LA DIPLOMATIQUE D'ABIDJAN - Contenu
Daniel Coulibaly

Daniel Coulibaly

Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

« La mode ivoirienne est le reflet d’une Côte d’ivoire nouvelle qui riche de son patrimoine culturel s’impose désormais comme une destination phare de la mode africaine ». Ces propos de Cynthia ADEDIRAN, directrice de Jovago Côte d’Ivoire, résument parfaitement l’état de santé d’un secteur qui en l’espace de quelques années s’est imposé comme l’un des plus en vue du continent.

En 50 ans d’existence, la mode ivoirienne a connu de grands noms qui ont tous contribué à son rayonnement au niveau international : Pathé’ O, Angybell, Alphadi, Ciss Saint Moise, Patrick Assoh, Eloi Sessou, Giles Touré…

Tout commence au début des années 80 avec l’arrivée à Abidjan de Chris Seydou, styliste modéliste malien qui fort de son expérience acquise auprès des grands couturiers européens, révolutionne la mode ivoirienne avec un style qui lui est propre. Son style singulier constitué de textiles, artisanaux, modernes ou traditionnels fait sensation. C’est le printemps de la mode ivoirienne, chaque styliste y va de son inspiration et les motifs traditionnels africains sont mis en valeurs dans toutes les créations. Pathé’ O, Angybell et bien d’autres stylistes sont séduits par la nouvelle tendance et s’y donnent à cœur joie.

Au début des années 90, un défilé de Paco Rabanne à Abidjan révèle Loulou Gotry alors fraîchement débarquée d’Italie. Les sillons tracés, la mode ivoirienne peut ainsi prendre son envol. De jeunes talents font leur entrée dans le secteur. Et à Abidjan, les nouvelles stars de la mode ont désormais pour noms Nawal El Assad, Angybell, Pathé O, Ciss Saint Moise Gilles Touré et bien d’autres. Des stylistes qui, influencés par les créations du maître Seydou, lancent de nouvelles collections et tendances qui séduisent aux quatre coins du continent.

Si Gilles Touré, se fait remarquer par ses coupes et ses collections qui ont trait au glamour, Pathé O, lui se base sur l’originalité. S’appuyant sur des matières africaines pour confectionner ses chemises, il séduit bon nombre de personnalités africaines comme le Président sud-africain Nelson Mandela qui arborait fièrement ses chemises.

De véritables ambassadeurs qui soutenus par la nouvelle génération de stylistes ivoiriens tels que Eloi Sessou, Patrick Assoh, Anderson D et bien d’autres, ne cessent de porter haut les couleurs de la mode “ made in Côte d’Ivoire”. Illuminant de leurs génies  et de leurs créativités les “T” des capitales africaines à travers des collections tout aussi glamour que féériques. En juger par  tout le bien que l’on dit d’eux après chaque défilé lors des festivals ou rendez-vous de mode dans la sous région. Tout porte à croire que la mode ivoirienne à travers ses dignes représentants est promis à un  bel avenir. Signe qu’elle a définitivement conquis l’Afrique.

 

Source: Jovago

 

 

Comment

Après l’implantation ces dernières années de grandes entreprises internationales, notamment dans le secteur du e-commerce, c’est au tour des grandes firmes de l’industrie musicale mondiale de s’intéresser à la Côte d’Ivoire. Le leader mondial de la musique Universal Music Group (UMG) s’est installé à Abidjan.

Selon l’hebdomadaire panafricain Jeune Afrique, la capitale ivoirienne a été choisie par le leader mondial de la musique Universal Music Group (UMG) pour abriter les locaux de sa filiale ouest africaine, faisant du coup d’Abidjan la deuxième base continentale du groupe après Johannesburg. Le choix de la métropole ivoirienne au détriment de Dakar longtemps pressenti, n’est pas fortuit. Elle fait suite à la décision de Vincent Bolloré, PDG de Vivendi (et propriétaire de  UMG) de vouloir regrouper l’ensemble de ses activités pour l’Afrique francophone et lusophone  à Abidjan.

Bonne nouvelle donc pour  la Côte d’Ivoire  qui devrait avec Universal Music Group retrouver sa réputation de «plaque tournante  de la musique africaine » et voir son nombre de visiteurs augmenter de façon considérable les années à venir. 

