Armand Tanoh

Armand Tanoh

Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Le Président de la République du Gabon, SEM Ali Bongo Ondimba, a annoncé lundi, dans une allocution prononcée au siège des Nations unies, que le Gouvernement gabonais venait de créer un réseau de 20 aires marines protégées au Gabon, soit 9 parcs marins et 11 réserves aquatiques couvrant 26% de l’espace marin gabonais.

Comment

Le Président de la République du Gabon, SEM Ali Bongo Ondimba, a annoncé lundi, dans une allocution prononcée au siège des Nations unies, que le Gouvernement gabonais venait de créer un réseau de 20 aires marines protégées au Gabon, soit 9 parcs marins et 11 réserves aquatiques couvrant 26% de l’espace marin gabonais.

Comment

Le directeur exécutif de l’ONG Lobus Action, Poéri Vincent, a été investi coordonnateur de la Confédération des organisations des personnes handicapées de Côte d’ivoire (COOPHCI) à Songon, dans la banlieue ouest d’Abidjan.

Comment

Le PDG du groupe Siemens, Joe Kaeser, a annoncé, lundi, lors d’une audience que lui a accordée le président de la République, Alassane Ouattara, l’ouverture le 1er octobre prochain à Abidjan d’une représentation.

Signature de mémorandum entre le Gouvernement Ivoirien et le groupe Siemens

 

M. Kaeser a, au cours de cette audience que lui a accordée le chef de l’Etat en marge du sommet de haut niveau du G20 sur l’Afrique, exprimé la volonté de son groupe de contribuer à former des jeunes talents ivoiriens.

La rencontre a été suivie de la signature d’un mémorandum d’entente entre le groupe Siemens et le gouvernement ivoirien représenté par le ministre de l’économie et des finances.

Ce mémorandum a pour objet de formaliser la volonté du groupe Siemens d’accompagner la Côte d’Ivoire dans le développement de ses infrastructures.

Comment

Le président français Emmanuel Macron sera à Abidjan fin novembre 2017. L’annonce a été faite par M. Macron lui-même, le dimanche 11 juin 2017, après une rencontre avec son homologue ivoirien Alassane Ouattara, au palais de l’Elysée à Paris.

 

Le chef de l’Etat français sera au bord de la lagune Ebrié, en vue de prendre part au Sommet Union-européenne-Afrique qui se tient du 29 au 30 novembre dans la capitale économique Côte d’Ivoire.

 

Lui et Alassane Ouattara se sont félicités au terme de cette rencontre de l’état de la coopération entre leurs deux pays. Ils se sont engagés à renforcer leur coopération dans divers domaines, notamment en matière de transport urbain avec le projet du métro d’Abidjan, de défense, mais aussi économique. 

Comment

La France et la Côte d’Ivoire vont "renforcer dans les prochaines semaines, de manière concrète, leur partenariats militaire et dans le renseignement" pour "gagner la bataille contre le terrorisme", a annoncé dimanche Emmanuel Macron après avoir reçu son homologue ivoirien Alassane Ouattara.

Descendant les marches de l’Elysée, le président français a accueilli chaleureusement Alassane Ouattara, qu’il avait déjà rencontré quand il était ministre de l’Economie.

De son côté, le président Ouattara a promis que la Côte d’Ivoire "jouera(it) sa part" dans la lutte contre le terrorisme au niveau de la sous-région ouest-africaine.

En 2016 un attentat revendiqué par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) avait fait 19 morts sur la plage de Grand-Bassam, près d’Abidjan.

M. Ouattara a par ailleurs souligné que son pays, qui affiche une croissance annuelle de 7%, comptait "mettre l’accent sur les investissements dans les énergies renouvelables et l’éducation", et salué les déclarations d’Emmanuel Macron sur l’Accord de Paris.

Le dirigeant ivoirien a remercié Paris de son soutien pour l’élection de son pays comme membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations unies à compter de 2018. "Cela fait un quart de siècle que nous n’avions pas eu la
possibilité de siéger au Conseil, c’est une évolution importante pour nous", s’est-il félicité.

Il a enfin remercié le président français de "son engagement à nous aider à démarrer très rapidement le métro d’Abidjan", sans précision sur ce projet auquel participe le groupe Bouygues, mais toujours en stand-by.

