Elisee Bolougbeu

Elisee Bolougbeu

Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

740 milliards de F CFA, c’est ce que va coûter les travaux de construction de l’autoroute Abidjan-San Pedro, a indiqué le chef de l’Etat ivoirien Alassane, lors de sa visite d’Etat dans la région des Grands Ponts le 3 août dernier. 

 

En visite dans la région de San-Pedro en mars 2015, Alassane Ouattara avait annoncé la construction de cette autoroute pour désenclaver définitivement cette région qui regorge d’énormes potentialités. Cette autoroute longue de 370 km succédera à celle déjà existante « la côtière », inaugurée en 1996 par l’ancien Chef d’Etat, Henri Konan Bédié. La mobilisation des ressources pour le financement de cette future autoroute, est en cours et devrait être finalisée dans les semaines à venir, a révélé le chef de l’Etat. 

 

Pour aider à la relance du développement dans la région des Grands Ponts, le chef de l’Etat ivoirien a annoncé la réouverture de l’usine agro-industrielle SICOR. « J’ai instruis le Premier ministre pour la stabilisation du prix de l’hévéa. Le ministre de l'Agriculture sur injonction du premier ministre va trouver des solutions pour remettre la société SICOR sur les rails. Et d’autres chantiers seront entrepris dans le domaine », a indiqué le chef de l’Etat ivoirien. Il a promis la fixation dans les prochains jours d’un prix bord-champ qui permettra de réguler définitivement le prix d’achat de l’hévéa. « Le secteur de l’hévéa a connu une nette hausse ces dernières années en Côte d’Ivoire, mais fautes de suivi les prix étaient fixés à tout-va. Ainsi dans les jours à venir un prix Bord-champ sera fixé », a-t-il dit.

 

Comme à son habitude, au cours des visites d’Etat, Alassane Ouattara a invité l’ensemble des populations ivoiriennes à la réconciliation, à œuvrer à la paix et à la cohésion sociale, seuls gages pour permettre à la Côte d’Ivoire de poursuivre son développement et devenir un pays émergent à l’horizon 2020. Il a par ailleurs confirmé la création dès après la présidentielle d’octobre prochain, du parti unifié, qui sera la fusion des partis membres de l’actuel Rassemblement des Houpouétistes pour la Démocratie et la paix (RHDP), alliance au pouvoir.

 

Ce sont 3 milliards de F CFA qui ont été investis dans le département de Dabou dans le cadre du Programme présidentiel d’urgence (PPU), a affirmé le Chef de l’Etat, avant d’annoncer d’importants investissements dans la région les mois et années à venir.  

 

 

Izoudine Ilupeju

Comment

Le président du Conseil national de la Transition burkinabé, Michel Kafando est arrivé à Abidjan vendredi pour une visite de travail de 48 heures. A l’issue du tête-à-tête qu’il a eu avec le président ivoirien Alassane Ouattara, Michel Kafando a révélé que « le cas Blaise Compaoré n’était pas un problème pour le Burkina ».

« Le cas Blaise Compaoré n’est pas un problème pour le Burkina s’il n’a pas de velléité de déstabilisation ou de nuire à la transition», a lancé le président de la Transition burkinabé répondant à la question d’un journaliste. Michel Kafando s’est voulu rassurant en indiquant que contrairement à ce qui se susurre ou se dit dans les médias entre lui et le Chef de l’Etat Alassane Ouattara, « il n’y a aucun problème ». Précisant « qu’entre la Côte d’Ivoire et le Burkina, il ne saurait avoir de difficulté ».

La question du départ des Burkinabé installés illégalement dans la réserve du Mont Péko, dans l’ouest de la Côte d’Ivoire, le Chef de l’Etat ivoirien a annoncé le départ de ces populations « avant la fin de l’année ». Il a précisé que le statuquo observé jusqu’ici  dans la gestion de ce dossier résulte du fait que les discussions entre les deux pays et les différents acteurs concernés se poursuivent. Alassane Ouattara a reconnu que cette situation liée au départ des communautés burkinabés du mont Péko crée « des tensions ».

Les deux chefs d’Etats sont revenus sur les liens d’amitié et de fraternité qui existent entre les deux pays. Le président ivoirien a annoncé la tenue du prochain sommet sur le Traité d’Amitié et de Coopération Côte d’Ivoire – Burkina Faso pour l’an prochain. Selon Alassane Ouattara les échanges commerciaux entre les deux pays se sont chiffrés à 290 milliards de F CFA en 2014. Faisant du Burkina Faso le 10ème partenaire économique au niveau mondial de la Côte d’Ivoire. Ce sont 50 Accords et protocoles d’accord qui ont été signé entre les deux pays au fil des ans, a affirmé Alassane Ouattara.

 

Elisée Bolougbeu

Comment

Le Conseil des ministres de mercredi qui s’est tenu à la préfecture de Bondoukou, capitale de la région du Gontougo, a décidé de punir toute personne qui violera la loi sur la scolarisation obligatoire, adoptée récemment par les autorités ivoiriennes.

Tout parent (père, mère ou tuteur légal) qui viole la loi sur la scolarisation obligatoire écopera une peine de prison de 2 à 6 mois assorties d’une amende allant de 50 mille F CFA à 500 mille F CFA », a expliqué le porte-parole du Gouvernement, le ministre des Postes et des Technologies de l’Information, Bruno Koné Nabagné. Selon le Gouvernement cette décision vise à consolider les bases de l’émergence de la Côte d’Ivoire, qui ne sera possible qu’avec des citoyens bien formés.  

Pour afficher la fermeté du Gouvernement quant au strict respect de cette mesure, Bruno Koné a indiqué que le Gouvernement se donnera tous les moyens pour l’application effective de cette loi. Il a par ailleurs expliqué qu’il revient à tous les citoyens de se mobiliser pour permettre l’application de cette loi, dont la finalité sera de donner la chance à chaque enfant (fille et garçon) de Côte d’Ivoire d’aller à l’école. 