Pour les  professionnels du secteur touristique ivoirien, cette nouvelle est un atout supplémentaire dans le positionnement et la promotion de la destination Côte d’Ivoire au niveau continental. Fousseni Coulibaly, responsable marketing de Jovago Côte d’Ivoire, soutient que  ’’ L’implantation d’UNIVERSAL en Côte d’Ivoire confirme l’attractivité du marché ivoirien et va considérablement contribuer à développer le tourisme local à travers le flux de visiteurs que cela va générer dans les  prochaines années ‘’.

Déjà dans les années 1960, la Côte d’Ivoire était une destination incontournable pour les artistes africains. Et l’industrie musicale ivoirienne a joué un rôle important dans la croissance économique du pays comme aujourd’hui, 55 ans après.

Des artistes comme Magic System, Alpha Blondy, Tiken Jah, Meiway, Monique Seka et bien d’autres ont su propulser la musique ivoirienne moderne au-delà des frontières du continent. L’arrivée de Universal Music Group en Côte d’ivoire est donc, un véritable coup de pouce pour une industrie musicale qui ne manque pas de talents. 

 

Source : Jovago

 

Comment

Les élections en Côte d’Ivoire approchent à grands pas. Dans le souci de prevenir les conflits, l'Ong internationale belge Verbatims a initié un atelier de formation de leaders communautaires à Abidjan-Cocody du 27 au 29 août.

Cette formation avait pour but de renforcer les capacités de leaders d’opinion à repérer et gérer les conflits identitaires, afin de construire une citoyenneté ouverte en vue d’une cohésion sociale durable. Ainsi les leaders de communauté ont été intruits sur la prévention, la gestion des conflits et la saine cohabitation des populations. Aussi ce forum s’est-il adressé aux hommes des médias qui jouent un rôle prépondérant lors des élections, et dont le travail est d’informer la population et non être à la solde des politiciens.

Pour Marie Stenbock Fermor, présidente du conseil d’administration de Verbatims, « L’objectif est atteint ». «Les leaders formés, ajoute-t-elle, ont propagé le message de réconciliation et de cohésion. Nous pensons que les gens veulent briser le mur de méfiance. Et Verbatims est là pour interpeller tous ceux qui trompent les populations ».  

Les participants ont été formés sur le thème central :  « Une ethnie s’approprie l’exclusivité de l’exercice d’une profession ; la source du conflit est le rejet de l’individu de toutes croyances ou pratique religieuse qui n’est pas la sienne… »  

Les partenaires ont salué les efforts de cette ONG belge. Et n’ont pas manqué de lui signifier leur soutien. Avant d’ajouter que l’Afrique doit sa force à l’entente des peuples. Que chacun accepte l’autre sans distinction.

 

Comment

Quatre candidats déclarés à la présidence de la Fédération ivoirienne de football (FIF) ont animé une conférence de presse à Abidjan. Ils exigent la mise en place d’un comité ad’hoc pour la gestion de la FIF, car disent-ils « Sidy Diallo et son comité directeur sont forclos ». 

 

Eric Monnet, président de Adzopé FC, Dao Mamadou, président de Atlantis FC, Koné Cheick Oumar, anciennement président de l'Africa d'Abidjan, et Eugène Diomande, président de San-Pédro (absent) ont tablé sur l’actualité du football ivoirien. Tous candidats à l’élection du président de la FIF ont dit avoir saisi l’autorité compétente pour qu'un comité de transition soit mis sur pied. «Nous avons saisi la justice ivoirienne, le ministère des Sports et le CNO local pour faire valoir la légalité» de ce qui considère comme un abus à l'éthique des statuts de la fédération.

S’appuyant sur l’article 42 alinéas 2 du statut de la FIF qui dit « l’élection du président a obligatoirement lieu au plus tard le 30 juin suivant la fin de la quatrième année civile de son mandat ».

Pour ces candidats, le locataire actuel de la maison de verre de Treichville ne pense pas à sa succession. « Les dispositions transitoires des statuts de la FIF stipulent qu’une commission électorale devrait être mise en place lors de l’assemblée de 2012. Cela n’a pas été fait. Pis, le mandat de Sidy Diallo a pris fin depuis le 30 juin 2015 »,  a fait remarquer Koné Cheik Oumar, ajoutant qu’ils souhaitent aller aux élections, mais les conditions pour y aller ne sont pas réunies.

Par ailleurs, les conférenciers ont déploré le silence de certains présidents de club. « Nous voulons interpeller les présidents des clubs de Côte d'Ivoire qu'il y a le feu à la Fif », a lancé Dao Mamadou, le président d'Atlantis FC.

