Contenu - LA DIPLOMATIQUE D'ABIDJAN
LDA Journaliste

LDA Journaliste

Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Le renforcement de la coopération militaire a été au menu d’entretiens tenus entre le ministre malaisien de la Défense, Hishammuddin Hussein, et son homologue indien, Rajnath Singh.

Organisée lundi 27 juin 2022 par vidéoconférence, cette réunion a été l’occasion pour les deux pays d’aborder plusieurs sujets d’intérêt mutuel en matière de coopération militaire bilatérale et régionale.

Les deux ministres se sont attardés sur les mesures visant à améliorer les activités et la structure de coopération dans le cadre de la Réunion de coopération de défense Inde-Malaisie (MIDCOM) qui se tiendra en juillet, relève un communiqué du ministère indien de la Défense.

Une amélioration des capacités dans le cadre des activités d’assistance humanitaire et de secours en cas de catastrophe a également été constatée par les deux responsables, note le même document, ajoutant que Hishammuddin Hussein a mis un accent particulier sur la nécessité d’inclure les femmes dans les missions de maintien de la paix.

Le communiqué fait valoir que Rajnath Singh a invité les hauts responsables militaires malaisiens à venir en Inde pour constater de visu les potentialités dont dispose l’industrie militaire indienne et s’enquérir des moyens permettant de mettre ces potentialités au service des intérêts de la Malaisie.

En conclusion de la réunion, les deux ministres ont réitéré leur volonté d’approfondir les liens de défense déjà étroits entre la Malaisie et l’Inde, note la même source.

hn

Comment

Le président russe Vladimir Poutine est favorable à l’idée de participer au sommet du G20 en novembre à Bali, en Indonésie, après avoir reçu une invitation officielle, a annoncé lundi 27 juin 2022 le conseiller du Kremlin, Iouri Ouchakov.

“Nous avons reçu l’invitation officielle (…) et nous avons répondu positivement en disant que nous sommes intéressés par une participation”, a déclaré M. Ouchakov à la presse.

Il a toutefois précisé qu’il restait encore “beaucoup de temps” avant le sommet prévu pour les 15 et 16 novembre, suggérant ainsi que le format de la participation russe pourrait être modifié. “Mais, pour l’heure, l’invitation est (faite) pour une participation en personne”, a souligné M. Ouchakov.

En octobre dernier, Vladimir Poutine a pris part par visioconférence au sommet du G20 à Rome, en raison de la pandémie provoquée par le coronavirus.

Jakarta a également convié l’Ukraine en tant que pays invité au sommet du G20. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a répondu qu’il y participerait, au moins par visioconférence.

hn

Comment

Le Premier Ministre, Patrick Achi, a procédé, le lundi 27 juin 2022 à Abidjan, à l'inauguration du cycle ouvert de la centrale thermique d'Azito 4, d'une puissance d'environ 180 Mégawatts (MW).
 
« Nous  inaugurons  aujourd’hui avec fierté cette nouvelle turbine à gaz à site ouvert, d’une capacité de 180 MW. C’est un véritable bond en avant. Cette infrastructure répond aux enjeux de croissance et de prospérité de la Côte d’Ivoire », a déclaré Patrick Achi.
 
Le Chef du gouvernement a rappelé que l’ambition de la Côte d’Ivoire à l’horizon 2030 est d’être un acteur principal du hub énergétique sous-régional. La réalisation de cette turbine vient renforcer le dispositif énergétique de la Côte d’Ivoire.
 
Cette nouvelle turbine, a -t-il précisé, va répondre aux  besoins nationaux en énergie et  va permettre de soutenir l’agriculture et la production des zones industrielles. Notamment celles d’Abidjan, San Pedro et Ferkessédougou. Il a exhorté le secteur de l’électricité au travail afin de permettre à l’économie de bénéficier  de la compétitivité énergétique.
 
Le Premier Ministre a indiqué que le taux de couverture en électricité dans les localités est passé de 33% en 2011 à 82% en mars 2022. Ajoutant que cette année, près de 750 localités seront électrifiées. En ce qui concerne le tarif domestique social, ce sont 1,5 millions de foyers qui en bénéficient.
 
Cette infrastructure fait partie du cycle combiné d'Azito 4, d’une puissance de 253 MW.  Ce dispositif est composé principalement d'une turbine à vapeur (180 MW) et d'une turbine à vapeur (74 MW) en cours de réalisation. Portant ainsi, à terme, la capacité de production de la centrale à 710 MW, soit près de 27% de la puissance installée en Côte d'Ivoire.
 