Suppression de l’examen d’entrée en sixième

Les écoliers du Cours Moyen 2 (CM2) du cycle primaire n’auront plus besoin de présenter un examen pour intégrer la classe de sixième (6è). Il leur suffira juste d’obtenir la moyenne requise pour avoir le Certificat d’Etude Primaire Elémentaire (CEPE) pour aller en sixième. Ainsi en a décidé le Gouvernement au cours du Conseil des ministres de Bondoukou. Cette mesure, selon le porte-parole du Gouvernement, s’inscrit dans la droite ligne de la politique de scolarisation obligatoire pour tout enfant de 6 à 16 ans, décidée par le Gouvernement. 

Secteur de l’électricité : 125 milliards d’investissement prévus dans le District du Zanzan sur la période 2016-2018

Ce sont 125 milliards de F CFA que le Gouvernement a décidé d’investir dans le secteur de l’électricité dans le district du Zanzan sur la période 2016-2018. Cet important investissement vise à doter l’ensemble des localités du district en électricité. Notamment par la construction d’infrastructures à cet effet. Dans l’immédiat, les 133 villages restant de plus de 500 habitants seront électrifiés d’ici fin octobre, a annoncé le porte-parole du Gouvernement. 

Bruno Koné a par ailleurs rappelé que ce sont 3, 2 milliards de F CFA qui sont prévus par le Gouvernement, pour financer les travaux d’adduction en eau potable dans la région du Gontougo. 

Au chapitre des communications, le porte-parole du Gouvernement a annoncé la nomination de quatre (4) nouveaux Directeurs à la tête des quatre principaux Centres hospitaliers universitaires (CHU) du pays. Ce, après un appel de candidature qui a permis d’examiner 35 dossiers. Pour la troisième édition du prix d’excellence dont la célébration est prévue le 6 août, veille de la fête nationale, Bruno Koné a indiqué que ce sont 78 prix qui seront décernés.

 

Elbyre Koffi

Comment

Alassane Ouattara a saisi l’occasion du meeting de clôture de sa visite d’Etat dans le district de Woroba pour faire des révélations sur les événements qui ont abouti à la crise postélectorale de 2010 et mettre en garde ses adversaires politiques contre toutes tentatives ou velléités de troubles.

Selon Alassane Ouattara, le président de la Commission électorale indépendante (CEI) Youssouf Bakayoko aurait été menacé avec un fusil sous la tempe par des personnes en tenues qui lui ont intimé l’ordre de déclarer l’ex-président Laurent Gbagbo vainqueur, à l’issue de la présidentielle 2010. « Des idiots lui avaient mis le fusil à la tempe et disaient qu’ils allaient le tuer s’il ne déclarait pas mon prédécesseur vainqueur », a dit le chef de l’Etat ivoirien. Pour la présidentielle d’octobre prochain il a indiqué que « Youssouf Bakayoko et la CEI conduiront les élections de façon équitable ».

Pour Alassane Ouattara, « les élections de 2010 se sont très bien passées ainsi que le dépouillement ». La crise qui est survenue par la suite résulte de la volonté de son prédécesseur d’accepter le verdict des urnes qui le donnait perdant.  

Alassane Ouattara s’est insurgé contre le déchirement de procès verbaux de bureaux de vote en 2010 et a prévenu quiconque voudrait s’adonner à cet exercice. « Il n’y aura pas de déchirement de procès verbaux cette année. Nous n’allons pas tolérer cela », a prévenu le candidat du Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP). A ceux qui évoqueraient des raisons juridiques pour exiger une transition en lieu et place de la présidentielle d’octobre, Alassane Ouattara a répondu « qu’il n’y aura aucune transition ». «Ceux qui attendent les transitions pour avoir des postes, arrêtez de bavarder, il n’y aura pas de transition en Côte d’Ivoire », a martelé le chef de l’Etat.

Il a invité ses adversaires politiques à faire preuve de mesures et de faire en sorte que leurs propos soient en accord avec le processus de réconciliation et de cohésion. A l’endroit de ses militants et sympathisants, le candidat du RHDP leur demandé de « voter massivement pour fermer la bouche à ceux qui bavardent et ne savent que bavarder ».

Avant de clore ses propos,  le Chef de l’Etat a annoncé le début de l’indemnisation des victimes et parents de victimes de la crise postélectorale, estimés à environ 4500 à partir du 4 août prochain. Ce sont entre 6 et 8 milliards de F CFA qui seront décaissés pour cette première phase d’indemnisation des victimes et parents de victimes. 

 

