiquent les initiateurs dans un communiqué rendu public.

Les visiteurs de cette première édition du marché auront l’occasion de rencontrer et d’acheter directement auprès de grands designers de toute l’Afrique, de découvrir des produits uniques et de soutenir leurs économies locales. Cette exposition-vente inédite aura lieu à l’espace Office 101, un centre d’affaires et d’événements situé dans la commune de Cocody.

Outre une expérience de shopping exclusive, ‘’The Design Market’’ sera un événement à forte dimension communautaire avec de la musique, des échanges culturels et une large sélection de spécialités locales et de boissons 100% made in Côte d’Ivoire.

‘’The Design Market’’ est un événement organisé par Dabira, une plateforme fondée et dirigée par Charlotte Ashamu, spécialiste du développement économique et lauréate du prix Mo Ibrahim Leadership, décerné chaque année par le milliardaire Mo Ibrahim.

« Nous voulons présenter les talents du continent. Nos objectifs sont d’aider les créateurs Africains et les petites entreprises locales de l’industrie créative à se développer, d’injecter de l’argent dans les économies locales et régionales et de montrer au monde que des produits impressionnants et de qualité sont fabriqués en Afrique », a déclaré la directrice de Dabira, Charlotte Ashamu.

The Design Market mettra en vedette une sélection de designers et de produits de haute qualité allant de la mode, au décor de la maison en passant par les bijoux. Au total, plus de dix designers émergents et établis de cinq pays Africains présenteront leur travail.

Les visiteurs auront également la possibilité de découvrir des spécialités et des boissons, du café aux fruits naturels, fabriqués localement en Côte d’Ivoire. Les entrepreneurs de la restauration qui seront présents, incluent Ivory Blue, Couleur Café et Nuage de Douceurs.

AIP

Comment

Mesmin Komoé, actuel vice-président de la Mutuelle générale des fonctionnaires et agents de l’Etat de Côte d’Ivoire (Mugefci) annonce sa candidature à la présidence du conseil d’administration de cette mutuelle.

Lors d’une conférence de presse, mercredi, à la cathédrale Saint Paul d’Abidjan, M. Mesmin, par ailleurs secrétaire général du Mouvement des instituteurs pour la défense de leurs droits (MIDD), a révélé que le lancement de la campagne aura lieu le 07 juin, au cours d’une cérémonie populaire.

S’agissant de ses atouts pour remporter ces élections, Mesmin Komoé dit avoir le soutien de la quasi-totalité (80%) des organisations les plus significatives et représentatives des fonctionnaires en activité ou à la retraite, « dans la nécessité d’un changement dans la continuité ».

Il évoluera sous le couvert du groupe « Solidarité-Egalité », renfermant des fonctionnaires compétents, expérimentés qui ont fait et continuent de faire leurs preuves dans la lutte pour le bien-être des populations et qui œuvrera pour l’accélération  des efforts d’innovation afin de répondre solidairement aux nouveaux besoins des adhérents.

En cas de victoire à la tête de la Mugefci pour un mandat de quatre ans, Mesmin Komoé remplacera à ce poste Soro Mamadou avec qui, il avait constitué le groupe « Solidarité-Espoir » pour remporter le scrutin de 2013, a-t-on appris du conférencier.

"Changement"

Mesmin Komoé estime qu’il est nécessaire que le changement à la tête de cette structure s’opère dans la continuité.

Il a expliqué mercredi lors d’une conférence de presse à Abidjan, que le changement doit intervenir dans la continuité pour perpétuer les grands chantiers amorcés, au regard surtout d’un accord conclu entre les membres d’un même groupe, en l’occurrence la liste Solidarité-Egalité.

« Quand on sait que le mandat d’administrateur ne peut se renouveler qu’une seule fois, cette année doit obligatoirement sonner l’alternance », a-t-il déclaré, en allusion au président sortant, Soro Mamadou. « Aucun administrateur ne peut exercer plus de deux mandats consécutifs ou non », a-t-il insisté.

