LA DIPLOMATIQUE D'ABIDJAN - Contenu
Daniel Coulibaly

Daniel Coulibaly

Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Les Eléphants champions d’Afrique de Maracana ont été honorés par le ministre des Sports et des Loisirs, M. François Albert Amichia. Il a, en effet,  reçu à son cabinet sis à l’immeuble Sogefia à Abidjan-Plateau, le président de la Fédération Ivoirienne de Maracana et Disciplines Associées (FIMADA) et par ailleurs élu nouveau président de la toute nouvelle Fédération Internationale de Maracana Associations (FIMAA) et les Eléphants maracaniers (seniors et vétérans) respectivement sacrés champions et vice-champions d’Afrique  à Lomé pour la 3ème fois consécutive.

 

Il était question pour François Amichia de féliciter, au nom du gouvernement, ces héros de la capitale togolaise. « C’est avec beaucoup d’émotion que je vous reçois ici, parce que vos différents succès me vont droit au cœur. Je voudrais donc vous féliciter solennellement, au nom du gouvernement, pour votre dévouement et votre bravoure. Vous avez été formidables. La Côte d’Ivoire est donc très fière de vous. », a-t-il dit, soulignant que la brillante élection du président Bleu Charlemagne à la tête de la FIMAA et le choix de la Côte d’Ivoire pour abriter le siège sont des faits très importants qui marquent le dynamisme du sport ivoirien sur le plan international. C’est pourquoi, il a loué les « qualités de diplomate » du premier responsable du maracana ivoirien. 

S’adressant aux Eléphants maracaniers, M. Amichia s’est dit très heureux de constater qu’après le sacre des Eléphants footballeurs en février dernier en Guinée Equatoriale, le coach Yobo Sylvain et ses joueurs (les seniors) aient, eux aussi, honoré le drapeau ivoirien en montant sur la plus haute marche du podium au Togo. « Une médaille d’or et une médaille d’argent  sont des denrées rares. Je félicite donc nos deux équipes nationales qui nous ont fait plaisir », a-t-il indiqué. 

Le président Bleu Charlemagne a souligné, pour sa part, que c’est la toute première fois pour les Eléphants maracaniers d'être reçus par la tutelle au sortir d’une campagne internationale victorieuse. « C’est grâce à vous essentiellement que nous avons  pu réussir à Lomé. Car, l’audience que vous nous avez accordée le 10 juillet dernier avant notre départ pour nous confirmer le soutien du gouvernement, a été un stimulant pour nous. Nous en sommes très reconnaissants. Ces différentes victoires sont donc les vôtres. Que le Seigneur continue à vous inspirer !  », a-t-il déclaré, tout en remettant l’échappe qui lui a été mise au cou par le président du CNO du Togo, après son élection et le sacre des Eléphants maracaniers.  

 

Izoudine Youssef, avec FIMADA

 

Comment

«Le Forum Baobab» est une série de conférences initiée par la Banque africaine de développement(BAD). Il s’agit d’une plateforme d’échanges qui vise à « réunir un groupe de leaders d’opinion africains, des penseurs de renommée internationale et autres individus accomplis dans le but de partager leurs perspectives, afin de promouvoir des idées nouvelles et inspirantes permettant de relever le défi du développement de l’Afrique», selon un communiqué de l’institution, rapporté par financialafrik.com.

Le communiqué, souligne financialafrik.com, indique que la première rencontre se tiendra le 31 août prochain à Abidjan. Cette rencontre de lancement verra la participation de deux anciens chefs d’Etat africains, Festus Mogae du Botswana et Pedro Pires du Cap-Vert, ainsi que du président sortant de la BAD, Donald Kaberuka, pour une réflexion sur «les multiples facettes du leadership pour l’Afrique que nous voulons dans 50 ans».

Le site spécialisé dans les informations financières stratégiques africaines signale, par ailleurs, la présence d’autres personnalités du continent telles que Ngozi Okonjo-Iweala, économiste, ancienne ministre des Finances du Nigéria et ancienne directrice générale de la Banque mondiale et Saran Daraba Kaba, secrétaire exécutive de l’Union du Fleuve Mano.

Pour l’institution financière, le Forum Baobab devra contribuer à la « mise en place de l’infrastructure immatérielle dont l’Afrique a besoin pour réaliser la transformation socio-économique durable visée par la Stratégies de la BAD pour la période 2013-2022 et l’Agenda 2063 de l’Union Africaine fixant les grandes orientations pour l’avenir de l’Afrique. 