Elbyre Koffi

Comment

Avant propos

 Mesdames et messieurs, je viens d’effectuer une visite mémorable dans le district. J’ai eu l’occasion de visiter les trois régions du district, c'est-à-dire les régions du Béré, du Bafing et du Worodougou. J’ai eu l’occasion d’échanger avec les populations à Ouaninou, Koro, Touba, Mankono, Kounahiri, Dianra, Kani et ce matin, Séguela. Partout, comme vous l’avez constaté, la mobilisation a été totale, l’accueil a été exceptionnel et les populations étaient très enthousiastes. Je voudrais donc au nom de mon épouse et de la délégation qui m’accompagne, remercier mes parents et alliés du Woroba. Comme je l’ai indiqué ce matin, cette visite a été l’occasion de faire l’état des lieux  des travaux que nous sommes en train de réaliser. Lors du conseil des ministres tenu à Séguela le jeudi 23 juillet, le préfet de région nous a fait un point sur l’état d’avancement des divers travaux. Il a aussi présenté les besoins du district,  ce qui nous a permis de mieux évaluer les chantiers à démarrer. Malgré les importants investissements déjà réalisés, il reste encore beaucoup à faire pour le développement de cette région qui a été délaissée pendant longtemps. Si je me rappelais des investissements qui sont prévus pour l’avenir, nous avons indiqué pour la région du bafing, 80 milliards de FCFA, pour la région du béré 100 milliards de fcfa et pour la région du Worodougou 150 milliards de FCFA soit un total de 330 milliards de FCFA pour le district du Woroba. Les principaux projets qui ont démarré, en 2015 nous avons procédé au lancement à Mankono du bitumage de l’axe Mankono-Tiéningoué pour environ 32 milliards de FCFA  pour une durée de 22 mois de réalisation, la construction du pont de Massala dans le département de Séguela sur l’axe Massala-Nandala pour un coût de 4 milliards de FCFA dont l’exécution est prévue entre 6 mois et un an. La construction du pont de Kongasso dans le département de Mankono, entre Kongasso et Kounahiri, pour un coût de 2 milliards Fcfa. La réalisation est également prévue pour six mois à un an. Nous avons prévu également l’électrification de 29 localités, ce qui va porter le taux de couverture d’électrification de 14% en 2011 à 38% à la fin de l’année 2015. Nous avons également la construction d’un collège moderne de jeunes filles avec internat à Séguela. Pour 2016, nous prévoyons le bitumage de l’axe Séguela-Mankono pour environ 35 milliards de FCFA  sur 36 mois, le bitumage de l’axe Kani-Boundiali avec un financement de la banque africaine de développement pour 66 milliard de FCFA. La relance du projet de Soja dans le Bafing pour 16 milliards de FCFA  de l’Etat, pour une production annuelle d’environ 35.000 tonnes de graines. La réhabilitation et le développement du réseau électrique  dans la region, la construction de la ligne électrique Mankono-Séguela de 90kw. La construction de 264 salles de classes, la construction d’un collège à Diarrabana et Bobi, la construction d’un lycée d’excellence à Séguela. Dans le cadre du plan national de développement 2016-2020, nous prévoyons le bitumage de l’axe  Séguela–Man  soit 125 km, le bitumage de l’axe Dianra-Boundiali, le bitumage de l’axe Touba-Séguela. L’idée étant de relier toutes les capitales des chefs lieux de régions par le bitume.  Nous prévoyons également le bitumage de l’aéroport de Séguela pour un montant de 7 milliards de FCFA. Bien évidement, j’ai donné juste un résumé des différents projets, mais comme je l’ai indiqué au départ, nous avons un programme d’investissement de 330 milliards de FCFA dans les années à venir pour le district du Woroba.

 

1-         Brou Presthone (Frat Mat)

M le Président de la République, nous voudrions savoir si vous réussirez à visiter toutes les régions du pays, vu que nous sommes à moins de 3 mois de la présidentielle, comme vous l’aviez promis ?

C’est ce que je souhaite. C’est une promesse effectivement de campagne. Et comme vous le savez, je tiens à tenir mes promesses. D’abord ce mandat a été écourté de 6 mois puisque  j’étais à l’hôtel du Golf. Par la suite évidemment, nous avions un travail de reconstruction considérable à entreprendre à Abidjan. Nous avons tenté d’être à l’intérieur autant que possible. Je crois qu’il reste certain nombre de régions à visiter. Je me promène chaque fois avec mon programme ici (il le sort de sa poche). Je peux vous dire que bientôt nous irons à Bondoukou à la fin du mois. Nous avons déjà fait une visite d’Etat à Bondoukou. Mais nous n’avons pas pu tenir le conseil des ministres. Donc pour la fin de ce mois de juillet, nous serons à Bondoukou. Et je crois pour le mois d’août, je parle sous le contrôle du Secrétaire Général de la présidence, nous serons à Dabou , Grand Lahou et autres. Je crois que nous avons déjà fait Jacqueville avec l’inauguration du pont de Jacqueville, le pont Philippe Grégoire Yacé. Au mois de Septembre nous envisageons d’entreprendre les visites en mi septembre de Bassam, Adiaké, Tiapoum, Aboisso, Abengourou et Agniblekrou. Donc, pendant la période du 15 au 20 septembre. Nous envisageons également de visiter la région de Daloa, Divo, Gagnoa, fin septembre, début octobre. Evidemment, je crois qu’à partir de là, je serai obligé de m’arrêter puisque nous rentrerons dans la campagne présidentielle qui est prévue normalement du 10 au 23 octobre. Je crois qu’en faisant ces différents cas que j’ai cités, j’aurais quasiment visité toutes les régions. Il me restera peut-être la région du Moronou et le Hambol. Si j’avais eu les 6 mois qu’on m’a enlevé (rire) c’est sûr que j’aurais pu faire la totalité des régions. Mais je signale tout de même que faire tout ça en 4 ans et demi, c’est pas mal. Bien évidemment, les régions que je n’aurais pas l’occasion de visiter avant la fin de ce 1er mandat, et si comme je le souhaite, j’ai un second mandat, je donnerai la priorité aux régions que je n’ai pas encore visitées ou que je n’ai pas pu visiter pendant ces périodes.

 

2- (Modeste Koné/ Notre Voie)

Tout au long de votre visite d’Etat, vous avez parlé de la réactivation du projet soja. Mais vous avez parlé peu  de l’anacarde qui est beaucoup cultivé dans le district du Woroba . Je voulais savoir   votre politique en ce qui concerne   la    transformation locale de ce produit ?