Mesmin Komoé affirme qu’il évoluera sous le couvert du groupe Solidarité-Egalité, comprenant des fonctionnaires compétents, expérimentés qui ont fait et continuent de faire leurs preuves dans la lutte pour le bien-être des populations et qui œuvrera pour l’accélération  des efforts d’innovation afin de répondre solidairement aux nouveaux besoins des adhérents. La dernière élection à la tête de la MUGEFCI a eu lieu en 2013.

Comment

L’ambassadeur de la Tunisie en Côte d’Ivoire, Mohamed Nawfel Labidi, a exprimé sa satisfaction quant aux rapports bilatéraux entre les pays au cours d’une visite à la direction de l’Agence Ivoirienne Presse (AIP).

« C’est une visite de courtoisie pour informer de l’état des relations entre les deux pays. L’objectif de cette rencontre est d’intensifier les rapports bilatéraux riches et forts de plus d’une quinzaine d’accords dans plusieurs domaines notamment l’éducation, l’investissement et du transport », a indiqué M. Labidi.

« Le cadre juridique est bien étoffé entre les deux pays et l’échange de visites intenses sont excellents depuis l’indépendance », a-t-il ajouté.

SEM Labidi a donné l’information de l’installation prochaine de deux nouvelles entreprises tunisiennes en Côte d’Ivoire et qui vont créer de l’emploi pour les nationaux.

Un partenariat entre l’AIP et la TAP « enclenché »

L’ambassadeur de la Tunisie en Côte d’Ivoire, Mohamed Nawfel Labidi et la directrice centrale de l’AIP, Mme Barry Sana Oumou, au siège de l’agence au Plateau, le mercredi 31 mai 2017.

Un partenariat entre l’Agence Ivoirienne Presse (AIP) et Tunis Afrique Presse (TAP) est « enclenché », a annoncé la directrice centrale de l’AIP, Mme Barry Sana Oumou, à la fin de cette visite de l’ambassadeur de la Tunisie en Côte d’Ivoire, Mohamed Nawfel Labidi. « Je suis très heureuse de cette visite et nous sommes honorés avec ce partenariat qui est enclenché. Il est important pour nous d’avoir des informations d’agence sur la Tunisie et vice-versa », s’est réjouie Mme Sana.

Se félicitant de cette visite de l’ambassadeur de la Tunisie en Côte d’Ivoire qui est « une première à l’AIP », la directrice centrale a exprimé son souhait de voir ce partenariat aboutir.

« Il est important pour nous d’accroître ce genre de partenariat qui va permettre à nos journalistes une immersion professionnelle internationale afin de renforcer leurs capacités pratiques en se confrontant à d’autres expériences », a-t-elle justifié.

Le diplomate, pour sa part, a déploré le manque d’accord dans le domaine de la presse entre les deux pays. « En matière de presse, il n’y a presque rien. Il y a un manque à combler. C’est un domaine si stratégique pour les relations bilatérales, pour s’informer de ce qui se passe dans les deux pays. Il y a une grande possibilité pour coopérer. », a relevé M. Labidi.

L’ambassadeur de la Tunisie en Côte d’Ivoire a indiqué que « pour donner des informations justes et précises, seules les agences de presse peuvent le faire. Les agences de presse montrent le vrai travail du gouvernement ».

Il a aussi émis un projet de visite à Tunis dans le cadre de la coopération entre l’AIP et la TAP.

SEM Mohamed Nawfel Labidi a présenté ses lettres de créance en qualité Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République Tunisienne, au Président de la République, S.E.M. Alassane Ouattara, le 22 décembre 2016.

Comment

L’Union économique et monétaire Ouest africaine finance depuis plus de trois ans, la réalisation de 38 projets de développement pour un montant de 78 milliards CFA au bénéfice de la Côte d’Ivoire, a confié mercredi, lors d’une réunion de coordination à Yamoussoukro, le Conseiller technique du représentant résident de la Commission de l’UEMOA en Côte d’Ivoire, Andrien Hognon Kohoué, soulignant une avancée significative des projets et programmes exécutés dans le pays.

