Une finlandaise hémiplégique se déplace jusqu'en Côte d’Ivoire pour « vivre la souffrance » des handicapés de Songon

Marika Paulina Karhur, une jeune finlandaise soufrant d’hémiplégie a effectué le déplacement en Côte d’Ivoire depuis son pays (Finlande, Europe du Nord) pour « vivre la souffrance » des handicapés de Songon, dans la banlieue-ouest d’Abidjan.

« Je suis tombée un jour l’an dernier sur un article de presse décrivant les difficultés des handicapés de Songon en Côte d’Ivoire. Leur histoire m’a beaucoup touchée, étant moi-même handicapée comme eux. J’ai donc décidé de faire le déplacement et venir les rencontrer, pour toucher leur réalité de plus près, vivre leur souffrance », explique Marika Karhur, au terme d’un échange vendredi avec des personnes handicapés membres de l’ONG Lobus Action à Songon-Marathé.

La révélation, en 2014, de la situation des handicapés de Songon, souvent victimes de marginalisation et de rejet, a suscité un élan de solidarité à leur égard, aussi bien en Côte d’Ivoire qu’à l’étranger. Plusieurs personnalités, dont la ministre Anne Désirée Ouloto, se sont succédé depuis lors à Songon, pour sensibiliser les populations locales au respect des droits et à l’acceptation de ces personnes vulnérables.

S’étant rendue à plusieurs reprises à Songon depuis début juillet, la jeune finlandaise Marika Karhur, polyglotte, et interprète de profession, s’est dite « très émue de les voir ».

« Je les trouve très courageux quand je fais une comparaison entre leurs conditions de vie et la nôtre dans notre pays. C’est comme le jour et la nuit, car chez nous, tous les handicapés ont droit à des appareils de mobilité comme les fauteuils roulants, or je constate ici que ce n’est pas tout le monde n’en dispose pas », regrette-t-elle, citée par l'AIP.

« Chez nous aussi, on se plaint souvent qu’il n’y a pas suffisamment de moyen et d’assistance, mais quand je vois comment les gens vivent ici, je peux dire que nous, on est au paradis», avoue Marika Karhur qui s’est engagée, dès son retour en Finlande, à « être une ambassadrice des handicapés de Songon, en approchant des structures caritatives et des personnes de bonne volonté » de son pays.

Elle se réjouit toutefois de la solidarité envers certaines personnes handicapées en Côte d’Ivoire. « Je constate qu’ils y a quand même des gens autour d’eux. Alors que chez nous, souvent, on est très solitaire. On a de la famille peut-être, mais on vit beaucoup seul. Ici il y a une certaine solidarité qui manque chez nous », compare-t-elle.

Elle a offert des vivres, des équipements de communication et de bureau à l’ONG Lobus Action.

Le président de cette organisation, Loba Jules,  a exprimé sa gratitude à Marika Karhur pour cette action, « mais surtout pour s’être déplacée jusqu’ici pour nous voir, malgré ses problèmes de mobilité ».

« Concernant la solidarité, je voudrais l’encourager et lui dire de tenir bon. Parce que chez nous ici aussi c’était très compliqué pour nous, mais depuis un certain moment ça commence à aller. Les gens commencent à comprendre », a-t-il dit à l’adresse de Marika Karthur.

Auteur:
Super User

LDA Newsletter

Ne ratez rien de l'actualité en continue, soyez au première loge des dernières news sur LADIPLOMATIQUE D'ABIDJAN