 Vous savez l’anacarde, c’est toujours la même chose. C’est d’ailleurs vous les journalistes, quand quelque chose va très bien, on n’en parle pas. C’est comme on dit, le train qui est à l’heure, personne n’en parle. Mais c’est le train  qui est en retard, qui est mentionné par tout le monde. Alors, l’anacarde  se porte  bien. D’ailleurs, Les populations ont eu l’occasion de dire qu’il y a quelques années elles vendaient l’anacarde à 25 F et au  maximum 75 F. Nous avons fixé le prix à 250 F, mais elles arrivent à le vendre à 500 ou à 600 F. Ce qui est quand  même très  bien. Nous avons  été aidé par les coûts internationaux. La production a fortement augmenté. Nous étions quasiment à égalité avec l’Inde en tant que premier producteur mondial. Mais nous sommes premier exportateur mondial puisqu’évidemment nous n’avons pas toutes les capacités de transformation de l’anacarde. Mais nous avons entrepris un vaste programme de décorticage de l’anacarde. J’espère que ceci pourra être réalisé assez rapidement. Pour le moment nous décortiquons à peine 10%, je crois,  par rapport à 30 % pour le cacao  . Notre objectif, c’est d’accélérer cela. Il faut de petites unités de 3000 à 5000 tonnes. Ceci est en cours d’étude par le ministère de l’Industrie. Le projet Soja est un projet que  les populations de cette région ont  toujours considéré  comme  important. Et puis, les terres sont également   fertiles à cet effet. C’est pour cela que beaucoup d’investissements avaient été faits en son temps par le premier président le Président Houphouët Boigny . Nous pensons qu’il y a des perspectives et que nous pouvons réactiver ce projet soja.

 

3- Habiba Dembélé (RTI 1)

 M. Le Président de la République, vous allez recevoir les victimes et les parents des victimes de la crise le 4 août prochain. Quels sont les victimes et parents des victimes identifiés pour cette rencontre ? Est-ce ce sont ceux de la crise postélectorale ou des différentes crises qui ont secoué la Côte d’Ivoire. Pourquoi maintenant ?

Nous avons une rencontre avec les victimes, les proches des victimes et les parents des victimes parce que la CONARIV a quasiment terminé le recensement complet des victimes parce que la création de la CONARIV c’était pour terminer le travail de la CDVR puisque le recensement n’était pas complet. Maintenant que nous avons tout de même pu réaliser un travail plus complet, on ne peut pas attendre plus longtemps d’autant plus nous avons prévu au budget 2015, 10 milliards FCFA pour l’indemnisation des victimes. Je n’aime pas prendre les engagements et ne pas les respecter. Nous avons dans un premier temps considéré que nous devrions prendre ce qui est connu. Il y a eu à peu près 3000 personnes tuées qui ont été recensées par la Commission nationale d’Enquête. Leurs parents sont connus. Nous avons également un certain nombre de personnes qui ont perdu la vie, soit des militaires, soit gendarmes, soit des policiers pendant la crise. Ces personnes sont connues. Le ministère de la Défense et le ministère de la sécurité nous ferons un recensement. Il y a un certain nombre de journalistes qui ont été assassinés qui connus, H par exemple. Donc, nous avons quand même maintenant un nombre conséquent, 4500 personnes qui ont malheureusement subi ces difficultés, ces tueries, ces mutilations, ou ces violences pendant la crise postélectorale.  Et nous n’allons bien sûr réunir les 4500 personnes mais nous voulons réunir peut-être 200 à 300 personnes qui représenteraient les victimes et procéder à une remise de compensation et laisser la CONARIV et le Programme national de Cohésion social (PNCS)  continuer de faire leur travail. Vous savez que nous rentrons bientôt dans la période de la fête de l’indépendance. Nous considérons que c’est un bon moment pour le faire pour le faire pour soulager les victimes et les proches des victimes.

 

4- Traoré Ahmed (Aip)

M. le Président, en moins d’un an d’activité, après la levée de l’embargo sur le diamant ivoirien,   la Côte d’Ivoire en a exporté plus de 6700 carats, essentiellement extraits dans la région du Worodougou. Un résultat qui, bien que relativement faible, a été jugé encourageant par le ministre de l’Industrie et des Mines pour un début d’activité. Les acteurs du secteur ont plaidé pour un investissement plus accru dans le secteur, avec des moyens modernes.  Vu qu’il faut aujourd’hui creuser beaucoup plus en profondeur le sol pour pouvoir espérer trouver des diamants, peut-on s’attendre à des investissements dans ce secteur et généralement dans le secteur minier dans la région du Worodougou qui regorge selon  le ministère d’énormes potentialités.

 

C’est vrai que depuis la levée de l’embargo, l’exploitation et l’exportation des minerais ont pu reprendre, mais en faible quantité. Et cette région regorge de ressources minières. Le ministre des Mines et de l’énergie me disait que nous avons augmenté de plus de 80%, la production. Nous sommes passés de 11 à 18 tonnes, en trois ans, en matière de production d’or. Et les perspectives sont très bonnes. Comme vous le notez d’ailleurs, à chaque conseil des ministres, nous agréons un certain nombre de permis d’exploitation d’or, de diamant ou d’autres minerais. Les mines ont un très bon avenir dans notre pays. Nous avons fait un nouveau code minier il y a deux ans, qui est quand même très attractif. Ce qui fait que nous avons beaucoup de compagnies qui viennent de partout. Que ce soit d’Australie ou d’Angleterre ou des Etats-Unis. Et nous continuerons d’encourager l’exploitation de nos minerais, surtout de l’or.

 

5- Bamba Idrissa (Soir Info)

M. le président de la République, il y a quelques semaines, lors d’une audience que vous accordiez à Mme la représentante spéciale du Secrétaire général de l’ONU en Côte d’Ivoire, la reprise en main du dialogue politique. En quelque sorte un dialogue direct. Alors aujourd’hui je voudrais savoir à quelle période ce dialogue est-il prévu, surtout qu’il ne reste que trois mois pour l’élection présidentielle?

