Côte d’Ivoire-Attaque de l’Ecole de police d’Abidjan : Les assaillants piégés par les caméras de surveillance. « Ils préparaient des attaques de grande envergure »

Les forces régulières de Côte d’Ivoire ont mis aux arrêts des soldats soupçonnés d’être impliqués dans l’attaque récente de l’école de police d’Abidjan et du commissariat d’Azaguié. D’après le ministère de la Défense, les personnes ayant perpétrés ces attaques recherchaient des armes dans ces lieux sécuritaires. Mais des armes pour faire quoi ? C’est à cette préoccupation qu’a répondu le porte-parole du gouvernement, Bruno Nabagné Koné, le mercredi 26 juillet 2017.

Auteur:
Super User

 

Attaque de grande envergure

M. Nabagné Koné a révélé que cette « agression armée » était le prélude à des attaques militaires « de plus grande envergure ». « Quand on voit le profil des personnes concernées et le nombre d’armes emportées, on peut dire, sans aucun doute, que ces attaques préparaient des attaques de plus grande envergure. Dieu merci, que les ministres en charge de la sécurité et de la défense ont réussi à mettre fin à ce projet », a déclaré le ministre Koné Bruno, cité par l’AIP.

Le ministre a certifié que des indices concordantes permettent de tisser un lien entre les personnes à l’origine de l’attaque de l’école de police et celles qui ont jeté leur dévolu samedi sur le commissariat d’Azaguié.  « Les enquêtes se poursuivent. Nous avons  bon espoir de connaitre les commanditaires », a-t-il affirmé.

Armes emportées récupérées

Pour l’heure, les enquêtes menées par les limiers de la sécurité ont permis d’arrêter cinq personnes accusées d’être à l’origine. Elles avaient été prises en chasse à partir des caméras de surveillance et arrêtés dans la foulée», le 19 juillet, au niveau de Yopougon.

« Les armes emportées ont été récupérées », a-t-il rassuré, déplorant la mort d’un soldat et la blessure d’un membre du Centre de coordination des décisions opérationnelles (CCDO). Ces arrestations ont été facilitées par les moyens électroniques, à avoir l’installation d’une centaine de vidéos surveillance disséminée à Abidjan. « Notre objectif, c’est d’aller à un millier de cameras », a-t-il promis.

« Les militaires appréhendés seront  immédiatement radiés et jugés par le tribunal militaire. Quant au civils, ceux-ci seront jugés et sanctionnés », a ajouté le porte parole du gouvernement. Le coordonnateur de ces attaques seraient le dénommé Séri Doua Alain, a-t-il conclu.

AT

LDA Newsletter

Ne ratez rien de l'actualité en continue, soyez au première loge des dernières news sur LADIPLOMATIQUE D'ABIDJAN