LA DIPLOMATIQUE D'ABIDJAN - Contenu
Daniel Coulibaly

Daniel Coulibaly

Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

L’Etat ivoirien a signé un accord-cadre de partenariat avec l’OIF(Organisation internationale de la francophonie) pour la mise en place en Côte d’Ivoire, du « Programme de Promotion de l’Emploi par l’Entrepreneuriat chez les femmes et les jeunes en Afrique Subsaharienne Francophone ».

L’accord-cadre de partenariat a été signé le mardi 21 mars 2017 entre le Premier ministre ivoirien Amadou Gon Coulibaly et la secrétaire générale de l’OIF, Michaëlle Jean, avant d’être adopté au conseil des ministres du mercredi 22 mars 2017. 

Lors de la traditionnelle conférence de presse après conseil des ministres, le ministre Bruno Nabagné Koné a confié que la Côte d’Ivoire fait partie des 12 pays pilotes que l’OIF a choisis pour la mise en œuvre de ce programme. Avant d’ajouter qu’il prévoit notamment l’accompagnement des porteurs de projets et d’entrepreneurs pour la mise en place d’incubateurs, l’appui au renforcement de l’environnement entrepreneurial et la mise en réseau des acteurs. 

Selon le porte-parole du gouvernement, ce programme, initié en 2015, vise à renforcer les capacités des pays ciblés afin de contribuer à la création d’emplois décents et de revenus durables par la promotion de l’entrepreneuriat chez les jeunes et les femmes dans les secteurs à fort potentiel de création d’emplois.

 

Comment

Le gouvernement ivoirien se dit satisfait de la première phase des remboursements dans le dossier agrobusiness démarré le 15 mars 2017. Par ailleurs,  il annonce le demarrage de la phase 2 pour le 23 mars 2017. 

Selon le ministre Bruno Nabagné Koné de l’Economie numérique et de la Poste, porte-parole du gouvernement, la phase 1 concernant sept (7) sociétés dont les niveaux de ressources disponibles sont satisfaisants et permettent aux souscripteurs de recouvrer entre 50% à 100% de leur investissement initial. 

S'agissant de la phase 2, qui se rapporte aux entreprises dont les soldes bancaires disponibles sont compris entre 20% et 50%, il demarre le 23 mars 2017, a-t-il annoncé.  

Quant aux phases 3 et 4 qui concernent les sociétés dont les soldes sont compris entre 0 et 20%, les nombreuses réclamations portant sur les listes des souscripteurs concernés exigent un approfondissement des vérifications.

Par ailleurs, rassure-t-il, les investigations se poursuivent afin de retrouver de nouvelles ressources disponibles et/ou d’autres actifs dont la réalisation permettra de relever le taux de remboursement des souscripteurs concernés.

Dans le dossier Agrobusiness, il convient de souligner que conformément aux décisions du Conseil des ministres du 1er mars 2017, un administrateur séquestre Drissa Koné a été nommé le 14 mars 2017 en vue d’assurer l’opération de remboursement des souscripteurs. 

 

Comment

Le Comité technique de concertation (CTC) du Comité de concertation Etat/Secteur Privé (CCESP) se réunit ce jeudi dans le cadre de sa première réunion de l’année 2017. Plusieurs points dont les coûts de passage portuaire, l’orpaillage clandestin , le prix du sucre…vont constituer les éléments sur lesquels vont plancher ses membres. 

Cette réunion intervient un mois après la rencontre entre le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, président du Conseil de concertation, et le secteur privé, le 23 février 2017. « d’importantes réformes institutionnelles, structurelles et sectorielles mises en œuvre ont permis d’améliorer l’environnement des affaires pour faire du secteur privé le principal moteur de la croissance économique ». Ainsi, « la contribution du secteur privé national et international à l’effort d’investissement a sans cesse progressé pour atteindre 63,9% en moyenne (…). L’objectif du gouvernement est de le porter à 65% voire 70% en 2020 », avait-il déclaré, lors de cette rencontre.

