LA DIPLOMATIQUE D'ABIDJAN - Contenu
Daniel Coulibaly

Daniel Coulibaly

Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

«Le numérique au service du transport et de l’énergie » tel est le thème de la deuxième édition d’Africa Web Festival qui va se tenir du 3 au 5 décembre 2015 à Abidjan. Les organisateurs ont dévoilé les grands axes de l’événement au cours d’une conférence de presse. 

 

Des conférences, tables rondes, expositions etc, sont les activités de cette deuxième édition du village africain du Web. Pour Dan Moussa, président du comité d’organisation, « Africa Web Festival entend offrir l’opportunité aux Africains de faire découvrir au monde leur savoir-faire sur la toile. En termes de production et d’applications innovantes. Ainsi que de proposer un cadre approprié d’échanges d’expériences et d’interrogations ».

Comme innovation, les organisateurs ont décidé d’ouvrir la participation à tous hormis les professionnels et les étudiants. Le Directeur de l’Istc a annoncé des prix spéciaux qui seront décernés. Le jury de 8 membres est présidé par Samba Koné.

L’inscription pour participer a été lancée. Le comité d’organisation compte accueillir près de 10 000 participants. Son objectif principal faire d’Africa Web Festival, le rendez-vous par excellence du web et du numérique en Afrique.

 

 Izoudine Youssef

 

Comment

Une délagation de jeunes patriotes ex-membres de la galaxie patriotique conduite par Gnahoré Henri Hyppolyte, a décidé de ne pas participer à la marche du lundi prochain annoncée par les responsables de la CNC(Coalition nationale pour le changement). Ces jeunes l’ont exprimé lors d’une rencontre avec M. Kafana Koné Gilbert, député-maire de Yopougon, et directeur régional de campagne du RHDP, dans les locaux de la mairie.

 

Reconnu pour être un ex-animateur influent des Agoras et Parlements à Yopougon, M. Gnahoré Henri Hyppolyte veut contribuer au développement, à la réconciliation et surtout à une élection apaisée dans son pays. C’est cette volonté qui l’a poussé à répondre à l’invitation du député-maire de la commune de Yopougon, M. Kafana Koné Gilbert. 

Celui qui s’est longtemps battu pour Laurent Gbagbo, à l’image de Zadi Djédjé, pour ne citer que lui, a décidé, lui et ses camarades, de s’engager pour Alassane Ouattara, le candidat du RHDP à la présidentielle d’octobre 2015. Au cours des échanges avec le directeur régional de campagne du candidat du RHDP à Yopougon, il a saisi cette occasion pour exprimer leur désaccord avec la CNC sur l’initiative de marche de siège de la RTI et de la CEI, lundi 28 septembre 2015. 

Pour Henri Hyppolyte Gnahoré, il n’est plus question de se laisser aller à des actes de violence ou de désobéissance. « La marche prévue ce lundi, nous ne sommes pas concernés. En tout cas, elle se fera sans nous. Nous sommes là, pour  travailler pour les attentes du Président Alassane Ouattara pour qu’il soit réélu », a-t-il clamé.

« Nous-nous sommes laissés longtemps manipulés. Mais nous sommes là pour vous exprimer notre engagement à participer à l’émergence de notre pays, même si des camarades ont refusé de venir. La Côte d’Ivoire appartient à tout le monde que tu sois PDCI, RDR, FPI etc. Et Alassane Ouattara n’est pas une âme de destruction comme certains ont voulu nous faire croire. C’est un homme plutôt de construction et de développement et les résultats sont là », a ajouté, l'ex-animateur d'Agoras et de Parlements à Yopougon.

Dago Djahi Guy Anderson, un ex-responsable de la Fesci, et aujourd’hui président de la JPDCI de Lakota, a abondé dans le même sens que son prédécesseur. « Nous sommes ici pour dire nous à la barbarie politique. Nous avons décidé de quitter la rue. Nous ne voulons plus que Yopougon soit le bastion de la violence. Pour cela, nous-nous engageons à soutenir le Président Alassane Ouattara pour la présidentielle de 2015 », a dit l’actuel président de la JPDCI de Lakota.