Le coût total de l’investissement du cycle combiné de la phase 4 d’Azito est de 217 milliards de FCFA. La construction de l’infrastructure a généré 1 100 emplois.
 mc

Comment

Le bilan à mi-parcours de la mise en œuvre du Programme spécial de lutte contre la fragilité dans les zones frontalières du Nord, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, indique que 5 664 personnes ont été sélectionnées pour la première phase sur un objectif initial de 19 812 personnes à sélectionner d’ici à fin 2022.
 
Ce bilan a été dressé, le lundi 27 juin 2022 à Abidjan-Plateau, par le ministre de la Promotion de la Jeunesse, de l'Insertion Professionnelle et du Service civique, Mamadou Touré, six mois après le lancement dudit programme.
 
Selon le ministre, ce programme est une composante du Programme Social du Gouvernement (PS-Gouv 2). Mis en œuvre dans six régions cibles, notamment la Bagoué, le Bounkani, le Folon, le Kabadougou, le Poro et le Tchologo, qui font frontière avec le Mali et le Burkina Faso, deux pays impactés par le terrorisme, il vise à accompagner l’insertion de 19 812 bénéficiaires en 2022 pour un budget de 8,6 milliards de FCFA, à travers des dispositifs d’insertion adaptés.
 
Il s’agit du financement des Activités génératrices de Revenus (AGR) et des Micros et Petites Entreprises (MPE), des Travaux à Haute Intensité de Main d’œuvre (THIMO), des Formations de Reconversion et de Requalification (FRR) adaptées au marché de travail régional, des Formations par apprentissage, du Permis de conduire et du Volontariat communautaire.
 
A ces dispositifs, a annoncé Mamadou Touré, s’ajoute celui des Associations villageoises d’Épargne et de Crédit (AVEC) qui assure l’initiation des populations à l’épargne et au crédit, avec un volet cohésion sociale. Les AVEC vont coûter 1 milliard de FCFA au profit de 3 000 bénéficiaires.
 
« Au total, ce sont 22 812 bénéficiaires qui seront pris en charge pour un budget de 9,6 milliards de FCFA », a précisé le ministre Touré.
 
Pour les THIMO, en termes de résultats sectoriels, 1 214 jeunes ont été sélectionnés sur 1 800 candidatures. Pour les permis de conduire, 997 ont été sélectionnés sur 1 500. Pour les AGR, 1 472 sélectionnés sur 3 020. Pour l’apprentissage, ce sont 274 sélectionnés sur 1 500. Pour le Fonds d’Appui aux acteurs du Secteur informel (FASI), sur les 8 000 bénéficiaires attendus, ce sont 1 707 qui sont sélectionnés.
 
mc

Comment

Le ministre d'État, ministre de l'Agriculture et du Développement Rural, Kobenan Kouassi Adjoumani, à la tête d'une délégation, a effectué, le samedi 25 juin 2022, au Centre de Recherche Agricole de Sakha à Kafr El-Sheikh, ville située à 160 km au Nord du Caire, une visite des parcelles agricoles aménagées sur plus de 200 000 ha, notamment pour la culture de riz, de maïs et de blé.
 
"Nous sommes émerveillés de voir ces zones de production qui sont irriguées grâce à un système de canalisation sophistiqué qui fournit l’eau dont elles ont besoin, depuis le Nil, situé à plus de 100 km des parcelles", a dit Kobenan Kouassi Adjoumani.
 
Dans cette structure de recherche agricole, plusieurs variétés semencières, comme le riz, sont étudiées. Certaines variétés sont capables de se développer dans des zones arides.
 
Ce centre fournit 75% des semences de base utilisées par le gouvernement égyptien. 
 
Avec plus de 5 000 variétés de semences agricoles certifiées (riz, maïs et blé), ce centre de recherche est le plus grand d’Égypte et du Moyen-Orient, a fait savoir son premier responsable, Pr Mohamed Soliman.
 
Outre la recherche agricole, le Centre de Recherche Agricole de Sakha est également spécialisé dans la recherche et la santé animale. 
 
La délégation ivoirienne a aussi visité les laboratoires de recherche animale qui réalisent des croisements sur des buffles et des bœufs.
 
Au terme de cette visite de travail, le ministre d'État, ministre de l'Agriculture et du Développement Rural a indiqué qu'il veut "s'inspirer de tous ces exemples de réussite et de bonnes pratiques afin de développer davantage l'agriculture ivoirienne, pour le bonheur des producteurs et des consommateurs".
 mc

Comment

L’Union européenne (UE) et l’Inde ont repris lundi 26 juin 2022 leurs pourparlers en vue de conclure un accord de libre échange d’ici fin 2023, après neuf années d’arrêt, rapportent des médias indiens.

