LA DIPLOMATIQUE D'ABIDJAN - Contenu

Le gouvernement ivoirien a décidé de réactiver certaines des mesures de prévention édictées lors de la grave épidémie qui a sévit en Afrique de l’Ouest entre 2014 et 2016 et qui a causé quelque 11 000 morts. Cette décision fait suite à la résurgence d’Ebola en République démocratique du Congo (RDC) depuis quelques temps. 

Le directeur de l’Institut national d’hygiène publique (INHP), Pr Bénié Bi Vroh Joseph, a communiqué jeudi lors d’un point presse, les prescriptions réactivées.

Le lavage régulier des mains est de nouveau recommandé. L’interdiction de consommation de gibier n’a pas été réactivée mais il est recommandé d’éviter de toucher, de transporter et consommer des animaux trouvés morts; d’éviter les contacts avec les sécrétions des animaux des animaux de brousse; et de veiller à bien faire cuir la viande avant consommation.

Il est aussi à nouveau recommandé de consulter le centre de Santé le plus proche en cas de signes évocateurs de la maladie à virus Ebola (fièvre, maux de tête, saignement), et de veiller à nettoyer avec de l’eau de javel les espaces contaminés par les sécrétions des malades.

Bien que « le risque existe », le directeur de l’INHP a rassuré quant aux risques de propagation en Côte d’Ivoire de l’épidémie en RDC. Il a assuré qu’il n’y a pas péril en la demeure mais a toutefois appelé les populations à rester vigilantes.

Prof Bénié a informé par ailleurs de ce que le contrôle sanitaire aux frontières aéroportuaires, terrestres et maritimes a été renforcé par la prise systématique de la température corporelle des voyageurs.

En 2014, les autorités ivoiriennes avaient arrêté une batterie de mesures incluant notamment le lavage systématique des mains, l’interdiction de la consommation de la viande de brousse et la proscription du serrage de mains. Ces mesures avaient pour but d’éviter la propagation de la maladie en Côte d’Ivoire. Elles avaient ainsi permis au pays d’enregistrer zéro cas.

Une épidémie d’Ebola sévit depuis le 3 mai en RDC, causant 27 décès sur 60 cas enregistrés à ce jour.

(AIP)

Published in Economie / Société