M. Kafana Koné Gilbert, a parlé en tant que maire, et surtout comme un père à ses hôtes. Vous avez un combat, c’est celui de votre bien-être. On ne fait pas la politique, parce qu’il faut la faire, mais on la fait pour un idéal. Il ne faut pas minimiser l’opportunité qui s’offre à vous. Il faut mener le combat qui vous valorise. Dites aux autres que je veux les rencontrer et leur parler aussi. Ce n’est pas pour engager un débat avec eux, mais leur parler en tant que père », a souhaité le député-maire de Yopougon.

Pour lui, tous les jeunes patriotes en exil doivent rentrer pour participer au développement de leur pays. « Dites  à vos camarades encore en exil de rentrer qu’il n’aura rien et on ne leur fera rien. Nous devons être ensemble pour faire progresser notre pays. Le président Alassane Ouattara se préoccupe du bien-être de tous les Ivoiriens. Il est là pour tout le monde. Il n’appartient ni à un camp, ni à un parti politique, ni à un groupe ethnique. C’est le chef de tous », a-t-il conclu.

 

Comment

Située à l’Est de la Côte d’Ivoire, à environ 210 Km d’Abidjan, la ville d'Abengourou est une cité paisible et chaleureuse où il fait bon vivre. Chef-lieu de région et capitale du royaume de l’Indénié-Djuablin, Abengourou tire son origine de « n’pé kro » qui signifie en langue Ashanti : « Je n’aime pas les histoires ». Une appellation qui colle parfaitement avec le calme et la quiétude qui caractérisent, cette ville moderne aux  riches patrimoines culturels. En effet, ‘’la cité de la paix’’ comme son nom l’indique, regorge d’innombrables richesses touristiques qui attirent chaque année de nombreux touristes.

 

Le visiteur de passage dans la ville pourra s’imprégner de la richesse du patrimoine akan symbolisé par le musée royal, antre sacrée où se retrouve toute la symbolique du royaume. Parures, attributs du pouvoir et objets de culte y  sont exposés.

Outre ce lieu sacré, d’autres sites et merveilles touristiques sont à découvrir. Le musée Charles Bieth et sa célèbre école de peinture, le conservatoire des arts et métiers d’Abengourou (CRAMA), la résidence de feu le président Félix Houphouët-Boigny, le musée de Béttié, les cérémonies culturelles telles que la fête des ignames, les danses de réjouissance (abodan, le kiniankpli, le grolo) ou encore les festivités marquant les funérailles ou l’intronisation du roi, sont autant de lieux et cérémonies qui à coup sûr, étancheront la soif de découverte du voyageur.

 

Le top 3 de Jovago

1-Le Musée des attributs royaux

Situé au sein de la cour royale, le musée des attributs royaux demeure à ce jour l’un des lieux touristiques les plus visités de la ville. Les parures et objets de culte s’y trouvant donnent un aperçu de la richesse du patrimoine culturel des Agnis Indénians, peuples autochtones.

2-Le Musée Charles Bieth

Créé en 1969, ce musée a pour particularité d’abriter en son sein l’une des plus célèbres écoles de peinture du pays : l’école Charles Bieth, d’où sont issus de grands noms de la peinture africaine tels que Aboudia et Drissa DIARRA.

3-La fête des ignames

Rendez-vous incontournable de la culture Akan (Agni, Abidji et Baoulé), la fête des ignames marque la fin des récoltes et le début de l’année en pays Akan. Célébrée à différentes dates selon les régions, elle donne lieu à des cérémonies rituelles et à des festivités somptueuses qui tiennent en haleine le royaume durant  toute une semaine.    

Restaurants

A Abengourou, et dans toute la région de l’Indénié-Djuablin, la gastronomie est un art. En effet, la ville compte plus d’une centaine de maquis et de restaurants où vous retrouverez en plus des classiques de la gastronomie ivoirienne, les spécialités locales telles que l’«assiakloua», le «dabietro», le «nvieletro» et surtout l’«alliê», tubercule servant  souvent d’accompagnement.

Shopping

Faites un tour le long des artères du centre-ville et vous pourrez apprécier les parures, étoffes et accessoires typiques du royaume akan ainsi que des articles de tout genre.

Hôtels

La ville d’Abengourou regorge d’une multitude d’établissements hôteliers, pour tous les budgets , et disponibles sur www.jovago.com, site de réservation d’hôtels numéro 1 en Côte d’Ivoire.