L’UE est le deuxième partenaire commercial de l’Inde après les États-Unis, mais les pourparlers avec le bloc ont échoué en 2013 sur des questions telles que les réductions tarifaires et la protection des brevets.

Les discussions, qui ont repris à New Delhi, vont notamment tenter de parvenir à un accord de libre échange, et à des accords sur la protection des investissements et les indications géographiques des produits.

L’UE est l’un des tout premiers partenaires commerciaux de l’Inde et la valeur de leurs échanges s’élève à 120 milliards d’euros en 2021, avait indiqué en juin dernier le commissaire européenne au Commerce Valdis Dombrovskis, lors d’une conférence de presse annonçant la reprise des négociations.

Surnommée le “roi des taxes douanières” par l’ancien président américain Donald Trump, l’Inde est devenue plus ouverte à l’abaissement des barrières commerciales ces dernières années et négocie des pactes avec plusieurs autres pays.

L’Inde est également en négociations commerciales avec le Canada, Israël et la Grande-Bretagne. Le Premier ministre Boris Johnson a déclaré lors d’une visite en avril que la Grande-Bretagne et l’Inde espéraient conclure un accord d’ici octobre.

hn

Comment

Au moins 24 personnes ont été tuées dans une nouvelle attaque perpétrée dans la soirée de samedi par des rebelles des Forces démocratiques alliées (ADF), un groupe rebelle ougandais basé dans l’est de la RDC et rallié à l’Etat islamique en Afrique centrale, dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC), ont indiqué dimanche des sources sécuritaires et locales dans la zone.

Une dizaine de rebelles des ADF ont fait incursion dans le village de Samboko, situé entre le territoire de Beni dans la province du Nord-Kivu et le territoire d’Irumu dans la province de l’Ituri, en tirant plusieurs coups de feu, et ils se sont ensuite introduits dans des maisons des civils pour commettre les massacres et ont brûlé plusieurs maisons, selon les même sources.

Selon la Radio Okapi, soutenue par la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (MONUSCO), les forces armées de la RDC (FARDC) basées dans la zone sont intervenues pour chasser ces assaillants, qui ont également pris en otage une dizaine de civils.

Plusieurs corps ont été retrouvés dans la journée de dimanche par la population locale, ont indiqué des sources de la société.

Présenté par l’organisation Etat islamique (EI) comme sa branche en Afrique centrale (ISCAP en anglais), le groupe ADF est accusé d’être responsable de massacres de milliers de civils en RDC et d’avoir commis des attentats jihadistes en Ouganda.

hn

Comment

Déterminée à accroître l’adoption du vaccin contre la COVID-19, la Côte d’Ivoire a mené une campagne de vaccination de masse de trois semaines en février qui a permis de vacciner plus de 2 millions de personnes, soit une hausse de 8 % du nombre de personnes entièrement vaccinées.

Dans un pays avec une couverture vaccinale de moins de 20 %, l’augmentation obtenue en seulement quelques semaines constitue un progrès considérable.

L’adhésion à la vaccination contre la COVID-19 est désormais en hausse en Côte d’Ivoire, l’un des premiers pays africains à avoir reçu des doses livrées par le mécanisme COVAX, l’an dernier. Depuis la première campagne de vaccination de masse en décembre 2021, le nombre de doses administrées a plus que doublé, passant de 4,8 millions à la fin décembre à 10,5 millions à la mi-mars 2022.

Le pays prévoit de continuer à mener des campagnes de vaccination de masse sur mesure et avec des cibles bien définies à intervalles réguliers en 2022, avec pour objectif de vacciner entièrement 70 % de la population.

En Afrique, les premiers enseignements tirés par les équipes multipartenaires de soutien aux pays montrent que les campagnes de vaccination de masse, associées à une forte implication communautaire, permettent aux pays de rapidement atteindre un grand nombre de personnes. Les pays qui combinent ce genre de campagnes à un engagement politique et un leadership puissant à tous les niveaux obtiennent de bons résultats.

