Côte d’Ivoire : L’éducation sexuelle des jeunes pour atteindre le dividende démographique

En Côte d’Ivoire, les grossesses près du tiers (34,9%) des jeunes de 18 à 24 ans n'ont pas utilisé un préservatif au cours de leur dernier rapport sexuel, selon une étude de l’Institut national de la statistique. Par contre, pour ceux qui l'ont, 67% des jeunes hommes et 42,4% des jeunes filles ont décidé d'eux-mêmes de le faire. Un tableau qui dresse la double réalité des grossesses précoces et de la forte croissance démographique.

Ainsi, la ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, Raymonde Goudou Coffie, appelle la jeunesse ivoirienne à s’approprier le message de la limitation des naissances et d’en être le chantre afin de permettre à la Côte d’Ivoire de tirer, les années à venir, un dividende  de sa démographie, avec une population dont la proportion et la configuration  sera source de richesse plutôt que de pauvreté.

La 1ère responsable de la Santé a lancé son appel à la jeunesse lors d’un panel de haut niveau sur la jeunesse et le dividende démographique, organisé à l’Institut français, (Plateaux), en marge du 5ième sommet UE-UA. Notion économique, le dividende démographique fait de la baisse du taux de fécondité un atout de développement avec notamment un accroissement, dans la pyramide des âges, de la population active et une diminution de la frange dite à charge. Ce mécanisme est invoqué comme l’un des moteurs du boom économique des géants d’Asie notamment la Chine.

Lors de la rencontre, il  a été notamment  signifié le fait que le taux de croissance de la population, de l’ordre 5,6%, contrarie pour l’heure les initiatives de développement dans l’ensemble des Etats d’Afrique de l’Ouest dont la Côte d’Ivoire.

Présentant les initiatives du gouvernement, dans sa quête pour capter le dividende démographique, la ministre a appelé les jeunes à une sexualité responsable, en usant, à défaut de pouvoir s’abstenir, des divers moyens de contraception à leur disposition.

Elle a révélé que l’Etat consacrait à ce jour quelque 400 millions F CFA à l’acquisition de contraceptifs et a invité les jeunes à se rapprocher des structures sanitaires qui pourront les accompagner. Elle a annoncé également une loi sur la santé sexuelle dont le projet est déjà sur la table du secrétariat général du gouvernement.

Le panel, tenu jeudi, est une initiative du ministère de la Santé et de l’hygiène publique, en partenariat avec notamment la CEDEAO et les Nations Unies à travers le FNUAP.

AT

Auteur:
Super User

LDA Newsletter

Ne ratez rien de l'actualité en continue, soyez aux premières loges des dernières news sur LADIPLOMATIQUE D'ABIDJAN