Elle va ainsi traiter de plusieurs dossiers déjà instruits par le Secrétariat exécutif du Comité de concertation Etat/secteur privé (SE-CCESP). Il s’agit des coûts de passage portuaire (relance des travaux  de la commission), le réajustement tarifaire de la livraison et du positionnement des conteneurs dans les ports d’Abidjan et de San Pedro (reprise des travaux de la commission), le suivi de la mise en œuvre du mémorandum sur l’acceptabilité de l’application intégrale du règlement 14 de l’UEMOA, l’orpaillage clandestin (Renforcement de la lutte contre l’orpaillage clandestin en liaison avec le Secteur Privé), le prix du sucre pour la Compétitivité des industries agro-alimentaires (rapport de conciliation à valider et à mettre en œuvre). A ces points s’ajoutent plusieurs d’autres préoccupations émises par le secteur privé.

Cette rencontre d’échange vise à la réactivation des travaux de plusieurs commissions paritaires Etat/secteur privé chargées de réfléchir sur des problématiques spécifiques en vue de l’amélioration de l’environnement des affaires et de la compétitivité des entreprises ivoiriennes.

Le Comité technique de concertation présidé par le ministre de l’Economie et des Finances, Adama Koné, est l'organe technique de concertation entre l'Etat et le secteur privé. Il est composé de membres du gouvernement et de six présidents d’organisations patronales et Consulaires fédérant le Secteur Privé. Il est chargé notamment de trouver des solutions consensuelles aux préoccupations du Secteur Privé et de soumettre des recommandations au Conseil de Concertation pour décisions.

 

Comment

Le consul Honoraire de Côte d’Ivoire en Banière-Munich, le Dr Christophe Hahn a offert 15.000 paires de lunettes à la Fondation Children Of Africa de la première Dame ivoirienne Dominique Ouattara, le mardi 21 mars 2017, en Allemagne. 

Au nom de la Représentation diplomatique de Côte d’Ivoire près la République Fédérale d’Allemagne, l’Ambassadeur Léon Kacou Adom a rendu un vibrant hommage à Dominique Ouattara pour son engagement à la dignité et au bien-être des personnes vulnérables. 

«Votre engagement personnel en faveur des enfants et des femmes dans les secteurs de la santé, de l’éducation ainsi que dans celui du social, non seulement en Côte d’Ivoire mais également dans une dizaine de pays en Afrique, je dirais, n’a pas d’égal même en Europe. C’est un exemplaire qui est pour nous une source d’inspiration. Sans vouloir exagérer, je dirais que c’est un standard à labéliser comme marque de solidarité humaine(…) », a  affirmé le Dr Christopher Hahn en hommage à la présidente de la Fondation Children Of Africa.

«(…) le bien-être des enfants est également l’origine, la base et la condition fondamentale pour un développement économique durable. Les enfants d’aujourd’hui sont les piliers de la croissance de demain. Si ce petit geste peut faire en sorte qu’un seul enfant ou un seul jeune arrive à mieux lire des livres leur facilitant un meilleur accès au savoir, le don aurait déjà atteint son objectif », a-t-il ajouté. 

«En offrant ces 15000 paires de lunettes pharmaceutiques à la Fondation, vous contribuez à soulager les milliers de personnes défavorisées, particulièrement les femmes et les enfants, qui bénéficieront gratuitement de soins lors du passage de la prochaine caravane ophtalmologique de Children Of Africa, programmée pour le mois d’Avril 2017. Elles pourront également être distribuées aux différentes structures humanitaires avec lesquelles nous travaillons», a indiqué Mme Ouattara, remerciant son donateur, exprimant également sa disponibilité à accueillir des partenariats des professionnels de la santé d’origine allemande dans le cadre de l’hôpital Mère-Enfant de Bingerville. 

Pour ce geste de haute de portée humanitaire, ministres, diplomates, universitaires, étudiantes, opérateurs économiques et bien d’autres se sont retrouvé dans la salle de conférence de l’hôtel Steigenberger de Stuttgart, située au Sud Ouest de l’Allemagne.  

Notons que la République Fédérale d’Allemagne était représentée à cette sympathique cérémonie par son ministre des Affaires sociales et de l’Intégration de l’Etat de Baden Württemberg, Manfred Lucha, par ailleurs, directeur général du ministère de l’économie de l’Etat de Bavière.

 

Comment

Quelques 200 compagnies chinoises seront installées au Maroc, après une convention signée entre le pays et le groupe chinois Haite basé à Chengdu (centre de la Chine) pour la construction d'une "ville industrielle" près de Tanger (nord) du pays, le lundi 13 mars 2017 , lors d’une cérémonie présidée par le roi Mohammed VI au palais de Tanger.