La FIF n'a pas attendu longtemps pour réagir face aux propos de ces présidents de club. Le porte-parole Pierre Gondo a fait savoir que ces quatre personnes font une lecture erronée desdits articles. Pour lui, contrairement à ce qu’avancent ces présidents, les textes donnent l’occasion à la FIF d’organiser les élections au plus tard le 30 juin 2016 et non le 30 juin 2015.

 

Izoudine Youssef

 

 

Comment

M. Oulaï François, directeur général du commerce intérieur était le représentant du ministre Jean-Louis Billon du Commerce à la cérémonie de clôture de la 1ère édition des Journées nationales de la lutte contre la vie chère et la contrefçon à Abidjan.

 

Le directeur général du commerce intérieur a fondé un grand espoir sur les conclusions des travaux des JLVC 2015 qui, selon lui serviront dans la lutte contre la vie chère en Côte d’Ivoire. « Nous pensons véritablement que les conclusions de ces travaux vont aider le gouvernemnt à apporter des réponses appropriées à cette importante question. Il faut saluer donc cette initiative de Pluriel Communications», a dit M. Oulaï. « Les préoccupations auxquelles, il n’ y a pas eu d’éléments de réponse pourront prochainement en trouver, surtout pour ce qui est du secteur du transport qui constitue un maillon essentiel de l’économie dans son secteur tertiaire, mais toujours pas bien compris par l’ensemble des populations. Nous allons faire le retour de tout ce qui a été dit ici au ministre pour que dans la solidarité gouvernementale, on puisse apporter une réponse idoine au problème du transport», a-t-il ajouté.

Dr Boguifo, porte-parole des panélistes, a fait un resumé des deux jours de travaux. « Nous avons commencé une action, elle se doit de se pérenniser… Le bien-être des Ivoiriens passe par le panier de la menagère qui doit être allégé, par une meilleure santé en luttant contre la contrefaçon des médicaments, des produits alimentaires, etc. Nous devons comprendre que la réduction de la cherté de la vie est une affaire de tous », a-t-il soutenu.

M. Edem Kouadio Bokbi, directeur administratif et technique de Pluriel communications, par ailleurs, président du comité d’organisation des JLVC 2015, a exprimé sa joie pour le bon déroulement de ces journées, s’exusant pour les imperfections qu’on aurait pu constater. Et de remercier, par la suite, tous les partenaires dont la mairie d’Adjamé, la mairie du Plateau, l’Université de l’Atlantique, les associations de consommateurs, l’ordre national des pharmaciens de Côte d’Ivoire, le  ministère de la Santé, la Chambre de commerce africaine etc. « C’est ensemble dans une synergie concertée que nous pourrons arriver à de grandes choses », a-t-il conclu.

La première édition des JLVC 2015 prend fin le 29 août 2015 avec la caravane de sensibilisation dans le District d’Abidjan. Les objectifs sont entre autres : lutter contre la vie chère et la contrefaçon, Promouvoir l’affichage des prix, Vulgariser le respect des tarifs homologués, Valoriser le droit des consommateurs, et dans les secteurs de la santé, d’e-commerce, du commerce, du transport, du vivrier, etc. Les cibles visées sont : les entreprises, les commerçants, les consommateurs, les collectivités territoriales, les Forces de l’ordre, etc. 

 

Comment

Une bonne nouvellle pour les étudiants de l’Université Atlantique d’Abidjan. Le Prof. Aliou Mané, président de cette Université qui a participé en tant que partenaire à la 1ère édition des JLVC 2015, a fait un geste à l’endroit de tous les étudiants de son établissement pour la rentrée académique 2015-2016. Une remise de 600 milles francs sur la scolarité.

 

C'est une information que M. Edem Kouadio Bokbi, directeur administratif et technique de Pluriel communications, par ailleurs, président du comité d’organisation des Journées nationales de la lutte contre la vie chère et la contrefaçon(JLVC), a confié à l'ensemble des panélistes présents dans la salle de conférence de la Chambre de commerce et d'industrie d'Abidjan. Le président de l’Université de l’Atlantique a décidé de faire une remise de 600 milles francs sur la scolarité de tous les étudiants pour la rentrée académique 2015-2016, en prévilégiant ceux ayant participé aux JLVC 2015.