Il y a un ministre d’Etat chargé du dialogue politique et qui rencontre, de manière régulière, les partis politiques. Bien évidemment, il lui appartiendra de me faire une proposition quand il sera prêt pour que je puisse moi-même rencontrer les partis politiques. Il s’agit de tous les partis politiques qui sont concernés par ce dialogue. Bien sûr, il y a des partis du RHDP. Egalement, des partis membres de la CEI, d’autres partis politiques. Ceci dépend surtout du calendrier que me proposera le premier ministre Ahoussou Kouadio-Jeannot. J’espère le faire en septembre. Ce serait un bon moment pour échanger avec ces partis. Mais, nous avons déjà réglé toute une série de questions dans le cadre du dialogue politique avec le premier ministre Ahoussou Kouadio-Jeannot. Les choses avancent bien. Que ce soit la question des libertés provisoires, celle des réfugiés, la question du dégel des comptes. Nous avons également le financement extraordinaire des partis politiques parce que vous savez, ne peuvent bénéficier du financement de l’Etat, que les partis membres de l’Assemblée. Ce n’est pas moi qui ai fait cette loi. Je l’ai trouvée en place. Malgré cela, nous avons prévu le financement extraordinaire pour un certain nombre de partis qui ne sont pas représentés à l’Assemblée nationale. C’est dire que ce dialogue continuera.

 

6- Bamba Idrissa (Soir Info) :

 A quelques mois des élections l’opposition ivoirienne continue de récuser le président de la CEI alors que vous tenez à l’organisation de ce scrutin à la date constitutionnelle.

 Vous me dites la CEI est récusée par certains partis politiques. Je ne sais pas s’il y a des partis politiques ; il y a des personnes qui récusent la CEI. Mais tout le monde est représenté à la CEI. En tout cas tous les partis de l’opposition, les partis au pouvoir, la société civile. Donc pour nous c’est un débat totalement futile. Mais ceci étant, les uns et les autres peuvent continuer de débattre mais la CEI a publié la liste électorale, 6,300.504. Et la CEI continuera de faire son travail. Tous les partis significatifs qui ont participé aux dialogues politiques sont représentés à la CEI. Donc nous n’avons pas de raison de penser que cela puisse avoir une influence négativement sur la date du scrutin. En tout cas je veux vous rassurer que je n’irai pas dans la voie de mon prédécesseur pour rallonger mon mandat. Je tiens à respecter la constitution. Donc les élections auront lieu le 25 octobre ; et cela n’est pas modifiable.

 

7- Lassina Sermé (Apa news)

M. le Président de la République, quel est, selon vous, le signal fort que la justice ivoirienne voudrait bien envoyer à la communauté nationale et internationale à travers la mise en examen d’officiers militaires qui ont combattu pour votre cause, surtout que cette justice ivoirienne a été accusée à tort ou à raison de pratiquer la justice des vainqueurs ? L’autre question est relative à l’école obligatoire, un projet qui doit démarrer à la rentrée prochaine. Mais sur le terrain, M. le Président, les infrastructures ne sont pas disponibles pour accueillir ce projet dans la mesure où les effectifs sont pléthoriques dans les établissements sillonnés. Comment selon vous, M. le Président, le gouvernement pourra rendre effectif ce projet à la rentrée scolaire prochaine ?

Concernant la justice, entre guillemets, des vainqueurs, c’est un débat également que je ne comprends pas personnellement. On nous dit de laisser la justice être indépendante et en même temps on nous demande d’interférer dans le fonctionnement de la justice. Moi, je refuse de faire cela. Ce que je constate, c’est que la justice fait son travail. Les cas de flagrant délit qui ont commencé à être examinés par les auditions d’un certain nombre de personnes. Et donc la justice fait son travail et cela au rythme qui lui convient. Ma seule responsabilité, c’est de donner les moyens à la justice  de travailler. La cellule spéciale d’enquête continuera de faire son travail, mais il n’est pas question pour moi de chercher à faire un équilibrisme. Donc, ceux qui demandent cela doivent savoir que cela n’est pas très objectif. Il faut laisser la justice faire son travail. Nous sommes dans un état de droit.

 

8- Lassina Sermé (Apa news)

La politique de l’école obligatoire doit démarrer la rentrée prochaine, mais sur le terrain, on constate que les infrastructures ne sont pas disponibles à mon sens pour le démarrer à cette rentrée, dans la mesure où, les établissements sont submergés avec des effectifs pléthoriques. Comment selon vous, le gouvernement pourra rendre effectif ce projet la rentrée  prochaine ?

Concernant l’école obligatoire, on vient de me remettre une fiche qui indique que nous avons un budget de  700 milliards de FCfA pour l’année scolaire 2015-2016. Quand on prend le nombre total d’enfant de 6 à 16 ans, selon les chiffres qui m’ont été donnés par le ministre de l’éducation nationale, il y a, à peu près 1,2 millions d’enfants qui ne sont pas à l’école, ou qui ont quitté l’école. Nous avons tout de même un taux de 90%, si je ne me trompe pas. Evidemment pour ces personnes, beaucoup pourront aller à l’école dès la rentrée scolaire 2016, parce qu’à l’école primaire c’est la gratuité, les kits et les manuels scolaires sont distribués. Quand ont dit l’école obligatoire, on n’atteindra pas ça en un an ou deux ans. Nous avons déjà construire 12,500 salles de classes et 3000 salles qui sont en construction et doivent être livrés d’ici à janvier. Donc, disons en janvier nous auront 15 milles salles de classes, ceux-ci permettront d’accommodé et d’améliorer le nombre d’élèves par salle de classe. Il faut également tenir compte du recrutement des enseignants, il n’y a pas que les salles de classes. Le budget a déjà prévu un certains nombre d’enseignants à recruter. Les 700 milliards sont déjà inscrits au budget, donc financé sur des ressources que nous identifions. Pour les 100 milliards qui restent, nous avons des contactes avec  un certains nombres de bailleurs y compris les nations unies, notamment avec l’ancien premier ministre Britannique, Gordon Brown,  que j’ai rencontré l’année dernière et qui m’a  dit qu’il se fera fort de nous aider à trouver les financements complémentaires pour faire cela. J’ai des chiffres ici concernant les enseignants à recruter. Je croix que le plus important c’est de  dire que nous allons y mettre les moyens pour que dès la rentrée prochaine, ces choses puissent se faire. Bien évidemment, c’est un programme qui prendra quelques années, nous voulons que cela se fasse le plus rapidement possible, ça ne fera qu’au rythme de la volonté des familles et des communautés, c’est pour cela que dans mon discours, j’ai fais appel. Nous mettrons des salles à disposition et recruter des enseignants, mais il faudra encourager  les familles et les communautés dans certaines régions acceptent d’envoyer les enfants à l’école, notamment les jeunes filles dans certaines régions. Par exemple dans le nord. Cela demande un travail collectif, c’est pour cela que je compte beaucoup sur la contribution des populations (les communautés, les chefs traditionnels, les chefs coutumiers) dans les différentes régions pour nous permettre d’avoir un succès avec cette décision. Il faut commencer à un moment donné, et nous avons décidé de commencer maintenant. Il faut que le temps de la scolarisation à 100% soit  le plus court possible, c’est cela notre objectif.