Insolite

A Abengourou, la tradition tient une place importante dans le quotidien des populations. Les génies et autres âmes ancestrales sont régulièrement consultés par les populations qui aiment consulter les  « Kômians », des prêtresses traditionnelles qui se retrouvent dans les monastères d’Aniassué et Tanguelan.

Monnaie

La monnaie locale est le franc CFA. 1 Euro = 650 Francs CFA.

https://www.mataf.net/fr/conversion/monnaie-XOF

Code pays

+ 225

Abidjan.http://www.aeria-ci.com/

Acquisition de visa

L’entrée sur le territoire ivoirien est assujettie à un visa, sauf pour les ressortissants de l’UEMOA.

Pour les conditions de visa consulter : http://www.paiementvisa-cotedivoire.com/

Source: Jovago

 

 

 

Comment

M. Kafana Koné Gilbert, le député-maire de Yopougon a confié, lors d’une cérémonie de mobilisation avec le peuple Atchan de sa commune en faveur du candidat du RHDP, Alassane Ouattara, la construction du plus grand marché de détails et de gros de Côte d’Ivoire à Yopougon. Un marché estimé à 25 millards de francs CFA. 

 

Le député-maire de Yopougon veut donner un visage plus radieux à Yopougon d’ici peu. Cette volonté, il l’a partagée avec le peuple Atchan de sa commune lors d’une rencontre populaire. Le maire de Yopougon a dévoilé le projet de construction  du plus grand marché de détails et de gros du pays sur un terrain de 7 hectares dont le coût est estimé à 25 millards de francs Cfa. « Yopougon mérite bien ça. Notre commune sera à l’image de la Côte d’Ivoire de demain », a-t-il promis. 

Gilbert Kafana Koné a aussi dénoncé le cas de nombreux terrains perdus par la mairie sous l’ancienne administration. Il s’agit de plusieurs dossiers dans lesquels la mairie a perdu le titre de propriété à cause de contrats mal ficelés avec des sociétés ou des particuliers. Dans ce chapitre, il a évoqué le cas du terrain situé non loin de l’espace Ficgayo précisement sur la droite de la route dans le sens Siporex-Kenya. Sur cet espace, l’ancienne administration de la mairie, selon les révélations du premier magistrat de la commune, avait signé un contrat avec un opérateur économique pour la construction d’un marché. Ce dernier avait contacté la Banque nationale d'investissement (BNI) pour un prêt estimé à des millards, qu’il a obtenu pour la réalisation de ce marché. Pour le remboursement à la banque, l’opérateur a fondé son espoir sur l’argent que devraient payer les acquéreurs pour l’obtention des places et magasins dans ce marché. Malheureusement, les fonds ne sont pas rentrés comme prévu. Or, toujours selon le maire, le contrat qui le liait à la structure bancaire stipule qu’après un delai de non remboursement, la Banque devenait propriétaire du terrain. Ce qui n’a pas pu être évité. Alors quand il a récupéré le dossier, il a mené des démarches afin de permettre à la mairie de rentrer en possession de ce terrain. A l’en croire, les discussions sont sur de bonnes voies et le terrain pourrait revenir à la mairie d’ici peu, sans oublier les autres également. « Je suis en train de mener les démacrhes pour que tous les terrains perdus soient récupérés au nom de la mairie. En plus de ceux déjà repris », a-t-il dit. Et une fois fait, indique Gilbert Kafana Koné, il sera construit sur cet espace un super marché pour éviter à la population de Yopougon de parcourir de longs trajets pour faire des achats dans les super marchés du Plateau, de Cocody ou de Marcory etc. « Nous sommes en discussion avec un partenaire avec qui nous allons signer un contrat pour construire un grand centre commercial digne de ce nom pour changer le visage de Yopougon et cela avec le soutien du Président Alassane Ouattara », a-t-il affirmé, sollicitant l’appui des communautés pour préserver les espaces de la commune. 

Effectivement, sur le terrain nous avons pu constater que la fondation de l’ancienne batisse du marché a été complèment rasée par des machines. L'espace est maintenant nu. On attend donc de voir d’ici peu le super marché que le maire promet à sa population. 

 

Comment

Jovago.com a initié un atelier de formation sur le renforcement des capacités en management hôtelier à l’intention de plusieurs managers d’hôtel  à Abidjan.  