 

Comment

Dans le cadre du financement de projets de développement communautaire dénommé Fonds Spécial « Self-Help » en Côte d’Ivoire, SEM Terence P. Mc Culley, l’ambassadeur des États-Unis en Côte d’Ivoire, a signé plusieurs accords de subvention avec des organisations communautaires ivoiriennes. 45.000 dollars américains soit 22,5 millions de Fcfa, c’est le montant global de financement de sept projets au titre de l’année 2015.  

Les organisations bénéficiaires

Les bénéficiaires de ce financement sont sept organisations communautaires ivoiriennes ayant chacune une mission précise, selon son domaine d'activités. Il s’agit de : 

1-Quartier Community de Tafiré dans la région de Niakara : selon la convention, il s’agit de la construire d’une pompe à eau dans le village afin d’aider les villageois à avoir accès à l’eau potable.

2-Fondation Akwaba de Kpanan (Région de Gontougo) :  sa mission est relative à un projet qui soutiendra l’installation d’un réseau électrique basé sur l’énergie solaire dans un centre de santé rural, un dispensaire qui possède une salle d’accouchement. 

3-Association Action pour le Développement (AAD) de San Pédro : il s'agit d'un projet de réhabilitation d’une école primaire construite en 1940. 

4-Djebelekalha de Niakara dans la région de Hambol : elle aura pour mission de fournir de l’eau potable à la communauté en connectant le village au réseau public de distribution d’eau le plus proche et en installant une fontaine d’eau potable.

5-L’ONG Education and English for You (EEFY) de Bingerville : cette ONG devra conduire un projet qui permettra la réhabilitation des latrines d’une école primaire et d’un collège sis à Bingerville. 

6-L’organisation communautaire « Améliorer la productivité agricole et la santé des femmes de Lokassou et de Djébonoua » dans la région de Gbèkè : elle a bénéficié d’une  convention portant sur un projet relatif à l’aide aux femmes pour la mécanisation de leurs activités agricoles afin d’augmenter leurs productions.

7-Association Eveil à la Vie (AEVie) de Grand Lahou dans la région des Grands Ponts :  elle a bénéficié d’un accord de subvention relatif à un projet qui permettra de réaliser des travaux d’extension d’un bâtiment scolaire afin de pouvoir accueillir environ 150 enfants âgés de trois à six ans.

« Le gouvernement des États-Unis félicite ces organisations pour avoir pris l’initiative d’améliorer les conditions de vie des populations de leurs communautés et pour avoir démontré, par des actions concrètes, leurs engagements à assurer l’indépendance économique et sociale de ces populations (…) », a indiqué Terence P. Mc Culley, soulignant que le Fonds spécial d’auto assistance de l’Ambassadeur a été créé pour soutenir les initiatives communautaires, sans manquer de souligner que le succès du programme Self-Help repose sur l’engagement des participants à bâtir un avenir meilleur pour leurs communautés.

 

Comment

Ils sont beaux, riches et sont des stars mondiales du sport. Leur point commun : porter haut les couleurs d’une Côte d’Ivoire qu’ils contribuent à promouvoir aux quatre coins du monde. Didier Drogba, Yaya Touré, Murielle Ahouré…sont les ambassadeurs, parmi tant d’autres, d’un sport ivoirien en pleine renaissance et qui auréolée de distinctions importantes, se veut une nation émergente du sport au niveau continental et international. Aussi,  Jovago.com  acteur du tourisme ivoirien rend hommage à ces trois grandes figures du sport « made in Côte d’Ivoire ». 

DIDIER DROGBA

Véritable icône nationale, Didier Drogba est  une star planétaire dont le rayonnement met en lumière sa patrie, son cœur, sa nation, la Côte d’Ivoire. Un pays qu’il quitta très tôt pour vivre sa passion et son rêve de devenir footballeur international. Joueur au palmarès impressionnant, celui qui est considéré par les fans de Chelsea comme le « meilleur joueur de l’histoire du club » et le meilleur buteur de la sélection ivoirienne, reste l’un des plus illustres fils d’une Côte d’Ivoire qui peut se vanter d’avoir un aussi prestigieux ambassadeur.

.Aujourd’hui  adulé aux quatre coins du monde, « Gbagbadèh » comme on le surnomme, n’a pas pour autant oublié son pays  pour lequel il nourrit de nombreux projets. Ambassadeur de bonne volonté des nations Unis, il est fortement engagé dans des œuvres  humanitaires en faveur de l’enfance ivoirienne et africaine. Avec sa fondation « Didier Drogba fondation », il lève des fonds chaque année pour la construction de centres hospitaliers qui permettront aux démunis d’accéder à des soins à moins coûts. 