« A ce jour, plus de 48 milliards FCFA représentant 60 % ont été décaissés par la Commission de l’UEMOA sur le montant global prévu », a déclaré le conseiller technique de la Commission de l’UEMOA en Côte d’Ivoire, Andrien Hognon Kohoué  sur les projets et programmes communautaires qui concerne prioritairement, la sécurité alimentaire, les infrastructures, la gestion de l’environnement, les ressources humaines, et le développement de partenariat public-privé.

Andrien Kohoué a indiqué que les actes pris au sein des pays, sont à 100 % mis en œuvre. « Au niveau des reformes, les directives, les règlements et décisions de l’UEMOA, qui balisent comment doit se faire le développement, 58 % de ce qui est transposé dans les pays sont mis en œuvre», a-t-il dit.

Le Représentant résident de la commission de l’UEMOA en Côte d’Ivoire, Jean Gustave Sanon, dressant l’état d’avancement « satisfaisant » des projets et programmes communautaires  a toutefois souligné des difficultés dans la mise en œuvre.

Selon Jean Gustave Sanon, les principales difficultés sont liées aux retards dans la délivrance des avis de non-objection, la faible capacité des PME dans la réalisation des projets, le faible taux d’absorption des ressources mises à disposition par la commission de l’UEMOA pour la réalisation de certains projets.

Il a ajouté que la non-pertinence des évaluations ex-ante des projets communautaires, l’absence de manuel de procédures pour l’exécution des projets, et l’absence d’un référentiel communautaire des prix des projets, sont autant d’obstacles qui freinent la réalisation des projets et programmes dans le délai.
« Nous travaillons à une meilleure organisation et suivi pour que tout soit parfait, de sorte à améliorer le taux de performance des projets et programmes communautaires en Côte d’Ivoire », a promis le représentant résident de la commission de l’UEMOA en Côte d’Ivoire, Jean Gustave Sanon.

L’atelier est organisé par le bureau de Représentation de la Commission en Côte d’Ivoire avec l’appui des ministères techniques. Il avait pour objectif d’informer et de sensibiliser les représentants de l’administration ivoirienne, et du secteur privé, sur les projets et les programmes financés en totalité et/ou en partie par la Commission de l’UEMOA au profit de la Côte d’Ivoire,  et surtout faire l’état d’avancement de ces projets au 31 mars 2017.

Comment

Les membres de la coordination de suivi sur des projets et programmes financés par l’UEMOA en Côte d’Ivoire  ont recommandé mercredi, à Yamoussoukro, au gouvernement ivoirien, d’initier des actions d’interconnexions des systèmes informatiques de contrôle douaniers, et de sensibiliser les populations sur le statut d’extra-territorialité des postes de Contrôle juxtaposés (PCJ) aux frontières des pays de l’espace UEMOA.

Au terme d’un atelier de trois jours, sur l’état d’avancement des projets communautaires financés par l’UEMOA en Côte d’Ivoire, les participants ont recommandé à l’État de Côte d’Ivoire, d’initier une demande de prorogation du délai d’exécution de la convention du Programme régional d’Aménagement hydraulique multi-usage (PRAHMU), compte tenu de son état d’avancement, et de traiter avec diligence les demandes d’avis de non-objection des projets de l’UEMOA.

Il a été demandé au pays de tenir compte de la disponibilité et de la capacité de collecte d’informations, dans les critères de désignation des points focaux, des structures au sein du comité de suivi des projets communautaires, et de procéder à une large diffusion des rapports de mise en œuvre des programmes et projets financés par la commission de l’UEMOA.

Les participants à l’atelier de Yamoussoukro ont par ailleurs demander à, la Commission de l’UEMOA, d’élaborer des référentiels des prix pour une meilleure évaluation des différents coûts, des projets conformément aux instructions de la conférence des chefs d’États et de gouvernement de l’Union, d’élaborer des manuels de procédure annexés aux différentes conventions pour notamment, contractualiser les délais d’exécution des activités liées aux projets.