 

Cette rencontre, la première du genre, a permis à une trentaine de responsables hôteliers d’être formés sur les opportunités qu’offre la réservation d’hôtel en ligne en matière de management et d’accroissement des recettes hôtelières.

Pour Cynthia ADEDIRAN, directrice de Jovago Côte d’Ivoire : « Cet atelier présente le double avantage d’expliquer notre mode de fonctionnement aux hôteliers, mais aussi de leur présenter les avantages qu’ils ont à travailler avec des plateformes numériques telles que Jovago.com. Des plateformes permettant de recueillir des informations clés sur le marché et d’affiner les stratégies managériales en vue d’optimiser les recettes hôtelières  ».

Les services d’un revenue manager pour les hôtels est essentiel; c’est ce qu’a indiqué le conférencier du jour, Olivier KACOU, Revenue Manager chez Jovago.com : « Le rôle du Revenue Manager est d’aider à la décision en permettant à l’hôtelier d’assurer un meilleur taux d’occupation de son établissement. Pour cela, il convient avec l’hotelier des stratégies tarifaires à adopter pour les jours, semaines, mois voir, les années à venir, afin d’optimiser le niveau de fréquentation de l’hôtel ».

Il a par ailleurs insisté sur la nécessité pour les hôteliers de s’approprier des nouveaux outils du web en développant des stratégies de marketing digital : « Bon nombre d’hôteliers ont tendance à négliger voir ignorer le marketing en ligne, qui constitue aujourd’hui un élément clé dans la relation client / produit » a t’il ajouté.

Outre le fait pour Jovago.com d’expliquer ses services, cet atelier a permis d’expliquer les outils qui fonctionnent le mieux dans le secteur hôtelier dans le monde et de faire plusieurs recommandations aux gérants d’hôtels en vue d’une meilleure rentabilisation de leurs établissements.    

Source: Jovago

 

 

Comment

Si le cinéma ivoirien peine à retrouver ses marques et son lustre d’antan, ce n’est pas le cas pour l’humour ivoirien qui affiche depuis quelques années une forme éblouissante, au point de figurer  parmi les meilleurs du continent.

 

A l’instar de la mode ivoirienne qui s’impose comme une référence au niveau continental, l’humour ivoirien s’affirme lui aussi comme l’une des valeurs sûres du continent. Ces dernières années des artistes tels que Michel Gohou, Digbeu Cravate, Adama Dahico, Michel Bohiri,  pour ne citer que ceux là, se sont révélés et sont devenus des stars de l’humour francophone sur le continent, grâce à des prestations et des représentations dans les grandes capitales ouest-africaines et européennes.

Abidjan, nouvelle capitale de l’humour africain

Un succès et une notoriété qui contribuent à faire de la Côte d’Ivoire, aux dires des professionnels: la “capitale de l’humour africain”.

Selon Mamane, célèbre humoriste africain et chroniqueur sur Radio France International (RFI) : « L’humour ivoirien fait vibrer partout en Afrique. Et c’est pourquoi nous avons décidé de faire d’Abidjan, la capitale de l’humour africain. Aujourd’hui, les célèbres humoristes africains se retrouvent en Côte d’ivoire avec Gohou Michel, Digbeu Cravate, Oméga David, Jimmy Danger et autres».

Convaincu de l’importance stratégique de la Côte d’Ivoire dans la sous- région africaine, le  “Président de la République très très démocratique du Gondwana” (pays imaginaire) a lancé récemment un festival dénommé “ Festival du Godwana” qui se tiendra les 4, 5 et 6 décembre 2015 à Abidjan au palais de la culture.

Un humour à l’attrait touristique

Même son de cloche pour les professionnels du tourisme, un secteur qui bénéficie de l’aura et du rayonnement de l’humour ivoirien.

Pour Anicet DALLI, responsable des relations publiques chez Jovago.com : «Il est vrai que ces dernières années, la capitale ivoirienne séduit par la diversité des talents et la pluralité des évènements qui s’y déroulent. L’humour, la musique mais aussi la mode sont des atouts importants qui portent haut la culture ivoirienne et qui créent l’engouement autour de cette destination qui retrouve peu à peu son lustre d’antan  et qui faisait sa fierté en Afrique.