La future "Cité Mohammed VI Tanger Tech"fait suite à un mémorandum d'entente signé en mai 2016 au cours d'une visite officielle du roi du Maroc à Pékin.

Ce sont au total 930 millions d'euros soit une enveloppe d'un milliard de dollars qui a été mobilisée pour "la construction d'un pôle économique capable de générer 100.000 emplois, dont un minimum de 90.000 emplois bénéficiera aux habitants de la région de Tanger", selon la présentation officielle.

"Les opérateurs économiques chinois sont à la recherche de plateformes compétitives. Et ils ont choisi le Maroc comme l'une de ces plateformes", s'est réjoui le ministre marocain de l'Industrie Moulay Hafid El Alamy, annonçant le premier coup de pioche au deuxième semestre de 2017 pour une durée de 10 ans. 

La "Cité Mohammed VI Tanger Tech" va accueillir 200 compagnies chinoises opérant dans la construction automobile, l'industrie aéronautique ou encore le textile.

Pour Li Biao, président du groupe chinois, cet investissement total des entreprises dans la zone après dix ans atteindra 10 milliards de dollars (9,3 milliards d'euros).

Cette « ville industrielle », selon la marquette s’étend sur 2.000 hectares et est portée par la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, le groupe chinois Haite et le groupe marocain BMCE Bank.

Le Maroc mène ces dernières années une politique d'industrialisation dynamique, notamment à Tanger, ville d'un million d'habitants qui abrite aujourd'hui plusieurs parcs industriels. Cete zone abrite déjà une usine Renault, la plus grande d'Afrique. En septembre dernier, l'avionneur américain Boeing avait annoncé la création d'une zone industrielle spécialisée pour ses sous-traitants, dans la même région.

 

Comment

Projet visant à fournir une formation pratique sur les compétences d'employabilité, ainsi que des services de transition vers l'emploi aux jeunes élèves des écoles secondaires et des écoles EFTP dans 6 des 14 provinces du Sénégal.

Education Development Center (EDC) et la Fondation MasterCard sont sur le point d'annoncer un projet de 15 millions de dollars, d'une durée de cinq ans, qui aidera plus de 30 000 jeunes Sénégalais à développer les compétences dont ils ont besoin pour obtenir un emploi ou monter une entreprise. 

Le Projet Amélioration des Performances de Travail et d'Entreprenariat au Sénégal (APTE-Sénégal) se concentrera sur 200 écoles du secondaire et 50 écoles de l'enseignement et de la formation techniques et professionnels (EFTP) à travers le pays, en fournissant aux étudiants des conseils d'orientation professionnelle et des services de transition vers l'emploi, notamment une formation et un tutorat en entreprenariat, des observations d'emploi dans les entreprises , des stages et des placements professionnels. L'initiative prévoit également de former 1 575 enseignants sénégalais sur le déploiement du programme Apte au travail dEDC, qui aide les jeunes des économies émergentes à développer les compétences dont ils ont besoin pour réussir sur leur lieu de travail ou dans la vie.

APTE-Sénégal sera lancé lors d'une cérémonie qui se déroulera le 23 mars à 10h00 à l'hôtel Ndiambour de Dakar.

«EDC est fière de poursuivre son travail avec la Fondation MasterCard pour aider à institutionnaliser les stratégies d'employabilité des jeunes en Afrique sub-saharienne » a affirmé Séni Diop, Directeur du projet. « Nous allons nous fonder sur notre expérience au Rwanda mais APTE-Sénégal nous permettra également de renseigner la recherche en cours relative à l'impact des programmes de préparation au travail dans les écoles sénégalaises. »

APTE-Sénégal consolide le projet Akazi Kanoze2 mené par EDC au Rwanda, qui a fourni à des milliers d'élèves rwandais du secondaire des compétences d'employabilité et un soutien à la transition vers l'emploi, pour accroître leurs chances d'obtenir un emploi. Le projet a initialement ciblé 16 500 jeunes Rwandais, mais on s'attend à ce que l'initiative atteigne directement 25 000 jeunes, en plus d'avoir indirectement atteint tous les étudiants Rwandais inscrits dans les écoles secondaires et EFTP du pays. Le gouvernement du Rwanda a intégré la méthode du programme Prêt pour le Travail d'EDC au programme national, pour fournir aux étudiants du secondaire général et de l'EFTP du pays les compétences dont ils ont besoin pour réussir.