 

9- (Emile Scipion, LA Matinale)

Monsieur le Président de la République la santé du Président Blaise Comparé, a fait la semaine dernière  les choux gras de  la presse écrite et des réseaux sociaux faisant état de ce qu’il a eu une fracture du fémur et qu’il avait été évacué au Maroc avec la facilitation de l’Etat ivoirien  pour un traitement. Que pouvez- vous nous dire sur la question ?

 Je n’en fais pas un mystère bien que les questions de santé soient des questions personnelles. Le Président Compaoré a fait une chute et il a eu un problème. Il été évacué au Maroc. L’opération s’est bien passée.  La récupération se passe très bien. Il me disait d’ailleurs qu’il n’a pratiquement plus besoin de béquilles pour marcher. Donc, les choses se passent bien.

 

10- Sali Silué Konaté (Radio Côte d’Ivoire)

Ma question est relative au ton que vous avez emprunté tout à l’heure lors de votre message à l’occasion du meeting de clôture. On ne vous voit pas souvent parlé avec un ton aussi ferme. On a remarqué à Abobo lorsque vous avez reçu les victimes de la crise post électorale. Aujourd’hui, vous avez eu le même ton de fermeté lorsque vous parlez d’élection et de transition. Est-ce le signe d’une certaine exacerbation ?

La fermeté de ton, peut-être  c’est vrai, ça peut traduire un agacement. Quand je lis dans les journaux un certain nombre de personnes qui se considèrent comme des responsables politiques et qui demandent des transitions ; transition pour aller où ?  Nous avons eu des transitions qu’il fallait.  Cela a créé beaucoup de retards à la Côte d’Ivoire. Par ce que les problèmes ne se regelaient pas. On a passé tout le temps à se chamaillé. Il faut que la Côte d’Ivoire sorte de ce système. En  deuxième lieu, il y a eu des élections démocratiques, il y a un gouvernement qui est en place qui représente la large majorité des ivoiriens, aussi bien à l’assemblée, dans les régions, les conseils municipaux. Une transition pour aller où ? Je les mets en garde parce que s’ils disent ça, ça veut dire que certains espèrent une déstabilisation qui leur permettrait d’avoir une transition comme ils en ont eu l’occasion par le passé. Si nous avons des éléments sur ça, ça sera très grave. Donc, il n’est pas question de transition. La Côte d’Ivoire, ce n’est pas d’autres pays que je ne nommerais pas. C’est un pays qui marche, c’est un pays où il y a l’Etat de droit, un pays où la démocratie est respectée, le multipartisme. On ira à des élections dans trois mois, il faut que ces gens se concentrent sur les élections, qu’ils disent aux ivoiriens voilà ce que nous vous proposons, votez pour moi. Je voudrais qu’on parle aux ivoiriens  sur ce qui intéresse les ivoiriens. Ce n’est pas les questions de poste de tel ou tel qui les intéressent. Ce que le responsable politique peut faire  pour les ivoiriens, c’est ce qui est important. 

 

11- Zon Hilaire (Chine Nouvelle, France 24, Associated press)

M. Le Président les menaces djihadistes se multiplient au niveau de nos frontières avec le Mali. Quelles sont les dispositions que prend le gouvernement pour faire face ?

Les menaces sont partout dans le monde, y compris en Côte d’Ivoire. Ce que je peux dire c’est que nous restons particulièrement vigilants. A l’occasion de mon interview j’ai eu le temps d’en parler. Je félicite le ministre de l’Intérieur qui est à mes côtés  pour le travail important qui est en train d’être fait  au niveau du ministère de la Sécurité, du ministère de la Défense et aussi du Conseil national de la sécurité. Bien entendu aucun pays n’est à l’abri de ces menaces djihadistes. C’est le cas des USA, de la France et de nombreux grands pays que vous connaissez. Mais nous mettons tous les moyens pour que les ivoiriens continuent de vivre en paix dan la sérénité et dans la quiétude. 

 

12- Fabrice Tété (Le Temps)

M. le Président, votre ancien collaborateur Charles Konan Banny est aujourd’hui le président de la Coalition nationale pour le changement (Cnc), donc il est possible qu’il soit leur candidat. Avez-vous peur de sa candidature ?

C’est plus facile de répondre à cette question. Le ministre d’Etat, Hamed a eu à dire que je n’ai jamais peur. Et c’est cela qui l’impressionne. Je n’ai pas de commentaire à faire sur des candidatures. D’ailleurs cela est bien pour la démocratie, quand il y a plus de candidats. Je ne suis pas quelqu’un à avoir peur de qui que ce soit. C’est Je suis déterminé à aller à ces élections avec un bilan, un programme et une équipe. Et surtout dire qu’est ce que je ferai après l’élection du 25 octobre. J’espère que le temps de campagne soit le plus court possible pour que nous puissions faire des conseils des ministres jusqu’en fin septembre, juste pour faire la campagne et reprendre en novembre. Nous avons perdu 6 mois avec la précédente élection. Nous devons mettre le moins de temps possible cette fois ci à faire la campagne.

 

Comment

Ce sont 330 milliards de F CFA que l’Etat prévoit investir Pour le redécollage et le développement des régions du BAFING, BERE et WORODOUGOU, a annoncé le Chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara au cours du meeting de clôture de sa visite d’Etat dans le district du WOROBA. 