Pour rappel, la Côte d’Ivoire ambitionne de se hisser parmi les grandes nations touristiques du continent en 2030. Cela passe par la valorisation de son patrimoine culturel et l’humour est l’un de ses leviers.  A en juger par le succès des séries ivoiriennes telles que ‘’Ma famille’’, ‘’Docteur Boris’’ ou encore ‘’Brouteurs.com’’; diffusées par des chaînes de télévision internationales telles que Canal+ et TV5 notamment, il est aisé d’affirmer que l’humour ivoirien est promis à un bel avenir.

 

Source: Jovago

 

Comment

Le tout premier forum de la finance islamique en Afrique initié par les sociétés Inoks Capital, basée à Génève, et Sidra Capital, basée en Arabie-Saoudite, partenaires financiers de Opes Holding S.A, société de construction et de promotion immobilière, s’est tenu du 17 au 18 septembre 2015 à Abidjan. M. Siriki Sangaré, président directeur général de ce groupe ivoirien a donné l’occasion à ses deux partenaires de visiter le site de la cité Opes 1 à Bingervillle. C’était en présence de M. Adjoumani Yao Boffoué, directeur du logement au ministère de la Construction, de l’Assainissement et de l’Urbanisme.

 

Ce forum de la finance islamique qui a été présidé par Daniel Kablan Duncan, premier ministre ivoirien, ministre de l’Economie et du Budget qui représentait le Président de la République Alassane Ouattara, a enregistré la participation de bien d’autres organisations financières islamiques en dehors de  Inoks Capital, et Sidra Capital. 

Une visité guidée

Partenaires financiers de Opes Holding, les responsables de ces deux sociétés ont pu apprécier les réalisations de l’entreprise ivoirienne de construction et de promotion immobilière à l’occasion d’une visite guidée sur son site à Bingervillle. Conduite par M. Siriki Sangaré, et M. Adjoumani Boffoué, celle-ci a permis à Nabil Marc Abdul Massih, directeur général de Inoks Capital, accompagné de son directeur financier, Ivan Agabekov, et Hassan H.Bahloul, vice-président de Sidra Capital, d'apprécier les maisons de la cité Opes1. Ces visiteurs ont pu constater d’eux-mêmes les logements réalisés avec de la matière innovante(le polystyrène) donnant, selon les techniciens sur le chantier, des avantages à la fois économique et de bien-être dans un pays tropical comme la Côte d’Ivoire. Le terrain de basket, le jardin public, et l’espace manège, etc ont été également visités. 

Satisfaction…

Visiblement heureux, les hôtes de M. Siriki ont exprimé leur satisfaction. « Nous sommes très heureux de cet investissement que nous avons pu réaliser avec Opes Holding dans le cadre de la construction de logements sociaux en Côte d’Ivoire. Nous sommes aussi sur le site d’Aboisso et Bingerville. Si nous avons accepté de financer très tôt cette opération, c’était pour montrer un soutien stratégique à cette promotion immobilière dans ce pays. Nous avons à cœur de rester ici, nous développer et aussi pourvoir investir dans d’autres projets notamment au niveau de l’Agriculture, la transformation…afin d’aider à créer avec l’Etat ivoirien de la richesse pour les Ivoiriens », a indiqué M. Nabil M. Abdul Massih, directeur général Inoks Capital.  

M. Hassan H. Bahloul, vice-président de Sidra Capital a exprimé, pour sa part, sa satisfaction de voir toutes ces réalisations grâce à ce partenariat. « En voyant le fruit de cet investissement, nous ne pouvons qu’être heureux », a-t-il dit. 

«Opes Holding est l’un des premiers promoteurs immobiliers agréés par l’Etat de Côte d’Ivoire dans le cadre de ce programme qui aujourd’hui donne satisfaction à ses partenaires financiers. Eux-mêmes ont pu voir le fruit de leur financement. Nous sommes-là pour leur dire que notre pays fait effectivement face à un déficit de logements et que tout financement de leur part est toujours bienvenu. Nous voulons les  remercier pour avoir accepté d’accompagner Opes Holding », a soutenu M. Adjoumani Yao, directeur du logement au ministère de la Construction, de l’Assainissement et de l’Urbanisme.