« Nous sommes ravis de pouvoir consolider notre partenariat avec EDC, une organisation qui a contribué à intégrer la formation sur l'employabilité au programme scolaire du Rwanda » explique Samuel Yalew Adela, Directeur du programme, Education et Enseignement, de la Fondation MasterCard. « Même si le projet vise à atteindre une grande partie de la jeunesse sénégalaise, APTE-Sénégal donnera également son soutien aux efforts du pays pour réformer son programme et améliorer les pratiques d'enseignement et d'apprentissage des enseignants. ».

EDC travaillera en proche collaboration avec le Ministère de l'Education Nationale et le Ministère de la Formation Professionnelle, de l'Apprentissage et de l'Artisanat pour renforcer les programmes scolaires, en renforçant la collaboration avec lemarché local et en identifiant les opportunités économiques existantes dans les régions d'intervention. Le projet prévoit la mise en œuvre du programme Apte au travail dEDC et offrira un soutien à la transition école-emploi, notamment des placements professionnels, des stages et autres possibilités d'apprentissage sur le lieu de travail.

En plus de se concentrer sur ces 250 établissements, EDC travaillera avec des institutions ministérielles nationales et régionales dans le secteur de l'enseignement moyen secondaire et le secteur de la formation professionnelle et technique, pour renforcer la capacité de ces institutions à fournir une structure durable nécessaire à la formation des enseignants et au déploiement national du programme.

APTE-Sénégal desservira six régions (Diourbel, Thiès, Ziguinchor, Sédhiou, Kolda et Kédougou) sur cinq années pour améliorer les capacités des jeunes en matière d'employabilité, de professionnalisme et d'entreprenariat. La formation atteindra directement environ 30 000 jeunes sur la durée du projet.

 

Comment

Aux premières heures du début des passages des témoins à charge de l’Accusation dans le cadre du procès Laurent Gbagbo/Charles Blé Goudé contre le procureur, des noms ont été révélés par erreur à la CPI. Parmi ceux-ci, des chefs militaires des plus importants de la chaîne de commandement de l’armée ivoirienne à l’époque. A savoir l’ex-directeur général de la Police nationale ivoirienne, Brédou M’Bia, le Gl Edouard Tiapé Kassaraté, ex-commandant supérieur de la Gendarmerie nationale, Philippe Mangou, général de corps d'armée, ex-chef d'état-major des armées ivoiriennes, etc. 

 

Pendant la crise post-électorale en Côte d'Ivoire, si l'on était en football, on dirait que Philippe Mangou était avec Laurent Gbagbo jusqu’à la 85 minutes, avant de le lâcher à la 5 minutes de la fin du match pour Alassane Ouattara, le Président déclaré élu par la Comission électorale indépendante. Face au refus intransigent de Laurent Gbagbo de céder le pouvoir, Mangou s’est rangé du côté de M. Ouattara dont la légimité était toujours contestée par M. Gbagbo, mais reconnu par la communauté internationale comme nouveau président de la Côte d'Ivoire. Le Gl Mangou s’est donc désolidarisé et a trouvé refuge à l’Ambassade du Gabon, après avoir dit à son ancien patron que la bataille était perdue.

Comme Brédou M’Bia et le Gl Edouard Tiapé Kassaraté, le témoignage de celui qui a été nommé ambassadeur de Côte d’Ivoire au Gabon par le président ivoirien, depuis mai 2012, est très attendu par tous les pro-Gbagbo et les pro-Ouattara, et surtout par l’Accusation qui jusque là a souvent du mal à comprendre les dires de ses propres témoins dont les dépositions sont peu convaincantes pour plusieurs observateurs. C’est bien ce qui se serait passé avec le Gl Edouard Kassaraté qui n’aurait pas été locasse lors de sa comparution devant les juges de la CPI recemment, accusant une imitation de sa signature sur des documents, et soutenant aussi avoir tenté de raisonner M. Gbagbo afin qu'il rende le pouvoir à M. Ouattara.

Or, l'actuel ambassadeur de la Côte d’Ivoire au Sénégal avait une grande responsabilité dans la chaîne de commandemant du Gl Philippe Mangou. Peut-on affirmer, au risque de se tromper, qu’il a laissé la parole à ce dernier pour tout dire?

