50 millions de dollars recherchés pour accompagner la Côte d’Ivoire dans la phase de transition (PNUD)

Des bailleurs du Fonds des Nations Unies pour la consolidation de la paix (PBF) effectuent une visite en Côte d’Ivoire du 16 au 20 octobre, en vue d’apprécier les résultats des projets PBF sur le terrain et les défis résiduels, rapporte un communiqué du PNUD publié mercredi.

L’Allemagne, les Pays-Bas, la France, le Japon et le Royaume Uni prennent part à cette mission conduite par le Bureau d’Appui pour la Consolidations de la Paix (PBSO), énonce le texte.

Dans ce cadre, la délégation a eu des échanges mardi avec le Gouvernement, les partenaires au développement, la société civile et les Agences des Nations Unies au cours d’une réunion stratégique sur « La transition et la consolidation de la paix en Côte d’Ivoire et le rôle joué par PBSO », en présence de la Ministre du Plan et du Développement, Mme Kaba Nialé, de la Ministre de la Femmes, de la Protection de l’Enfant et de la Solidarité, Prof Koné Mariatou et du Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies en Côte d’Ivoire, M. Babacar Cissé.

Mme Kaba Nialé a relevé l’engagement du Gouvernement dans la mise en œuvre des projets de consolidation de la paix en Côte d’Ivoire. Même si des résultats tangibles ont été obtenus, elle a toutefois souligné quelques défis à relever. Il s’agit notamment de la recrudescence des conflits impliquant les jeunes qui représentent 30% de la population et le risque de radicalisation très souvent liée à l’absence de perspective, les violences basées sur le genre et les mutilations génitales dont sont victimes les femmes et les filles, la menace terroriste toujours persistante et le phénomène des enfants en conflit avec la loi.

Elle a également déploré la circulation des armées légères et de petits calibres, la question de la réinsertion des ex-combattants, le problématique de la sécurité transfrontalière ainsi que les problèmes liés aux documents d’identité et aux conflits intercommunautaires.

La Ministre Koné Mariétou, a pour sa part fait savoir que les ministères techniques ont joué un rôle central dans la mise en place des plans de consolidation de la paix en Côte d’Ivoire dont les activités ont eu un impact sur la cohésion sociale dans le paix.

Pour sa part, le Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies s’est réjoui des acquis dans le domaine de la consolidation de la paix. Il a cependant relevé que certains défis résiduels restent à relever avec le retrait de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire(ONUCI) effectif depuis le 30 juin 2017.

D’où son plaidoyer pour le soutien du Programme d’Appui à la consolidation de la paix (PaCoP) dont le financement recherché est estimé à 50 millions de dollars. « Cinquante millions de dollars, c’est pour amorcer ce programme car quand on regarde uniquement le programme national de cohésion sociale, son budget est estimé à 142 millions de dollars, soit 12 milliards de francs CFA. Mais sur les 50 millions de dollars, nous avons déjà mobilisé 30 milliards de dollars », a-t-il dit.

Auteur:
Super User

LDA Newsletter

Ne ratez rien de l'actualité en continue, soyez aux premières loges des dernières news sur LADIPLOMATIQUE D'ABIDJAN