Il faut rappeler que la société OPES Holding S.A fait partie des promoteurs immobiliers retenus pour la construction de 60 mille logements sociaux économiques et standing dans le cadre du programme présidentiel initié par le Président de la République Alassane Ouattara pour faire face à un déficit structurel de 4000 mille logements en Côte d’Ivoire. A cet effet, OPES Holding doit réaliser avec l'appui financier de ses partenaires nationaux et internationaux 500 logements à Bingerville. En dehors de cette commune, son domaine de compétence s’étend également sur les localités d’Aboisso, d’Adiaké et Tiapoum pour plusieurs autres logements sociaux économiques et standing.  

 

Comment

M. Sidi Tiémoko Touré, ministre délégué auprès du Président de la République chargé de la promotion de la jeunesse et de l’emploi des jeunes, a procédé à l’ouverture d’un atelier de reflexion sur le compendium des compétences jeunes de Côte d’Ivoire à la Fondation Friedrich Naumann, pour la liberté à Cocody. 

 

Le ministre Sidi Touré a salué l’utilité et l’opportunité de la mise sur pied d’un compendium spéficique pour les jeunes, une initiave pour le bien-être de la jeunesse ivoirienne, selon lui, dans sa diversité composantes. « La mise sur pied d’un compendium des compétences jeunes est stratégique et vitale pour la promotion et la valorisation des jeunes ivoiriens, dans une perspective d’émergence, où la nécessité de disposer des hommes qu’il faut aux emplois et niveaux de décision qu’il faut est plus avéréé », a-t-il indiqué, exprimant sa volonté et surtout sa détermination à soutenir toute activité visant à faire la promotion des jeunes comme celle de la Fondation qui oeuvre pour le bien-être de la jeunesse ivoirienne. 

« …Il est certes important d’éduquer et de former les jeunes, mais il l’est davantage essentiel de savoir combien sont-ils, qui sont-ils et de quels domaines de compétences ils rélèvent », a-t-il ajouté, s’engageant à faire de cette base de données du compendium des compétences jeunes un cadre incontournable de recrutement. 

Sophie Konaté, chargée de programme de la Fondation, a confié qu’il s’agit d’un travail qui a commencé en octobre 2014, avec des associations de jeunesses afin de réfléchir sur les meilleurs moyens permettant leur insertion dans les instances de prise de décisions. « Nous avons estimé qu’un compendium des compétences jeunes pouvait aider à y arriver. Nous fondons beaucoup d’espoir sur les recommandations de cet atelier et pensons qu’elles seront prises en compte par l’Etat de Côte d’Ivoire à travers votre ministère qui s’occupe des jeunes… », a-t-elle dit, remerciant le ministre Sidi Touré pour sa disponibilté à soutenir les actions de la Fondation. 

Par ailleurs, les responsables du Centre d’éducation pour une société durable(Centre-ESD) ont présenté les résultats d’une enquête menée sur le niveau de connaissance de la charte africaine des jeunes ivoiriens. Le moins qu’on puisse dire, c’est que cette charte est méconnue de la jeunesse ivoirienne dans sa quasi-totalité. Ce fait est dû, selon eux, à un manque de promotion de ladite charte des dirigeants africains. Ils ont promis mener des actions de sensibilisation dans ce sens. 

Initié par la Fondation Friedrich Naumann, en collaboration avec le Centre-ESD, cet atelier vise à renforcer la participation et le leadership des jeunes dans la gestion des affaires publiques, en vue d’offrir à toutes les organisations des données fiables sur les compétences jeunes. Les recommandations sont attendues.

 

Comment

ROFCA d’Adjamé a remporté la finale du tournoi de football Mondialito 2015 face à l’Etoile Filante de Yopougon-Wassakara au stade Awaley de Yopougon-Saguidiba (8 à 1). Ce tournoi est organisé chaque année par la structure Awaley dirigée par Djakalé Jean-Claude Djakus. 

 

L’équipe de ROFCA d’Adjamé a montré de bien meilleures dispositions sur le terrain contrairement à l’Etoile Filante de Yopougon qui n’a jamais pu retrouver ses marques, durant toute la rencontre. C’est bien naturellement que les joueurs venus d’Adjamé à l’image de son buteur maison, Camara Drissa, ont marché sur ceux de Yopougon. Le score fleuve 8-1 pour ROFCA démontre de la suprématie de cette équipe. 