YAYA TOURE

Dire de Yaya Touré qu’il est grand est un euphémisme. Grand par la taille (188m), mais aussi par le talent, celui que l’on surnomme « Gnéri » figure parmi les meilleurs footballeurs du monde.

Sacré meilleur joueur Africain en 2011, 2012, 2013, 2014  et récent vainqueur de la coupe d’Afrique des nations (CAN) en 2015, Yaya est aujourd’hui  avec  Samuel Eto’o Fils, le sportif le plus titré du continent. Actuel capitaine des éléphants de Côte d’Ivoire, Gnégnéri  séduit par sa simplicité, sa disponibilité et  son engagement en faveur des causes africaines. A l’instar d’autres grands noms du continent, il prête régulièrement son nom et son image à des campagnes de mobilisation et de sensibilisation des populations  telle que la campagne « Tous unis contre Ebola »  lancée récemment avec d’autres grands du football et qui vise à sensibiliser sur les dangers du virus à fièvre Ebola.

MURIELLE AHOURE

Vice championne du 100 m et 200 m dame aux mondiaux de Moscou, Murielle Ahouré n’en finit plus d’éclabousser la sphère de l’athlétisme mondial de son talent. Avec son style atypique alliant vitesse et puissance, la native d’Abidjan porte haut les couleurs de son pays à travers les prestations de haut niveau dans les grandes compétitions internationales. Comme un bon vin qui s’affine avec le temps, la sprinteuse ivoirienne à travers ses performances prouve  qu’elle est une valeur sûre du continent et une digne représentante d’un athlétisme ivoirien qui semble avoir trouvé en sa personne, une de ses plus glorieuses ambassadrices.

 

Source : JOVAGO 

 

Comment

Le débat sur le tourisme ivoirien s’anime de plus en plus en Côte d’Ivoire au point ou les autorités en ont fait une priorité pour les cinq prochaines années. Toutefois, une question importante demeure: à qui s’adresse réellement le tourisme ivoirien?

 

Si l’on se réfère à la définition de l’organisation Mondiale du Tourisme (OMT): ”Le tourisme est un phénomène social, culturel et économique qui implique le déplacement de personnes vers des pays ou des endroits situés en dehors de leur environnement habituel à des fins personnelles ou professionnelles. Ces personnes sont appelées des visiteurs (et peuvent être des touristes ou des excursionnistes, des résidents ou des non-résidents) et le tourisme se rapporte à leurs activités, qui supposent pour certaines des dépenses touristiques”. 

On comprend vite qu’il n’est pas aisé de dresser un profil par défaut du touriste idéal. Cependant comme le relève Cynthia ADEDIRAN, directrice de Jovago Côte d’Ivoire, ”Il est important de comprendre que le développement du tourisme est une question nationale et à ce titre les Ivoiriens sont eux aussi appelés à participer à cet effort”.  Toute chose qui passe par la prise en compte du tourisme local qui vise à inciter les ivoiriens à découvrir leur pays, pour rejoindre la définition de l’OMT. Un tel engagement des locaux permettrait d’accroitre considérablement l’économie touristique et promouvoir en interne ce que la Côte d’Ivoire a de plus beau.

Il s’agit aussi d’inciter davantage les touristes internationaux par la mise en place de stratégies axées sur l’extérieur et qui permettraient d'accroître l’engouement pour la destination. Sur cet axe, la Côte d’Ivoire doit redoubler d’efforts, car beaucoup de choses restent encore à faire. Le pays pourrait par exemple s’investir davantage dans les festivals internationaux, les salons et autres événements qui permettraient d’établir à nouveau la confiance entre la Côte d’Ivoire et les voyageurs étrangers. 

La Côte d’Ivoire ne manque pas d’atouts aussi bien pour le développement du tourisme local que international, et la mise en place de stratégie correspondant aux différentes cibles (locale et internationale) demeure jusqu’ici l’épine “aux pieds” du secteur touristique, qui pourtant est hissé par le gouvernement aux rangs des priorités. 

 

Source: Jovago

 

Comment

Brofodoumé, petite bourgade paisible située à quelques 15 km au nord-est d’Abidjan renferme une perle touristique encore méconnue des populations abidjanaises: Green Valley est un cadre enchanteur et accueillant pour tout visiteur.

 

Petit coin de paradis en plein cœur de la forêt, ce cadre paradisiaque ne peut laisser personne indifférente. Tant par la beauté de son paysage que par la qualité de ses installations. 

