Côte d’Ivoire-Droits de l’homme: l’Etat ivoirien exhorté à ratifier le deuxième protocole facultatif visant à abolir définitivement la peine de mort

L’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture de Côte d’Ivoire (ACAT-CI) a organisée une conférence publique à la Fondation Friedrich Naumann, pour la Liberté, afin de commémorer la 15ème journée mondiale contre la peine de mort, le 10 octobre de chaque année. Eugène Bilé Kangah, son président de conseil d’administration, a appelé l’Etat de Côte d’Ivoire à ratifier le deuxième protocole facultatif se rapportant au Pacte international relatif aux Droit civils et politiques(OP2) visant à abolir définitivement la peine de mort, surtout que la Constitution ivoirienne s’oppose à cette peine depuis 2000.

La peine de mort dans le monde

L'application de la peine de mort dans le monde est présente sur tous les continents, mais depuis plusieurs décennies, de nombreux pays ont aboli la peine capitale.

Cependant, en 2016, au moins 23 États ont procédé à des exécutions tandis que 55 pays au total ont prononcé des condamnations à mort.Début 2017, on dénombre 104 pays qui ont aboli la peine de mort en toutes circonstances. 8 seulement pour les crimes de droit commun et 29 n'y ont pas eu recours depuis au moins dix ans, même si elle reste en vigueur. A contrario, 57 appliquent toujours la peine de mort (Biélorussie, Arabie saoudite, Etats-Unis, Iran, Egypte, etc).

Erreurs judiciaires

D'après une étude de l'Académie américaine des sciences publiée récemment dans la revue Proceeding of the National Academy of Sciences (PNAS), sur 8000 condamnés à mort outre-Atlantique depuis les années 1970 aux Etats-Unis, 200 détenus ont été victimes d'erreurs judiciaires.

Parmi eux des condamnés à mort ont miraculeusement eu la vie sauve à la dernière minute de leur exécution. Comme Marcellus Williams condamné à mort en août 1998, sa peine a été suspendue par le juge de l’Etat de Missouri à quelques heures de son exécution. En 1975, Ricky Jackson avait été accusé à tort du meurtre d'un homme dans l'Ohio. Après 39 ans de prison, il a été innocenté.

Si ces condamnés à mort ont eu la chance d’être innocentés avant leur exécution, ce n’est pas le cas pour le jeune George Stinney exécuté à 14 ans en 1944. Mais 70 ans plus tard, la justice pourrait l’innocenté. Il reste jusqu’à ce jour le condamné à mort le plus jeune de l’histoire récente des Etats-Unis, raconte le site français ladépêche. Et Alfred Dewayne Brown condamné à mort en 2005 a été innocenté après plus de douze ans dans le couloir de la mort au Texas, Il est le 154e condamné à mort à être innocenté en quatre décennies aux États-Unis, selon le décompte du Centre d'information sur la peine capitale (DPIC).

« La vie humaine est sacrée »

Sur le continent, les pays comme la Libye, la Mauritanie, le Soudan, etc pratiquent encore la peine capitale. En Côte d’Ivoire, elle a été abolie depuis 2000. Selon Eugène Bilé Kangah, 12 personnes ont été condamnées à mort avant cette année, mais n’ont jamais été exécutées. Car «« La vie humaine est sacrée (….). Toute sanction tendant à la privation de la vie humaine est interdite», soutient la juridiction ivoirienne comme bien d‘autres juridictions internationales.

M. Bilé a appelé les autorités ivoiriennes à ratifier le deuxième protocole facultatif se rapportant au Pacte international relatif aux Droit civils et politiques(OP2) visant à abolir la peine capitale.

L’objectif, selon lui, est de rendre l’abolition de la peine de mort « définitive et irréversible », après que le pays a pris un engagement pour la rectification dudit protocole avant 2019.

«Des études ont montré que dans divers pays que la peine de mort frappe plus les populations pauvres et pour plusieurs raisons : le manque de moyens pour se prendre un avocat, l’inégalité d’accès à l’information, la corruption, etc », a-t-il déploré.

C’est pourquoi dans le cadre du projet de plaidoyer de sensibilisation pour la ratification de l’OP2, Yves Kouadio N’guettia, le coordonnateur, a invité les autorités décisionnelles et l’opinion publique à œuvrer efficacement pour parvenir à cette ultime étape.

De telles actions sont saluées par des fondations engagées dans la lutte pour les Droits de l’homme telle que Friedrich Naumann. « Il faut encourager les efforts faits par la Côte d’Ivoire dans l’abolition de la peine de mort », a ajouté Sophie Konaté, sa chargée de programmes.


Daniel Coulibaly

Auteur:
Super User

LDA Newsletter

Ne ratez rien de l'actualité en continue, soyez aux premières loges des dernières news sur LADIPLOMATIQUE D'ABIDJAN