Mobilisation des leaders d’opinion

En Côte d’Ivoire, les chefs de fil politiques, religieux et communautaires nationaux et locaux, ainsi que les médias, des figures publiques sélectionnées et des influenceurs des réseaux sociaux, ont été sensibilisés à l’importance de la vaccination contre la COVID-19 et encouragés à montrer l’exemple. De plus, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) en Côte d’Ivoire a mis à contribution son réseau de 160 radios partenaires pour la diffusion des messages en boucle, la production d’émissions interactives de sensibilisation des populations en invitant sur les plateaux des personnalités influentes, y compris des chefs traditionnels et religieux, des représentants de la fonction publique et des enseignants. L’OMS a aussi réaffecté à la lutte contre la COVID-19 près de 40 consultants initialement recrutés pour lutter contre la polio.

« Nous avons réussi à mobiliser les leaders religieux et communautaires, mais surtout nous avons bénéficié de l’engagement des autorités au plus haut niveau, à commencer par la vaccination du Premier ministre et des membres du gouvernement face aux médias », retrace le professeur Joseph Bénié Bi Vroh, Directeur Général de l'institut national de l'hygiène publique. « Dès le début, nous avons su adapter nos stratégies de vaccination pour aller au plus près des populations. »

La Côte d’Ivoire prévoit de vacciner entièrement 70 % de sa population adulte d’ici décembre 2022, en donnant la priorité à tous ceux se trouvant en première ligne de la riposte à la COVID-19 ou à haut risque de développer une forme grave de la maladie, d’être hospitalisés ou de décéder en cas d’infection par la COVID-19.

« En voyant la campagne de vaccination, j’ai été convaincu que le vaccin était sûr et qu’il est mieux de prévenir que guérir », témoigne Yohan Aké, à l’entrée d’un centre de vaccination de la capitale économique ivoirienne.

Défis structurel

Les pays africains ont été confrontés à plusieurs défis structurels en voulant étendre la couverture vaccinale. Certains pays n’ont pas planifié de façon adéquate la vaccination au niveau des districts et il y a eu un manque de financement stable et prévisible, ainsi que de mécanismes permettant de s’assurer que les financements soient transmis à temps du niveau national au niveau local.

Pour faire face à ces obstacles opérationnels et financiers, des équipes multipartenaires de soutien aux pays, réunissant l’OMS, Gavi l’Alliance du vaccin, UNICEF, la Banque mondiale, les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) Afrique et des Etats-Unis et d’autres, ont été déployées dans 20 pays d’Afrique. L’équipe présente en Côte d’Ivoire assiste actuellement le Ministère de la santé au niveau de la planification logistique, du financement et des activités de communication du risque et communautaire, et de l’organisation de campagnes de vaccination de masse régulières.

« Les autorités sanitaires de la Côte d’Ivoire ont su mobiliser les leaders d’opinion et adapter leurs stratégies de vaccination au contexte changeant. Avec un effort renforcé de tous les acteurs de la santé publique, nous sommes confiants que le pays pourra atteindre les objectifs de vaccination en 2022 et ainsi protéger sa population contre la COVID-19 », a déclaré le Dr Jean Marie Yameogo, Représentant de l’OMS en Côte d’Ivoire.

Le ministre de la Santé, de l’Hygiène publique et de la Couverture maladie universelle, Pierre Dimba, a été instruit par le Conseil national de Sécurité (CNS), en vue de prendre les dispositions nécessaires pour qu’au moins 70% des populations cibles soient vaccinées contre la Covid-19 dans le Grand Abidjan, d’ici à la fin de l’année 2022.

mc

Comment

Le ministre de l'Équipement et de l'Entretien routier, Amédé Koffi Kouakou, a procédé, le vendredi 24 juin 2022, à l’inauguration du poste à péage de l'autoroute Abidjan Grand-Bassam, un projet d’envergure qui représente des investissements de 23 milliards de FCFA.
 
Composé d'une barrière de 16 couloirs dont 8 dans chaque sens de circulation, ce dispositif ultra moderne comprend un centre de commandement qui assurera le contrôle de tous les postes de péage du pays. Il comprend également en son sein de bureaux dédiés aux pompiers, à la gendarmerie et aux services commerciaux. .
 
Selon le ministre Amédé Koffi Kouakou, cette infrastructure vise à entretenir et à garantir la qualité de cette autoroute. "Une voie non entretenue a des conséquences sur le coût de la vie", a-t-il prévenu.
 
Il a indiqué que la section de la voie de Grand-Bassam est le premier maillon de la construction de l'autoroute Abidjan Lagos.
 
Le ministre a rappelé les efforts du gouvernement dans le secteur routier qui permettront au pays de disposer de plus de 9 000 km de voies bitumées à l'horizon 2023.
 
Évoquant la question du coût du péage, le ministre a assuré que c'est l'un des tarifs les plus bas au niveau de la sous région, au regard de l'importance de l'ouvrage. "C'est un tarif étudié", a-t-il souligné. 
 