C’est dans un atmosphère paisible et au calme apparent, que l’équipe de Jovago.com, acteur panafricain du tourisme a donné rendez-vous ce vendredi 14 août 2015, à ses partenaires hôteliers et journalistes membres  du réseau ivoirien des médias pour la promotion de nouvelles destinations ivoiriennes, pour la deuxième étape de ses sorties découvertes. Journalistes et hôteliers ont pu visiter les installations modernes de Green Valley grâce un circuit qui leur a permis d’apprécier le riche patrimoine touristique de ce fleuron de l’hôtellerie ivoirienne.

“Avec ses nombreux atouts naturels, Green Valley est l’exemple de nouvelle destination que Jovago veut promouvoir pour attirer plus de visiteurs à partir d’Abidjan et du reste du pays, et les médias ont un rôle à jouer pour nous accompagner à faire connaître cet endroit paradisiaque” , a déclaré Cynthia ADEDIRAN, directrice de Jovago Côte d’Ivoire. Cette deuxième étape est une occasion d’échanges et de rapprochement entre les différents acteurs du secteur touristique ivoirien, et vient marquer l’engagement de la startup panafricaine de réservation hôtelière à promouvoir le tourisme ivoirien sous toutes ses formes.

Seydou DAO, porte-parole des journalistes présents, a exprimé l’enthousiasme des uns et des autres pour cette initiative de la startup, indiquant leur adhésion aux actions de Jovago.com pour un nouvel élan du tourisme en Côte d'Ivoire.

 

Source: Jovago

 

Comment

M. Sidi Touré, ministre délégué auprès du Président de la République chargé de la Promotion de la Jeunesse et de l’Emploi Jeunes(MPJEJ) a reçu  M. Hien Sié, directeur général du port autonome d’Abidjan (PAA) à son cabinet sis au 8ème étage de la Tour B.

 

Cette rencontre a permis à M. Sié d’exposer au ministre les opportunités d’emplois que peut offrir le PAA dans le cadre du projet emplois jeunes, en terme d’appui à l’Agence Emploi Jeune. « Nous avons marqué notre intérêt par rapport à cette initiative. Déjà, au niveau du port, nous employeurs, travaillons à ce que les jeunes chercheurs d’emploi puissent apprendre. Mais le cadre formel défini par le Gouvernement à travers ce Ministère et l’Agence Emploi Jeune formalise les choses et nous facilite la tâche .Cela nous permettra dorénavant de travailler assez régulièrement avec cette agence pour pouvoir avoir les meilleurs profils possibles pour les emplois que nous aurons à offrir et assister les jeunes diplômés à pouvoir s’insérer dans le milieu de l’emploi par l’apprentissage, les stages et les formations. Nous partons donc rassurés en attendant que les conventions formalisent cette collaboration entre le Port Autonome d’Abidjan et le Ministère. », a confié le DG du Port d’Abidjan. 

 

C’est une nouvelle qui a été bien accueillie par le ministre Sidi Touré. «  Je ne peux être que content et inviter les autres entreprises à emboiter le pas au Port Autonome d’Abidjan en venant faire leurs propositions d’offre ; nous démarcherons dans ce sens pour que , véritablement les jeunes trouvent réponse à leurs problèmes d’emploi à travers nos différentes initiatives », a-t-il dit. 

 

Source : SERCOM ministère

 

 

Comment

Dans le cadre du projet "Leadership des jeunes dans la prévention des conflits », un atelier de formation a lieu du 12 au 14 août 2015 à la Fondation Friedrich Naumann à Abidjan. Initié par le Centre ouest africain d’Education pour une Société Durable( Centre ESD), il est à l’intention de 35 jeunes ivoiriens.  

 

C’est sous le thème : « Quelle responsabilité des jeunes dans la prévention des conflits ? » que la première session de cet atelier s’est ouverte en présence de l’admistrateur principal du conseil de gestion du Centre ESD-Section Côte d’Ivoire, Mlle Sandrine Evodie. Les objectifs de ce projet, selon elle, sont entre autres, le leadership transformationnel, la conduite du changement social, la prévention et la gestion des conflits. «…ce projet vise à contribuer à l’augmentation de l’efficacité et la compétence des jeunes dans la prévention des conflits et la consolidation de la paix », a-t-elle ajouté, soulignant qu’il s’adresse à 35 jeunes venant de 5 régions de la Côte d’Ivoire (Korhogo, Bouaké, Bondoukou, Duékoué, et  Abidjan), et issus de partis politiques, d’associations confessionnelles, syndicales et civiles. « …nous voulons inspirer un nouveau type de jeunes capables de faire de la paix leur motivation à avancer et de la gestion pacifique des conflits leur seconde nature », a-t-elle conclu, faisant allusion à la présidentielle à venir d’octobre 2015, au regard de ce qui s’est passé en 2010.