Alassane Ouattara, qui bien que reconnaissant les efforts consentis par l’Etat pour le développement du district du Woroba, a admis que « beaucoup reste à faire ». Ainsi il prévoit dès la fin 2015 engager une série de projets et de réalisations dans les différentes régions du district. Ce sont respectivement 80, 100 et 150 milliards de F CFA qui seront alloués aux régions du Bafing, du Béré et du Worodougou. Ces investissements concernent les secteurs de l’électricité, de l’adduction en eau potable, des infrastructures routières, de la santé et de l’Education. 

Cette importante enveloppe permettra entre autres le bitumage des axes Touba-Séguéla, Mankono-Séguéla, Dianra-Boundiali, la construction d’un lycée de jeunes filles à Séguéla, d’un lycée d’excellence mixte à Séguéla, d’un château d’eau. Mais également cette enveloppe prévoit la rélance d’importants projets et structures qui jadis ont fait la renommée de ces régions. Le projet Soja sera relancé dans la région du Bafing pour un montant estimatif de 16 milliards de F CFA. La construction du pont de Kongasso sur le fleuve Béré fait partie des projets pris en compte. 

En attendant la réalisation de tous ces projets, l’Etat a investi depuis un peu plus de 3 ans plusieurs dizaines de milliards pour la réhabilitation d’infrastructures, l’électrification rurale, la construction de classes scolaires et de routes dans les trois régions du district du WOROBA. 

 

Elbyre Koffi

Comment

Le Conseil des ministres tenu jeudi à Séguéla, capitale de la région du Worodougou a décidé de l’ouverture « prochaine » d’un Centre interarmées de formation initiale militaire (CIFIM) à Séguéla. Selon le porte-parole du Gouvernement, le ministre des Postes et des TIC, Bruno Koné, le CIFIM aura pour vocation de donner « un encadrement plus approprié »  aux militaires du rang.

Ce centre à l’instar de ceux qui existent en France ou au Sénégal pourra accueillir des militaires d’armées étrangères, a expliqué le porte-parole du Gouvernement. Ce sont des militaires issues des différentes forces, armée de l’air, armée de terre et de la marine qui seront formés dans ce centre. Selon Bruno Koné, le CIFIM sera « opérationnel dans l’immédiat ».

Etablissement des relations diplomatiques avec CUBA

La Côte d’Ivoire a désormais des relations diplomatiques avec la République de CUBA. Le Gouvernement a matérialisé cette nouvelle donne diplomatique avec la nomination de l’ambassadeur de Côte d’Ivoire au Mexique, ABIE Obou Marcellin en qualité d’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République de Côte d’Ivoire prés la République de CUBA. 

Le Gouvernement formel : « Pas d’épidémie de grippe aviaire en Côte d’Ivoire »

« Il n’y a pas d’épidémie de grippe aviaire en Côte d’Ivoire », a formellement affirmé le porte-parole du Gouvernement, à l’issue du Conseil des ministres. Bruno Nabagné a reconnu qu’un cas isolé de grippe aviaire avait été détecté il ya quelque jours à Bouaké, mais a indiqué qu’il a été très tôt circonscrit. Il a encouragé les populations à faire preuve de vigilance et a évité d’acheter des volailles dans les rues mais plutôt dans les commerces. Il a par ailleurs expliqué que le Gouvernement a pris des mesures pour éviter que l’épidémie de grippe aviaire présente dans certains pays environnants, ne s’étende à la Côte d’Ivoire.

Au chapitre des divers le porte-parole du Gouvernement a annoncé la visite du président de la Transition Burkinabé, Michel Kafando du 30 au 31 juillet en Côte d’Ivoire. Il a également indiqué que le Chef de l’Etat Alassane Ouattara rencontrera le 4 août prochain les parents des victimes (tuées) au cours des crises qu’a connu le pays. Ceci après une visite d’Etat à Dabou, chef lieu de région des Grands Ponts le 3 août. 

 

Elbyre Koffi

 

Comment

Ce sont 80 milliards de F CFA qui seront investis dans la région du Bafing pour son développement, au cours des cinq prochaines années, a annoncé le Chef de l’Etat Alassane Ouattara, jeudi à Touba, au terme d’une visite de 48 heures dans la région.

Cet important programme d’investissement prévoit 8 milliards de F CFA consacrés aux travaux d’électrification rurale dans la région au cours des cinq prochains mois. Ce qui selon le Chef de l’Etat générera « 375 emplois temporaires ». Il sera également question dès 2016 de la réhabilitation du réseau électrique du département de Touba, chef lieu de région, à hauteur de 5 milliards de F CFA.

Répondant à une des doléances les plus récurrentes des populations de la région du Bafing, Alassane Ouattara a annoncé un investissement de 16 milliards de F CFA dès 2016 pour la relance du projet Soja, qui jadis avait fait la notoriété de la région. L’axe reliant Touba à Séguéla, le chef de lieu de la région du Worodougou sera bitumé dans les mois à venir, a aussi promis le chef de l’Etat.   

Affirmer le leadership de la Côte d’Ivoire en Afrique de l’Ouest

« La CI reprendra son rôle et sa place dans la sous-région », a lancé le Premier des Ivoiriens. Cela ? dira-t-il passe indubitablement par la paix, la stabilité et le travail. « La stabilité de la Côte d’Ivoire est un gage de la stabilité d’une bonne partie de l’Afrique de l’Ouest », a dit Alassane Ouattara. Il a, à l’instar du meeting de Ouaninou la veille, lancé un appel au rassemblement de tous les Ivoiriens « afin de faire de la Côte d’Ivoire, le pays modèle dont tout Ivoirien a toujours rêvé ».

