Actualités

Il se nomme Jair Messias Bolsonaro. Il est le nouveau président du Brésil. Élu au second tour avec 55% des voix contre 45% pour son adversaire Fernando Hadad. Ce sexagénaire entre dans le cercle des élus dont la victoire ne souffre d’aucune contestation.

Jair Messias Bolsonaro est élu après un contexte électoral émaillé de quelques faits notables comme l’emprisonnement de l’ex-président, Lula Da Sylva, à quelques jours de la campagne présidentielle, dont les sondages prévoyaient la victoire, l’agression au couteau du candidat Jair Messias Bolsonaro, l’entrée en lice du poulain de Lula dont la caution pour le substituer fut rédigée par l’ex-président depuis sa cellule.

Cependant, tous ces faits n’ont pas conduit le Brésil dans une période  de violences durant les 45 jours de la campagne électorale. Bien au contraire, c’est fort du soutien de plus 57 millions de Brésiliens que Jair Messias Bolsonaro va gouverner un pays continent.

Avec une telle légitimité, il pourra mettre en pratique son programme pour lequel les Brésiliens l’ont élu.

Ce rêve se vit au Brésil. Alors que sous nos cieux de simples élections régionales et municipales plongent dans une torpeur les citoyens laissant planer l’incertitude quant à l’échéance électorale présidentielle prévue en 2020. Il y a lieu de se servir de ce modèle de démocratie apaisée pour faire comprendre aux Ivoiriens dans leur ensemble que la vie d’une nation ne s’arrête pas à des élections aussi importantes soient telles.

 

Dao Mathurin

 

Published in International

+ Dossiers

Le traité d’amitié et de coopération entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso dont la 8eme édition se tient à Ouagadougou, mardi et mercredi, est...