« ..quand on a la vérité à dire, on ne se cache pas »

Toutefois, Philippe Mangou pourrait être aussi un témoin « à charge » comme à « décharge » dans ce procès de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé. D’ailleurs, n'a-t-il pas lui-même affirmé vouloir témoigner pour permettre à l’opinion de connaître la vérité? « J’avais moi-même, envisagé de témoigner sans camouflage, car quand on a la vérité à dire, on ne se cache pas. Je veux parler, non pas pour faire condamner qui que ce soit, mais pour permettre aux Ivoiriens et à l’opinion internationale de connaître la vérité », a laissé entendre Philippe Mangou dans les médias en février 2016.

Il avais alors confié qui lui aussi avait demandé à Laurent Gbagbo de démissioner. « Si encourager Monsieur Laurent Gbagbo le 11 mars 2011, à démissionner au moment où lui même demandait mon avis sur la question, pendant que l’armée était à court d’armes et de munitions, (vous et moi nous saurions certainement la provenance des armes et munitions stockées au palais) que les Ivoiriens mouraient et qu’ils ne pouvaient ni manger ni se soigner, c’est trahir, alors j’ai trahi », avait-il lancé à l’endroit de ceux qui l’accusent de trahison. 

Pour lui, mieux vaut l’entendre avant de le condamner. « Qu’ils ne me jugent pas avant de m’avoir entendu », a précisé celui qui fait partie des 138 témoins annoncés par le bureau du procureur dans le procès conjoint Laurent Gbagbo-Blé Goudé qui se tient à La Haye depuis le jeudi 28 janvier 2016. 

Le témoignage de Philippe Mangou, qui a été au coeur de cette crise post-électorale en avril 2011 en Côte d’Ivoire, pourrait donc être décisif pour le sort de Laurent Gbagbo et son ancien ministre de la Jeunesse Charles Blé Goudé.

Tout le monde se pose la question de savoir ce que dira le Gl Mangou, après le passage de l'ex-commandant supérieur de la gendamerie Edouard Kassaraté à la CPI. Pourra-t-il vraiment trahir les secrets militaires de cette époque? Ou alors, jouera-t-il la carte de la neutralité? C'est sûr que ce ne sera pas une tâche facile. 

 

Comment

Voodoo Group dirigé par Fabrice Sawegnon vient d’obtenir sa licence d’exploitation pour sa télévision Life TV. La signature de la convention entre la HACA (Haute Autorité de la communication audiovisuelle) et la structure a eu lieu le jeudi 16 mars 2017.

« La signature de la convention de la HACA (Haute Autorité de la communication audiovisuelle) marque un grand tournant dans la création de Life TV, car elle officialise l’obtention de la licence d’exploitation », indique Fabrice Sawegnon sur sa page officielle facebook, le mardi 21 mars 2017, revelant du coup cette information au grand public. 

Pour M. Sawegnon, la création de Voodoo Production vise, entre autres, à soutenir le cinéma ivoirien qui ne dispose pas de moyens techniques et financiers suffisants pour atteindre les standards internationaux.

« Nous sommes fiers d’avoir coproduit la série Aphasie, lauréate du prix spécial du jury FESPACO 2017 », s’est-il réjoui, soulignant qu'elle a été réalisée par Hyacinthe Hounsou qu'il ne manque pas de saluer le talent. « C’est un vrai talent du cinéma, la preuve vivante qu’avec un grand rêve et beaucoup de travail, on peut réaliser toutes ses ambitions », a-t-il dit.

Il faut rappeler que dans le cadre de la libéralisation de l'audiovisuel en Côte d'Ivoire, le gouvernement ivoirien avait autorisé la HACA à faire un appel d'offres en mai 2016 pour la délivrance de licences d’exploitation sur le réseau TNT(Télévision numérique terrestre) au regard de la décision N° 2016-012/HACA du 14 décembre 2016. Dans un communiqué, l'organe de régulation de l'audiovisuel avait signifié que LIFE TV, Optimum Media CI, Société audiovisuelle de CI et SORANO-CI ont été retenues au terme de cet appel d’offres pour exploiter un service de télévision privée commerciale en Côte d'Ivoire. 

Para ailleurs, les sociétés TELENUM Côte d’Ivoire et STARTIMES MEDIA Côte d’Ivoire ont été quant à elles autorisées à distribuer des services de télévision payants sur toute l’étendue du territoire.