 

Cette bonne nouvelle a été bien accueillie par les étudiants et parents d’élèves présents dans la salle de conférenece de la Chambre de commerce et d’industrie d’Abidjan. Elle a été également saluée à sa juste valeur par M. Oulai François, directeur général du commerce, représentant le ministre du Commerce Jean-Louis Billon, à cette cérémonie. « Nous sommes dans une société en perpértuelle devenir. La Côte d’Ivoire de demain, c’est vous. Hier, nous étions des étudiants aujourd’hui nous sommes des cadres de la Nation, c’est Dieu qui l’a voulu, ce sont nos dirigeants qui l’ont voulu, C’est pourquoi, je voudrais vous encourger à poursuivre vos études en donnnant le meilleur de vous vous-mêmes. Ceux qui ont eu cette chance de prendre part à ces journées importantes ont pu bénéficier d’une importante réduction sur leur scolarité. Je pense que le président de l’Université Atlantique a fait un bon geste envers les parents d’élèves qui quelque fois sont confrontés à des difficultés financières », a dit M. Oulai, s’adressant aux étudiants. 

 

Comment

En prélude à la cérémonie officielle de lancement du Jeu-Concours d’orthographe « Spell Me » prévue pour novembre 2015, Mme Cess Frédérique Camille, présidente de la structure Caleb Group, promotrice de  «Spell Me », a tenu une conférence de presse mardi à son siège sis à Cocody-Riviera 3. 

 

« Spell Me » ou un autre moyen pour se familiariser avec le français

« Spell Me » est un concours éducatif, civique et ludique qui va opposer les élèves du primaire et du secondaire de différentes communes du District d’Abidjan. Ce Jeu-concours télévisé d’Orthographe a pour ambition essentielle, de promouvoir la langue française par un maniement plus approprié de celle-ci. Un autre moyen plus facile d'apprendre le français. Ainsi donc, il sera au contact des élèves durant l’année scolaire pour les stimuler à renouer avec l’excellence en français. Toute chose qui, selon Mme Cess Frédérique Camille, doit les amener à accorder plus d’égard et de temps à l’apprentissage de la langue de Molière, passant obligatoirement par une connaissance du vocabulaire  et de l’orthographe de cette langue. Pour y parvenir, il faudrait «Fédérer les élèves autour d’un évènement formateur, éducatif et didactique majeur. Cela, afin de  lutter contre l’échec en milieu scolaire notamment en français en palliant les lacunes nées du désintérêt pour la lecture, et, au mauvais niveau de langue dû au règne des abréviations SMS », a-t-elle soutenu, ajoutant qu’ à travers ce Jeu-Concours d’ Orthographe, les élèves pourront davantage se familiariser avec la langue française. Pour la présidente de la structure Caleb Group, le français occupant une place de choix dans les échanges linguistiques, culturels , relations diplomatiques…, il est impérieux de lui accorder le rôle qui lui revient de droit. C’est pourquoi, pour elle, « Apprendre le français, c’est d’abord le plaisir d’apprendre une belle langue, riche et mélodieuse qu’on appelle souvent la langue de l’amour. Le français est aussi une langue analytique qui structure la pensée et développe l’esprit critique utile dans les discussions ou des négociations ».

 

L’organisation pratique du « Spell Me » 

Ce jeu-concours d’orthographe « Spell Me » sera diffusé et mettra en compétition deux catégories de candidats: les Juniors (niveau CE2 et CM1) et les Seniors (6ème et 5ème). Il s’adresse aux élèves  des 13 communes du District d’Abidjan. Chacune de ces communes devra présenter selon un mode opératoire, trois (3) compétiteurs par catégorie. Ils s’affronteront par DREN avec quatre (4) manches dans les différentes rubriques suivantes : Anagramme, Epellation, 4 Indices 1mot, Sens et Signification. De cette compétition entre les DREN, on aura par catégorie deux équipes qui vont s’affronter pour la finale. 

 

Source : Serv Com Caleb Group

 

Comment

M. YOUTE Innocent, conseiller technique chargé du commerce intérieur au ministère du Commerce, a  procédé mardi au lancement officiel des Journées nationales de lutte contre la vie chère et la contrefaçon(JLVC)2015 à la Chambre de Commerce d’Abidjan.

 

Innocent YOUTE qui représentait, à cette cérémonie, le ministre Jean-Louis Billon du Commerce, a exprimé le soutien indéfectible du ministère à cette initiative de la structure Pluriel Communications. Selon lui, le ministère a mis en place deux stratégies de lutte contre la vie chère en Côte d’Ivoire. Il s’agit premièrement  de « permettre à la population d’avoir des revenus en créant des emplois dans le secteur de l’artisanat, secondairement la mise en œuvre des actions concrètes de lutte contre la vie chère( le conseil national de lutte contre la vie chère) », a-t-il confié, soulignant qu’en dehors de certains prix homologués par le gouvernement, les prix sont libres, et donc les actions du ministère consistent à aider le consommateur à payer la « juste marchandise au juste prix ».