Le président français effectuait cette rencontre à quelques heures de l’issue du 1er tour des élections législatives. Le président ivoirien lui a souhaité que "cette fin de journée soit une bonne nouvelle pour vous".

Avec cette rencontre, suivie lundi de la visite du président sénégalais Macky Sall, Emmanuel Macron pose les premiers jalons d’une politique africaine qu’il veut renouveler en l’inscrivant dans un grand partenariat entre Europe, Afrique et Méditerranée.

Il effectuera une visite de deux jours au Maroc mercredi et jeudi avant de participer au sommet G5 Sahel début juillet, pour mieux coordonner la lutte contre le terrorisme.

La Côte d’Ivoire et le Sénégal sont les deux poids lourds de l’Afrique francophone. Le président Ouattara entretient depuis des années d’excellentes relations avec la France, certains de ses détracteurs et partisans de l’ancien président Laurent Gbagbo l’accusant d’être l’homme de Paris.

Emmanuel Macron a par ailleurs précisé dimanche qu’il se rendrait au sommet UE-Afrique qui se tiendra fin novembre 2017 en Côte d’Ivoire.

AFP

Comment

La capitale économique ivoirienne, Abidjan, abrite du 29 au 30 novembre 2017 le Sommet Union européenne (UE)-Afrique. Cadre institutionnel pour débattre de l’avenir des relations entre les deux continents, ce Sommet sera à sa cinquième édition, et sa première en Afrique subsaharienne. Bien avant l’évènement, le think tank Objectif Afrique avenir (O2A) ouvre le débat. En effet, ce nouveau "laboratoire d'idées", dirigé par Alain Dupouy, ex-« Monsieur Afrique » de la mairie de Bordeaux, organisera en septembre à Paris, un Forum destiné recueillir des suggestions et propositions en vue de la préparation du Sommet UE-Afrique, annonce un communiqué de la structure, transmis à La Diplomatique d’Abidjan (LDA, www.ladiplomatiquedabidjan.com).

Cet événement constitue la première édition des « Forums O2A », des échanges d’idées autour de sujets très variés, potentiels et risques dans les différents pays Africains, et dont les conclusions devraient être transmises aux dirigeants économiques et politiques français et africains. 

O2A regroupe des personnes qualifiées sur l'Afrique et provenant de secteurs géographiques Africains et Français, et d'activités très variées. Il s’agit d’experts de qualité, agissant à O2A à titre tout à fait personnel, chefs d'entreprises, universitaires, diplomates, politiques, membres d'instances économiques et politiques. Ce qui lui confère "une compétence très particulière ". Son objectif, être une force de propositions en vue de la Politique partenariale de la France avec Afrique.

Comment

Le gouvernement ivoirien a confirmé, mercredi, à l’issue d’un Conseil de ministres présidé par le Chef de l’Etat Alassane Ouattara, l’achat d’hélicoptères militaires de type MI 24 pour assurer la ‘’sécurité des frontières’’ du pays et lutter contre le terrorisme. 

Le pays ‘’s’organise pour sa sécurité. Ces outils ne sont pas destinés contre quelqu’un (…)’’, a précisé le porte-parole du gouvernement Bruno Nabagné Koné, par ailleurs ministre de la Communication, de l’économie numérique et de la Poste. 
‘’Ils vont nous permettre de sécuriser nos frontières contre une attaque extérieure’’, a expliqué M.Koné.

Les informations de ces achats d’hélicoptères de types MI 24 circulaient depuis quelques jours sur les réseaux sociaux. ‘’En quoi ce serait-t-il anormal ?’’, a interrogé M.Koné soulignant que la Côte d’Ivoire a déjà eu ‘’ce type d’équipements(…) qui avaient été détruits malheureusement en 2004 dans les circonstances que vous savez ‘’ a-t-il rappelé à la presse.

Depuis, a poursuivi le ministre Bruno Koné, ‘’notre pays organise sa sécurité, s’organise pour se défendre comme tous les Etats le font dans le monde. En général ces équipements servent à sécuriser les frontières et ne sont pas faits pour être utilisés contre les cibles sur le territoire ivoirien’’.

Il a, également, rappelé que ‘’ces équipements sont prévus dans le cadre de la réforme du secteur de la sécurité.’’Tous les pays dans le monde s’équipent…’’, a conclu M. Koné.