 

 

Comment

Issa Hayatou est-il un mauvais perdant ? En tout cas, l’ancien président de la CAF(Confédération africaine de football) n’est pas du tout content de la FIFA(Fédération internationale de football association). Suite à sa défaite inattendue du jeudi 16 mars 2017 à Addis-Abeba en Ethiopie, face au Malgache Ahmad Ahmad à la présidence de la CAF , M. Hayatou n’a pas hésité à désigner le président de la FIFA Gianni Infantino et sa secrétaire générale Fatma Samoura comme responsables de son échec.

« Je sais que vous avez fait campagne contre moi. Voilà 29 ans que je suis à la tête de la Confédération africaine de football, mais visiblement certains pensent que je suis vieux et qu’il faut que je parte. Sepp Blatter a été réélu à la tête de la FIFA à 79 ans, mais personne n’en a parlé, là. Je ne veux pas faire de polémique. On voulait que je parte et je suis en train de partir », a laissé entendre le désormais ex-président de la CAF à l’endroit du président de la FIFA et de sa Secrétaire générale, à l’issue de l’Assemblée générale, tel que rapporté par les médias. 

Toutefois, il a exprimé sa disponibilité à se mettre au service de son successeur. « Sachez Monsieur le nouveau président que je suis à votre disposition, si jamais vous avez besoin de mon expérience. On ne peut pas avoir bâti l’organisation de la CAF pendant 29 ans et nous tourner le dos, c’est impossible », a-t-il dit.

Pour rappel, lors des élections à la présidence de la CAF, Issa Hayatou n’a obtenu que 20 votes contre 34 pour Ahmad Ahmad.

 

Comment

Le président du Groupe Banque Centrale Populaire(BCP) du Maroc, Mohamed Benchaaboun, a rendu un hommage à Souleymane Diarrassouba, l’ex-directeur général de sa filiale Atlantic Business International (ABI), nommé ministre du Commerce, de l’Artisanat et de la Promotion des PME, le 11 janvier 2017, à l’occasion d'une cérémonie de présentation des vœux de nouvel an du personnel. 

Le président du groupe BCP Mohamed Benchaaboun a saisi cette tribune pour exprimer sa reconnaissance à Souleymane Diarrassouba pour le travail accompli à la direction de l’ABI, relevant ses qualités professionnelles de son ex-collaborateur.

«Ma présence ici me donne une occasion de rendre un hommage appuyé, amical et sincère à Souleymane Diarrassouba pour les accomplissements majeurs qu’ont connus les filiales du groupe Banque Atlantique sous sa direction. Ces réalisations ont permis à la Banque Atlantique d’être aujourd’hui une banque de référence en Afrique en général et plus particulièrement dans la zone UEMOA. Je voudrais pour cela lui exprimer mes remerciements ainsi que ceux de l’ensemble des collaborateurs de la Banque Centrale Populaire », a-t-il dit, souhaitant au nouveau ministre ivoirien du Commerce, de l’Artisanat et de la Promotion des PME, un succès dans ses nouvelles fonctions. « Je suis convaincu que vous y arriverez compte tenu de vos qualités humaines, professionnelles et surtout votre patriotisme à toute épreuve », a ajouté M. Benchaaboun.

Pour sa part, Souleymane Diarrassouba qui totalise 20 ans de carrière dans les finances dont 13 au sein du groupe Atlantic Business International (Banque Atlantique) est revenu sur son parcours qu’il qualifie de riche d’expériences et d’aventures humaines.

Reconnaissnt au Président du Conseil d’administration de l'ABI, Dossongui KONE, qui lui a fait confiance en le nommant comme premier directeur général Afrique de la Banque Atlantique, alors qu’il n’avait que 35 ans. Sans manquer de féliciter également Mohamed Benchaaboun pour son maintien à la direction du groupe au terme du closing entre AFG et le groupe BCP. 

Par ailleurs, le ministre a salué le choix de M. Habib KONE pour lui succéder et félicité tous ses anciens collaborateurs pour leur implication dans les différents projets structurants ayant permis de renforcer les fondations du groupe en tant qu’acteur financier majeur de l’espace UEMOA avec la création de la Banque Atlantique Guinée Bissau et Atlantic Asset Management et l’acquisition de compagnies d’assurance au Togo.

 

Comment