De son côté, M. Louis Gervais Anoma, le représentant du chef du bureau Unesco-Abidjan, M. Ydo Yao, a salué cette intitiave du Centre ESD qui s’inscrit dans les missions assignées à cette organisation internationale : Promouvoir la paix par l’éducation, Promouvoir la paix internationale et la sécurité par le désarmement et la résolution pacifique des conflits, Faire avancer la tolérance, la compréhension, la solidartité et le dialogue, Soutenir la participation démocratique en éduquant les citoyens à des pratiques responsables, en particulier les jeunes…

Pour Sophie Konaté, chargée de programmes à la Fondation Friedrich Naumann, la jeunesse se doit d’être plus responsable en refusant de se laisser instrumentaliser par les hommes politiques, et s’engager plus à la culture de la paix.

Dans lmise en oeuvre de ce projet, le Centre ESD bénéficie de l'appui financier de « American Jewish World Service » qui est une organisation mondiale de juifs Américains pour la promotion de la dignité humaine, et de la Fondation Friedrich Naumann, avec le soutien du Regroupement des Acteurs Ivoiriens pour les Droits Humains (RAIDH), de la Commission Nationale des Droits de l'Homme de Côte d'Ivoire (CNDHCI), le Cabinet Ariel et de l'appui technique du WANEP.

 

 

Comment

La moisson est bonne pour  les Eléphants vovistes. Avec 5 médailles (1 en argent et 4 en Bronze), ils ont regagné Abidjan, dans la nuit du lundi après leur participation au mondial du Viet Vo Dao en Algérie. Cette équipe ivoirienne est à féliciter surtout qu’elle est partie en Alger sans grands moyens. 

Partis sur la pointe des pieds et sans aide financière, les Eléphants vovistes sont revenus de l’expédition d’Alger avec 5 médailles dont 1 en argent et 4 en Bronze. Et le mérite leur revient, surtout au président de la fédération ivoirienne de Vovinam Viet Vo Dao(Fivd), Traoré Moumouni qui a tenu à faire participer la Côte d’Ivoire à la coupe du monde Vovinam Viet Vo Dao en Algérie. Le président de la Fivd se dit heureux de cette participation et exprime un grand merci aux vovistes qui ont honoré le Veit Vo Dao ivoirien. 

Les Eléphants vovistes ont fait flotter le drapeau ivoirien dans le ciel algérien grâce à 5 médailles. Ils ont regagné, les bords de la lagune Ebrié dans une grande satisfaction, quand sait qu’ils sont partis dans des conditions lamentables.

Cette participation des Ivoiriens sonne comme une revanche après l’annulation du championnat d’Afrique des Nations qui devait se tenir à Abidjan. 

 

Izoudine Youssef

Comment

JUMIA Côte d’Ivoire offrira à partir du lundi 10 août 2015 des réductions progressives: 50% de réduction du 10 au 16 ; 70% du 17 au 23 et 90% du 24 au 30 août 2015 sur plus de 10 000 articles et accessoires de mode.

3 semaines de folie d’achat

Il s’agit de la deuxième période des soldes annuelles lancée par le leader du shopping en ligne en Côte d’Ivoire. Trois semaines de folie d’achat avec des réductions sur les catégories mode hommes, femmes et enfants, les accessoires, les produits de beauté, parfums et bien-être, et les mêmes offres sur le site que sur l’application mobile. La première semaine du 10 au 16 août, les réductions pourront atteindre 50% puis, 70% la deuxième semaine(17 au 23 août), pour finalement atteindre jusqu’à 90% du 24 au 30 août 2015, la troisième semaine. 

Une occasion formidable pour renouveller sa garde robe et préparer la prochaine rentrée pour les milliers d’Ivoiriens convertis au shopping en ligne. 

Les marques à l’affiche 

Jack & Jones, Zara, Vero Moda, Belluci, Casio…, les fashionistas pourront retrouver leurs marques préférées. L’occasion rêvée pour enfin s’offrir la montre, le sac à main , les escarpins et même le parfum tant convoité. Pour profiter de ces offres : https://www.jumia.ci/jumia-soldes/. 

Les soldes fashion, JUMIA les a pensées et préparées toute l’année en étoffant sa liste de produits proposés à sa clientèle, afin d'y introduire les meilleures marques internationales et locales.

 

Daniel Coulibaly, avec Jumia-CI

 

Comment