LA DIPLOMATIQUE D'ABIDJAN - Contenu

Auréolé de son statut de doyen des délégués PDCI-RDA de la région de la Marahoué, Boti Bi Zoua jouit d’une grande assise politique dans la région de la Marahoué. Parrainé par le PDCI-RDA et plébiscité par la société civile et la quasi-totalité des populations des 3 départements que comptent la région de la Marahoué, il s’est imposé par le travail comme la nouvelle chance de la région au fil des semaines. Dans la perspective des élections régionales du 13 octobre.

La relation quasi-fusionnelle qu’entretien Boti Bi Zoua, le doyen des délégués PDCI-RDA de la région de la Marahoué et les populations pourrait se concrétiser par sa victoire au soir du 13 octobre 2018 à l’issue des élections régionales. Et pour cause, le parrainage de sa candidature par le PDCI-RDA ainsi que l’immense engouement que cela a pu susciter auprès des populations des départements de Bouaflé, Sinfra et Zuenoula représentent l’acte politique le plus marquant dans la région ces derniers mois.

Délégué PDCI-RDA de Sinfra commune depuis plus d’une décennie, membre du bureau politique, cadre proche des jeunes et des femmes, Boti Bi Zoua est sans aucun doute l’homme politique de la Marahoué apte à redonner un second souffle à cette riche et dynamique région de la Marahoué. Initialement cadre de premier plan du privé depuis plusieurs décennies, il a été de tous les combats pour l’implantation et le rayonnement du PDCI-RDA partout en Cote d’Ivoire et principalement dans sa région natale, la Marahoué.

Pilier su système Bédié dans la région, il est en mesure de mettre en musique la vision du patron du PDCI-RDA pour développer tous les départements et sous-préfecture de la Marahoué dans une approche de proximité et d’inclusion de toutes les compétences. Pour Boti Bi Zoua, il n’ y a pas de raison que seules les grandes villes (Abidjan, Bouaké, San Pedro) captent l’essentiel des grands projets de développement de la Cote d’Ivoire. En cas de victoire aux élections régionales, la Marahoué déjà connue sera une destination reconnue pour les investissements dans plusieurs domaines : santé, éducation, reprofilage des routes…..Pour le bonheur de toutes les communautés (Gouro, Baoulé, Malinké,Yowèrè) de la région. Bref, un nouveau pacte social avec les populations de la Marahoué.

 

Louis Tanin

 

 

Published in Politique

Le Groupe de Travail des Jeunes pour la Gouvernance et les Droits de l’Homme (GT Jeunes 2018) a fait une déclaration relative à la perturbation de la révision de la liste électorale due aux pluies diluviennes, le jeudi 21 juin 2018. Dans cette déclaration dont nous avons eu copie, le GT Jeunes propose, tout en se réfèrent aux différentes dispositions de la constitution et du code électoral, une prorogation de la date limite de la révision de la liste électorale.

« Le GT Jeunes 2018 qui œuvre depuis 2016 à l’engagement responsable des jeunes pour une gouvernance participative recommande la prorogation de la période prévue du 18 au 24 Juin 2018 pour une participation accrue de nos populations au processus de révision de la liste électorale et particulièrement des jeunes », soutient le GT Jeunes.

Il justifie sa proposition par la perturbation de l’opération due aux pluies diluviennes ayant causé plusieurs pertes en vie humaine et de nombreux dégât matériels.

C’est pourquoi, il invite Youssouf Bakayoko, président de la Commission électorale indépendante (CEI) à saisir le Conseil constitutionnel et les autorités compétentes à l'effet de constater les difficultés entravant le bon déroulement du processus de révision de la liste électorale.

Prévue du 18 au 24 juin 2018, l’opération de révision de la liste électorale sur l’étendue du territoire ivoirien, comprend les opérations d’actualisation des données personnelles des électeurs, l’inscription de nouveaux requérants, la radiation des personnes décédées ou privées de leurs droits physiques qui figurent sur la liste.

 

Daniel Coulibaly avec Le GT Jeunes 2018

Published in Politique

Les élections régionales et municipales s’approchent à grands pas en Côte d’Ivoire. A Divo, ville située dans la région de Lôh-Djiboua, au sud du pays, deux candidats se font déjà la guerre par partisans interposés, avant même le coup d’envoi officiel. Il s’agit de Me Zéhouri Bertin (candidat indépendant déclaré aux régionales) et de M. Zapka Komenan (actuel président du conseil régional), candidat à sa propre succession-RDR.

Les partisans de ces deux potentiels candidats aux prochaines élections dans cette localité sont dans une escalade de violences verbales. Sur les réseaux sociaux, c’est la guerre. Ils s’adonnent à toutes sortes d’attaques verbales allant de propos licencieux à des menaces physiques.

Interpellé sur ces dérives, le samedi dernier, lors d'une conférence-débat portant sur « Election et résultats controversés : quelles sont les perspectives pour une élection apaisée : cas du Lôh-Djiboua» organisée par son ONG paix et développement, Pierre Djah Kouassi, fils de la région, est monté au créneau.

«Nous irons vers eux pour les exhorter à œuvrer dans le sens de la paix et la cohésion sociale. Mais nous sommes aussi prêts à appeler à voter contre un candidat qui appelle à la haine, à la guerre et à des actes menaçant la paix la cohésion de notre région», a-t-il laissé entendre.

Aussi, a-t-il exprimé son désaccord avec cette façon de communiquer. «Nous les avons déjà interpellés sur leur stratégie de communication. Certes se sont des stratèges d’intimidation d’un adversaire, mais il faut avoir raison gardée. C’est la peur de perdre qui explique cela. Nous pensons qu’il faut éviter les injures et les débordements sur les réseaux sociaux. Les leaders politiques doivent appeler leurs partisans à plus de responsabilité dans les propos, car nous ne sommes pas d’accord avec cette façon de faire », a-t-il fait savoir.

C’est pourquoi, le président de l'ONG paix et développement a appelé tout le monde à l’apaisement, et surtout à préserver la paix dans le Lôh-Djiboua.

«Et c’est l’image de la région qui est sérieusement ternie », déplorent des fils de la région, qui ont du mal à comprendre cette guerre fratricide.

 

Daniel Coulibaly

 

Published in Politique

Une révision de la liste électorale aura lieu pour le mois de juin 2018, selon Gervais Coulibaly, vice-président de la commission électorale indépendante au cours d’une conférence de presse qu’il a animée le lundi 07 mai au siège de l’institution à Abidjan.

"Cette révision durera que sept jours ", a précisé M. Coulibaly, soulignant que l’opération concerne deux catégories de personnes à savoir les femmes qui ont changé de nom suite au mariage civil et les nouveaux majeurs (les enfants en âge de voter).

Il a, par ailleurs, ajouté que les lieux de vote des élections précédentes serviront de points d’enrôlement lors de cette opération. Il s’agit en tout de 10500.

Selon lui, cette décision a été prise à la demande des partis politiques, de la société civile et autres partenaires. " cela nous permettra aussi d’être efficaces. Nous sommes prêts et nous travaillons en synergie avec l’office nationale d’identification", a-t-il dit.

Si la date indicative de la Cei se confirme, les 10500 lieux seront ouverts sept jours durant sur l’ensemble du territoire, pour enrôler les Ivoiriens.

 

Daniel Coulibaly

 

Published in Politique