Le sponsor officiel Orange-CI, représenté par Dominique Kalif, n’a pas lésiné sur les moyens pour récompenser les différents acteurs, et surtout les plus méritants. A cela s’ajoute l’arrivée, dans ce chapitre, de la société ivoirienne de distribution d’électricité en Côte d’Ivoire(CIE). Le Mondialito 2015 a été donc « éclairé » par cette société, distribuant des tee-shirts et autres gadgets. C’est elle qui a récompensé le Ballon d’Or du tournoi remporté par Camara Drissa de Rofca qui a reçu des mains d’Eric Aka, membre de la direction de la Communication de la société de distribution d’électricité. 

C’est bien heureux que Djakalé Jean-Claude Djakus a remercié ses partenaires pour la réussite de cette édition 2015 du mondialito. 

Le ministre Amichia honore les organisateurs 

La belle surprise de la finale du Mondialito 2015 a été sans contexte la présence parmi les personnalités invitées de Kaby Apollinaire, représentant du ministre des Sports et des Loisirs, Albert François Amichia. C’est pour la première fois en 9 édition de ce tournoi de football des minimes qu’un ministre des Sports délègue un représentant. Pour Djakalé Jean-Claude Djakus, « c’est incontestablement un événement ». 

M. Kaby Apollinaire, conseiller du ministre Amichia, s’est dit émerveillé par la belle organisation de ce tournoi « C’était sublime. Le beau jeu produit par les deux équipes est la preuve que l’avenir du football ivoirien est garanti. Mieux, j’ai été tout simplement séduit par  cette organisation des grands jours. Je félicite le jeune frère Djakus et ses collaborateurs du Comité d’Organisation qui ont fait preuve de professionnalisme. J’en ferai un compte rendu fidèle au Ministre », a-t-il indiqué.  

 

Izoudine Youssef

 

Comment

Permettre aux journalistes et professionnels des médias d’être de véritables promoteurs de la paix et la cohésion sociale. C’est l’objectif qui a conduit une délégation de l’ONG COMPAD(Communicateurs pour la Paix et le Développement (COMPAD), a rencontré M. Raphaël Lakpé, président du Conseil National de la Presse(CNP), et M. Traoé Moussa, président de l’Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire(UNJCI).

 

Le mardi 08 septembre 2015, au siège du CNP, les responsables de l’ONG COMPAD ont pu échanger avec Raphaël Lakpé, président de ladite institution. M. Lakpé s’est félicité de l’initiative de ses hôtes qu’il a considérée comme «un soutien dans l’accomplissement de la mission du CNP.  « Nous sommes prêts à vous soutenir dans l’initiative que vous avez prise. Nous souhaitons que tous les acteurs du processus électoral prennent prendre garde du danger qui nous menace », a-t-il dit.

M. Traoré Moussa, président de l’UNJCI, lors de la rencontre avec les responsables des COMPAD, le lundi 14 septembre 2015, au siège de l’Union au Plateau, s’est, à son tour, félicité de cette initiative. Selon le président de l’UNJCI, des actions notamment des séminaires sont initiés par l’organisation pour sensibiliser les journalistes dans ce sens.

Pour Patrick Krou, coordonnateur général des COMPAD, l’objectif général de toutes ces rencontres est de tirer sur la sonnette d’alarme pour inviter l’UNJCI et le CNP à l’aider à sensibiliser les journalistes à désarmer et désamorcer leurs plumes.

« La responsabilité du journaliste est primordiale en cette période qui doit conduire aux élections en Côte d’Ivoire. Un journaliste qui professe au mépris des fondamentaux du métier et au rebours des principes de l’éthique et de la déontologie est un terroriste en puissance », a-t-il dit.

« Il y a plus de mérite à être des apôtres de la paix qu’à être des pyromanes ou des terroristes », a-t-il ajouté, proposant ses deux solutions pour des élections apaisées à savoir : un pacte de responsabilité engageant les acteurs du scrutin présidentiel et une campagne dénommée ‘’Je suis citoyen, Je vote, J’accepte les résultats’’.

Les COMPAD prévoient une tournée dans les différents organes de presse pour présenter ces deux outils de promotion de la paix.  

Serv Com ONG COMPAD

 

Comment