Les véhicules légers répertoriés dans la catégorie classe 1 devront s'acquitter de la somme de 1 000 FCFA, au poste de péage. Pour les catégories intermédiaires, le coût du péage est de 1 500 FCFA. Les poids lourds ainsi que les autocars à 2 essieux payeront quant à eux 2 500 FCFA. Les poids lourds et autocars à 3 essieux et plus devront débourser 3 500 FCFA.
 
Cette voie est caractérisée par une forte concentration du trafic. Elle enregistre plus de 16 000 véhicules par jour.
 mc

Comment

Le Président de la République, Alassane Ouattara, a eu un entretien, ce jeudi 23 juin 2022, au Palais de la Présidence de la République, avec le Président de la République du Niger, Mohamed Bazoum, en visite officielle de 48 heures en Côte d’Ivoire.
 
Le Chef de l’Etat nigérien, qui est accompagné de son épouse et des membres du gouvernement, a été accueilli à son arrivée en milieu d’après-midi, à l’aéroport international Félix Houphouët-Boigny, par le Vice-Président de la République, Tiémoko Meyliet Koné, des membres du gouvernement et du Cabinet présidentiel.
 
En fin d’après-midi, les Présidents Alassane Ouattara et Mohamed Bazoum ont eu une rencontre qui a été sanctionnée par la signature de cinq accords de coopération dans les domaines de la sécurité et de la lutte contre le terrorisme, des hydrocarbures, des ressources animales et dans l’enseignement technique et la formation professionnelle ainsi que sur les consultations politiques.
 
Au terme de cette rencontre, le Président ivoirien et son homologue nigérien ont animé un point de presse conjoint, au cours duquel ils ont exalté l’excellence des relations entre la Côte d’Ivoire et le Niger.
 
Le Président Alassane Ouattara a exprimé sa grande joie d’accueillir son homologue nigérien et relevé le caractère spécial des relations qui existent entre la Côte d’Ivoire et le Niger. Il a salué la contribution de la communauté nigérienne résidant en Côte d’Ivoire à l’essor économique de notre pays.
 
Le Chef de l’Etat a souligné que l’entretien avec le Président Mohamed Bazoum a permis de faire un tour d’horizon de la situation socio-politique dans les deux pays, mais également dans la sous-région et au niveau international.
 
Pour terminer, le Chef de l’Etat s’est réjoui de l’attachement du Président Mohamed Bazoum à la Côte d’Ivoire et l’a félicité pour sa brillante élection l’année dernière, tout en saluant l’alternance démocratique que le Niger a connue.
 
Le Président du Niger a, à son tour, réitéré son attachement à la Côte d’Ivoire, en faisant également remarquer la singularité des relations entre les deux pays. Il a indiqué que la Côte d’Ivoire occupe une place de choix au niveau de la sous-région, notamment au niveau de l’UEMOA et de la CEDEAO, et a tenu à saluer le leadership du Président Alassane Ouattara.
 
Le Président Mohamed Bazoum a également salué la stabilité de la Côte d'Ivoire et relevé l’hospitalité du peuple ivoirien. Il a fait noter que la spécificité de la communauté nigérienne vivant en Côte d’Ivoire est de faire d’importants investissements dans son pays d’origine, le Niger. C’est le modèle de communauté, a-t-il ajouté, que le Niger veut promouvoir à l’extérieur.
 
Il a ajouté avoir entrepris cette visite officielle pour remercier le Président Alassane Ouattara, les autorités et le peuple ivoirien pour cette bienveillance à l’égard des Nigériens, mais aussi pour faire un tour d’horizon des problèmes qui concernent les deux pays, de l’insécurité qui envahi l’espace sous-régional, avec des effets et conséquences totalement inattendus caractérisés notamment par des coups d’Etat dans certains pays ces dernières années.
 
Pour terminer, il a remercié le Chef de l’Etat, le gouvernement et le peuple ivoirien pour la qualité de l’accueil qui lui a été réservé ainsi qu’à sa délégation, à l’occasion de cette visite officielle.
 
Notons que dans la soirée, le Président de la République et la Première Dame, Dominique Ouattara, ont offert un dîner officiel en l’honneur du couple présidentiel nigérien, au cours duquel le Chef de l’Etat nigérien, Mohamed Bazouma été élevé à la Dignité de Grand-Croix et son épouse au Grade de Commandeur de l’Ordre National de Côte d’Ivoire.
mc

Comment