APA

Comment

La Diplomatique d'Abidjan (www.ladiplomatiquedabidjan.com ) annonait récemment l'arrivée imminente d'une équipe d'enquêteurs de l'ONU à Abidjan, pour appuyer la Côte d'Ivoire dans le cadre de l'enquête en cours sur la présumée cache d'arme découverte à Bouaké chez Souleymane Kamagaté (dit Soul To Soul), le directeur du protocole du président de l'Assemblée nationale Guillaume Soro, pendant la mutinerie mulitaire de la mi-mai. Cette nouvelle vient d'être officiellement confirmée. 

En effet, le porte-parole du gouvernement ivoirien, Bruno Nabagné Koné, a annoncé le mercredi 7 juin 2017, que des experts de l'ONU sont attendus à Abidjan pour apporter leur aide aux équipes locales dans la conduite des enquêtes à propos de l’affaire  de la cache d’armes découverte à Bouaké.  

 

L’arrivée des enquêteurs  onusiens est prévue pour ce même mercredi, a indiqué M Nabagné Koné. Alors que des soldats conduisaient, à la mi-mai, une mutinerie, réclamant le paiement effectif de primes à eux promises, des armes ont été découvertes,  à un domicile privé, dans la ville de Bouaké, épicentre du mouvement.

 

Le domicile est la propriété d’un proche collaborateur du président de l’Assemblée nationale ivoirienne, Souleymane Kamagaté (dit Soul To Soul). Il a été, depuis, auditionné, à deux reprises,  par des enquêteurs de la gendarmerie nationale.

Comment

L’Etat va engager des poursuites contres ses serviteurs qui, en détenant le pouvoir, ont cédé certains de ses biens notamment des terrains à des conditions, qui quand bien même administrativement orthodoxes, foulent au pied les règles du marché, a fait savoir, mercredi, le porte-parole du gouvernement, Bruno Nabagné Koné, au terme d’un conseil des ministres.

La réunion du gouvernement du jour a vu notamment l’adoption de décrets à travers lequel l’Etat se réapproprie  plusieurs parcelles de terrain dans les communes d’Abidjan et de Bouaké,  en les déclarant d’utilité publique.

« La plupart de ces terrains ont fait l’objet de cession avant 2011 et dans certains cas, ces parcelles ou biens appartenant à l’Etat ont été vendus à des opérateurs privés à des prix dérisoires et dans des conditions opaques jugées très défavorables pour l’Etat de Côte d’Ivoire », a noté le porte-parole du gouvernement, cité par l'AIP. Il a cité l’exemple du terrain de l’Ecole supérieure africaine des technologie de l’information et de la communication (ESATIC) -faisant partie des sites récupérés-  où 18 parcelles représentants pratiquement 20 000 m² ont été cédées à 78 millions FCFA.

Bruno Koné a aussi évoqué le site abritant le siège de l’Agence ivoirienne de presse (AIP) au Plateau (dont l’Etat s’est réapproprié depuis 2016), cédé dans le temps à seulement 30 millions FCFA.

Ainsi, les responsables de ces actes, avec tous les autres cas connus, qui, à en croire le porte-parole du gouvernement, « se sont comportés d’une façon qui ne défend pas suffisamment les intérêts de l’Etat et surtout qui se sont comportés d’une façon qui montre clairement qu’ils ont bénéficié à titre personnel de ces opérations » vont être poursuivis.

Le site au quartier Biafra (Treichville 25 000 m²) prévu pour accueillir la mosquée offerte par le roi du Maroc, Mohammed VI, à la communauté musulmane de Côte d’Ivoire a été également déclaré d’utilité publique avec une parcelle de 19 hectares objet du titre foncier  354 du Livre foncier Baoulé situé dans la commune de Bouaké. Dans la même commune, 11 autres parcelles représentant 9 ha, objets des titres fonciers 168, 363, 439, 618, 612, 613, 614, 615, 616, 722, et 732 du Livre foncier du Baoulé, ont été également récupérées par l’Etat.

« Ces parcelles déclarées d’utilité publique vont réintégrer le domaine privé de l’Etat. Les titulaires de droits ou leurs ayants droit dûment mandatés, recensés, percevront, selon la réglementation en vigueur, une indemnisation équivalente au préjudice subi », a rassuré le ministre Nabagné Koné.

Comment