 

Elbyre Koffi

Comment

Pour la première étape de sa visite d’Etat dans le district du Woroba, comprenant les régions du Bafing, du Béré et du Worodougou, le chef de l’Etat Alassane Ouattara a, au cours d’un meeting à Ouaninou, promis une présidentielle 2015 « belle, apaisée et réussie ». « Le 25 octobre 2015, nous aurons des élections apaisés t réussies », a lancé le président ivoirien.

Pour réussir ce pari, Alassane Ouattara a invité l’ensemble des acteurs politiques et des populations vivant en Côte d’Ivoire à s’inscrire dans une dynamique de paix et de stabilité. « Je lance un appel à l’union et au rassemblement de tous les enfants de Côte d’Ivoire (…) nous devons tout faire pour renforcer la paix dans le pays », a en outre indiqué le chef de l’Etat.

Concernant le développement de la région du Bafing, Alassane Ouattara a révélé que ce sont 80 milliards de F CFA qui ont été investis dans le cadre du Programme présidentiel d’urgence (PPU). Il a promis « accélérer t faire beaucoup plus que ce qui a été fait » pour la région, une fois réélu à l’issue des élections d’octobre prochain.

L’épidémie d’Ebola qui a sévit et faire plusieurs victimes dans des pays frontaliers de la Côte d’Ivoire a fait l’objet d’une adresse du chef de l’Etat à l’endroit des populations. Il s’est félicité des dispositions prises par le Gouvernement et la discipline des populations qui ont permis à cette maladie de ne pas arrivée sur le territoire ivoirien. « Je lance un appel aux populations de tout faire pour éviter qu’Ebola n’atteigne la Côte d’Ivoire », a insisté le chef de l’Etat.

Alassane Ouattara est attendu jeudi matin à Touba, chef lieu de la région du Bafing, pour son meeting de clôture de sa visite dans la région du Bafing, avant de fouler en début d’après midi le sol de Séguéla dans la région du Worodougou.

 

Elbyre Koffi

Comment

Il est indéniable que l’eau constitue une denrée extrêmement importante pour l’humanité entière, mais bien plus encore pour les pays en voie de développement parmi lesquels la Côte d’Ivoire. Si pour les populations ivoiriennes l’approvisionnement en eau potable n’est plus assimilable « aux douze travaux d’hercule » comme c’était le cas sous peu, le problème toutefois demeure. Et ce, en dépit des nombreux efforts consentis par le Gouvernement depuis un peu plus de 3 ans pour résorber le problème.

 

D'importantes réalisations

Le Président de la République, Alassane Ouattara a procédé, le 2 mars 2015 à Bonoua (localité situé à une trentaine de kilomètre à l’Est d’Abidjan), à la mise en service d’un château d’eau pour l’approvisionnement des villes d’Abidjan, Bassam (15km est d’Abidjan) et Bonoua.  Le Chef de l’Etat ivoirien a expliqué que la construction de ce château d’eau viendrait palier au déficit d’eau dans tout le district d’Abidjan, estimé à environ 200 000 m3/j. Ce château d’eau est censé produire 80 000 m3/jour dans sa première phase pour atteindre 740 000 m3/jour en 2016, a-t-il indiqué. 

La construction du château d’eau de Bonoua a succédé à ceux de Yopougon (commune populaire à l’ouest d’Abidjan), inauguré en décembre 2014 et Cocody-Angré (quartier situé à l’est d’Abidjan), inauguré en mars 2014. Toutes ces réalisations ont eu pour résultats d’améliorer l’approvisionnement en eau potable des populations d’Abidjan et des villes environnantes.

Au-delà d'Abidjan, plusieurs localités urbaines et rurales de l'intérieur du pays ont connus durant ces dernières années une augmentation de leur capacité d'approvisionnement en eau potable ou été ont connu une aduction en eau potable. Il s'agit, entre autre, des villes et villages de la région du Bélier (Centre), Man (Ouest), Odienné (Nord), Aboisso (Sud-est), Bouaké (Centre).

 

Mais pas assez pour atteindre les OMD

Ces importantes réalisations ne suffisent pas pour autant pour permettre à la Côte d’Ivoire d’atteindre  les Objectifs du millénaire pour le développement prévus pour 2015. Et c’est le Premier ministre, Daniel Kablan Duncan qui l’indiquait à l’ouverture d’une table ronde des partenaires techniques et financiers sur l'accès à l'eau potable, organisé les 27 et 28 juin 2013 à Abidjan. Il justifie son assertion par le fait que pour atteindre cet objectif, le taux de desserte globale devrait passer entre 2008 et 2015, de 61% à 82% pour l'eau potable. Alors qu’en 2013 date de la tenue de cette table ronde, il se situait à 66%. 

Cette situation peu reluisante résulterait, selon le chef du Gouvernement ivoirien de la baisse des investissements dans le secteur des infrastructures hydrauliques depuis les années 90 et qui s'est accentuée avec la décennie de crise militaro-politique pour aboutir à un retard d'investissement. Ce qui a mis à mal la quasi-totalité des centres de production d'eau potable aussi bien en milieu urbain que rural. Au lendemain de la crise postélectorale, le déficit était de 30% à Abidjan et 50% à l'intérieur du pays. A la date de juin 2013, ce sont plus de 470 localités de plus de 4000 habitants, dont 108 localités de plus de 10 000 habitants, qui ne disposaient pas encore d'un système public de distribution d'eau potable. Les besoins d’investissement sur les trois années (2013-2015) sont estimés à environ 300 milliards de FCFA, selon le Gouvernement.

 

Une stratégie globale s'impose

Même si des efforts importants ont été réalisés à ce jour par le Gouvernement ivoirien, la question de l’approvisionnement en eau potable des populations reste de mise. Ce d’autant plus que le pays fait face à un essor démographique. La population a quasiment doublé en trois décennies. Ce qui s’accompagne d'une explosion de la consommation en eau.  

Face à ce risque vital de pénurie d'eau qui est général dans bon nombre de pays du globe, une stratégie d'action globale qui jusqu’ici semble difficile à définir, s’impose.

Elisée Bolougbeu

Comment