M. Edem Kouadio Bokbi, directeur administratif et technique de Pluriel communications, par ailleurs, président du comité d’organisation, a indiqué que les JLVC se présentent comme une plate-forme qui réunit toutes les entités qui rentrent en ligne de compte du quotidien des Ivoiriens. La concurrence déloyale et la période des soldes qui se faisaient de façon anarchique ont motivé la création de ces journées. «…notre structure a décidé d’apporter sa pierre à l’édifice  dans la lutte  contre la vie chère et la contrefaçon pour le bien-être des populations», a-t-il indiqué. D’où le thème central : « Lutte contre la vie chère : quelles approches stratégiques pour le bien-être des populations ? ».

M. Farikou Soumahoro, président de la fédération nationale des commerçants de Côte d’Ivoire(FENACCI) estime, pour sa part, qu’il ne peut avoir de solution miracle à la cherté de la vie tant que gouvernants, commerçants, consommateurs ne se retrouvent pas autour d’une même table pour poser les vrais problèmes tels que la réduction des taxes sur l’importation des marchandises, parce qu’il y a « assez de paramètres à considérer », précise-t-il.

Marc Yao,  invité spécial et président de la Chambre de commerce d’africaine(CCA) basée à Paris, a fait savoir que cette Chambre est une sorte de guichet unique pour les entreprises africaines à l’international. Elle vient en complément pour aider ces entreprises qui voudraient se développer à l’extérieur. 

La première édition des JLVC 2015 a lieu du 25 au 29 août 2015 avec un panel et une caravane de sensibilisation dans le District d’Abidjan. Les objectifs sont entre autres : permettre aux consommateurs et aux commerçants de faire de bonnes affaires, Lutter contre la vie chère et la contrefaçon, Promouvoir la responsabilité sociétale des entreprises, ainsi que l’affichage des prix, Vulgariser le respect des tarifs homologués, Valoriser le droit des consommateurs, Sensibiliser sur les dangers liés à la contrefaçon etc. Et les secteurs concernés sont : la santé, l’e-commerce, le commerce, le transport, le vivrier, etc. Les cibles visées sont : les entreprises, les commerçants, les consommateurs, les collectivités territoriales, les Forces de l’ordre, etc. Ces journées viennent en prélude à celles de mars 2016, avec la Tunisie comme pays à l’honneur.

 

 

Comment

Sassandra, localité balnéaire située à 283 km à l’Ouest d’Abidjan, apparaît comme une ville au potentiel touristique indéniable. La cité, restée longtemps en marge du développement, dispose d’énormes potentialités, des atouts naturels exceptionnels et propices au développement d’une véritable industrie touristique.

 

Son relief atypique et  propre aux villes du littoral ivoirien se constitue d’une suite de falaises rocheuses sur lesquelles viennent s’engouffrer les vagues chaudes de l’océan Atlantique. Ses plages aux sables blancs et son climat agréable invitent à la baignade et au farniente. La ville de Sassandra présente un décor et un cadre paradisiaque qui ferait le bonheur de tout visiteur ou amoureux de la nature. A la somptuosité des plages, s’ajoute un brin d’histoire avec les vieux bâtiments et édifices que l’on retrouve à travers la ville et qui lui confèrent, les allures d’une vieille cité coloniale ou il fait bon se retrouver le temps d’un weekend. Le spectacle  merveilleux qu’offrent ces belles falaises longeant l’océan et  son embouchure, lieu de croisement entre le fleuve Sassandra et l’océan Atlantique, sont un véritable appel à la découverte.

 

Top 3 de Jovago

1-Le port de pêche de Sassandra

Abandonné depuis l’ouverture du port de San Pédro, le port  de pêche de Sassandra a depuis perdu de son attrait et de son intérêt économique. Cependant, ce qui était perçu comme un malheur pour l’activité économique de la ville, est aujourd’hui une chance pour le tourisme. En effet, cela a permis à la ville d’être épargnée des effets de la construction du port moderne, préservant ainsi la faune et la flore marine.

2- Le wharf de Sassandra ou « grand quai »

Construit en 1951, le wharf de Sassandra reste l’un des monuments  les plus visités de la vieille cité. Autrefois très actif du fait des activités portuaires, il a sombré en même temps que le vieux port dans l’oubli et le dénuement total.