L’atelier a proposé à l’UEMOA de réserver des réponses rapides aux requêtes et aux demandes d’avis de non-objection, de veiller à la sincérité des budgets alloués aux projets identiques exécutés dans les États membres, et de tirer les leçons du fonctionnement des PCJ existants, en vue de garantir la réussite des autres projets similaires, puis encourager les rencontres de concertation et d’échanges sur les projets et programmes communautaires pour leur meilleur suivi.

Le représentant résidant de la Commission de l’UEMOA en Côte d’Ivoire, Jean Gustave Sanon a réitéré son soutien et son engagement de porter à la connaissance des autorités de la Commission les recommandations, en vue d’améliorer significativement, les taux de performance des projets et programmes communautaires en Côte d’Ivoire.

L’atelier a été organisé par le bureau de Représentation de la Commission en Côte d’Ivoire. Il visait à inventorier les projets clôturés, en cours d’exécution et à venir, conformément aux conventions en conformité avec le plan national de développement (PND) du gouvernement ivoirien. Il a été présidé par le Conseiller technique du directeur général de l’Economie Siriki Ouattara, représentant le ministre de l’Économie et des Finances.

AIP

Comment

La ministre des Affaires étrangères du Liberia et présidente du Conseil des ministres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), Mme Marjon Kamara, a loué les résultats positifs enregistrés ces dernières années par l’organisation régionale en matière de consolidation de la paix et de la sécurité en Afrique de l’Ouest.

Dans son discours d’ouverture, mercredi à Monrovia, de la 38ème session ordinaire du Conseil de médiation et de sécurité de la CEDEAO (CMS), Mme Kamara, a fait état des défis sécuritaires et politiques auxquels est confronté l’espace communautaire.

Elle a cité notamment la non application de l’Accord de Conakry en Guinée-Bissau, avec ses conséquences néfastes sur la situation sociopolitique et économique du pays, les attaques terroristes dans la région du lac Tchad, les crises humanitaires, les déplacés internes et les réfugiés ainsi que la transhumance en Afrique de l’Ouest.

Auparavant, certaines de ces problématiques et bien d’autres ont largement été évoquées par le président de la Commission de la CEDEAO, Marcel de Souza. Il a rappelé les événements significatifs enregistrés depuis décembre 2016 dans la sous-région ouest-africaine, notamment au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, en Gambie, en Guinée, en Guinée Bissau et au Mali.

Il a évoqué, entre autres, les multiples mutineries menées en Côte d’Ivoire par certains soldats des forces armées réclamant des primes dans le cadre de l’Accord de Ouagadougou, et salué la gestion rapide et pacifique de cette crise par le président Alassane Ouattara.

Au cours de cette rencontre dont les travaux se déroulent à huis clos, les participants devront examiner un rapport et trois memoranda et suivre une série de présentations. Le Conseil de médiation et de sécurité regroupe les ministres en charge de la Défense, de la Sécurité et des Affaires étrangères des Etats membres de la CEDEAO.

AIP

Comment

Le Premier Ministre ivoirien Amadou Gon Coulibaly est arrivé ce jeudi, à Paris, où il conduit une délégation dans le cadre d’une opération d’émission d’obligations Eurobond sur les marchés financiers internationaux pour le financement du développement de l’économie ivoirienne.

L’objectif de cette mission qui va, en plus de Paris, conduire la délégation ivoirienne à Londres, Munich, Francfort (Europe) et Boston et New York (Etats-Unis), est d’obtenir les ressources nécessaires au financement du budget de l’Etat. Cette opération entre dans le cadre global du plan de financement du programme économique et financier 2016-2020, apprend-on.

Le gouvernement entend ainsi se donner les moyens de poursuivre l’amélioration des conditions de vie des populations ainsi que l’accélération de la réduction de la pauvreté.

Outre le Premier Ministre, Amadou Gon Coulibaly, la délégation comprend le Secrétaire Général de la Présidence (Patrick Achi), le ministre de l’Economie et des Finances (Adama Koné), le ministre du Budget et du Portefeuille de l’Etat (Abdourahamane Cissé), la ministre du Plan et du Développement (Nialé Kaba) et le ministre du Pétrole, de l’Energie et du Développement des énergies renouvelables (Thierry Tanoh). La mission prendra fin le 10 juin.

Comment