3- Le palais du gouverneur

Vestige de l’ancienne Côte d’Ivoire, cette vieille bâtisse au passé chargé d’histoire séduit encore par son architecture coloniale et sa position géographique. Construit sur une falaise, le palais du gouverneur, malgré ses ruines, offre une vue panoramique de toute beauté sur des sites tels que la baie de Sassandra, le port artisanal, le wharf ainsi que les vieux hangars commerciaux de l’ère colonial.

Restaurants

Une chose est sûre, à Sassandra, vous ne mourrez pas de faim. La ville balnéaire offre un choix (quoique restreint) de restaurants de fruits de mer où vous apprécierez de déjeuner ou dîner avec une vue agréable sur la mer. Vous pourrez également, au contact des populations, découvrir de délicieux mets locaux  faits à base de langoustes dont regorgent les eaux de la cité balnéaire.

Shopping

Pour garder un petit souvenir de Sassandra, rendez-vous au centre ville près de la gare routière. Vous y trouverez quelques boutiques pour vos achats:, des tableaux, des tenues traditionnelles et bien entendu tout l’artisanat Néyo.                       

Hôtels

Quoique peu nombreux, la ville de Sassandra dispose de quelques hôtels disponibles sur www.jovago.com qui pourront vous accueillir et vous assurer un séjour agréable  dans la cité balnéaire.

Sécurité

A Sassandra règnent le calme et la quiétude. Les activités économiques qui s’ articulent essentiellement autour de la pêche et du tourisme sont sécurisées par la présence des postes de gendarmerie et de police, aidés dans leur tâche par « Guézé », le génie protecteur de toute la ville qui, bien qu’ invisible, suscite le respect et la crainte.

Insolite

Selon les témoignages recueillis, Sassandra abriterait le plus gros arbre de l’Afrique de l’Ouest, un baobab avec un diamètre de 7 mètres. Ce gros arbre qui attire la curiosité des touristes rajoute à l’intérêt touristique de la cité balnéaire. 

Monnaie

La monnaie locale est le francs CFA (Afrique de l’ouest). 1 Euro = 650 Francs CFA. Les moyens de paiement GAB (Visa, MasterCard) sont acceptés, surtout dans les hôtels et les restaurants.

https://www.mataf.net/fr/conversion/monnaie-XOF

Code pays : + 225

Abidjan.http://www.aeria-ci.com/

Acquisition de visa

L’entrée sur le territoire ivoirien est soumise à l'obtention d'un visa, sauf pour les ressortissants de l’UEMOA.

Pour les conditions de visa consulter : http://www.paiementvisa-cotedivoire.com/.

 

Source : Jovago

 

 

Comment

« J’exhorte mes concitoyens à participer massivement au vote. Voter est une obligation morale et un devoir civique ». Tel est l’appel lancé, le samedi 22 août 2015, à son siège de Cocody-Angré, par l’ONG COMPAD (Communicateurs pour la Paix et le Développement). C’était lors du lancement de la campagne nationale pour des élections présidentielles apaisées dénommée ‘’#Je suis citoyen#, #Je vote#, #J’accepte les résultats#’’. 

Pour Patrick Krou, Coordonnateur général de l’ONG COMPAD, le vote est un acte citoyen auquel tout national majeur doit s’y conformer. Un devoir inaliénable, dira-t-il, pour les populations qui, par ce jeu politique, choisissent librement leurs gouvernants. « La campagne nationale ‘’#Je suis citoyen#, #Je vote#, #J’accepte les résultats#’’ a pour objectif d’inciter les électeurs à aller voter en masse dans le calme et la discipline. Tirant les leçons de la crise postélectorale de 2010, il appert que cette  grave crise est survenue de l’inacceptation des résultats proclamés par la Commission Electorale Indépendante(CEI). Par le biais de cette campagne de sensibilisation, nous entendons prémunir nos populations contre les vieux démons. Le véritable vainqueur d’une élection, c’est le peuple souverain qui exprime son choix par les urnes », a commenté Patrick Krou.

Cette campagne, initiée par l’ONG COMPAD, couvrira tout le territoire national. La promotion de ‘’#Je suis citoyen#, #Je vote#, #J’accepte les résultats#’’ court jusqu’à la cérémonie de prestation de serment du candidat déclaré élu par le Conseil Constitutionnel. 

Source : Serv Com ONG COMPAD 

 

Comment