La CPI consacre 520 millions FCFA pour un programme d’assistance aux victimes Côte d’Ivoire

Le Conseil de direction du Fonds au profit des victimes (« le Fonds ») de la Cour pénale internationale (« la CPI » ou « la Cour ») a décidé de lancer un nouveau programme d’assistance en Côte d’Ivoire, afin d’offrir une réhabilitation physique, une réhabilitation psychologique et un soutien matériel aux victimes de crimes relevant de la compétence de la CPI. Le Conseil a pris cette décision dès le premier jour de sa 16e réunion annuelle, ouverte le mardi 16 mai et qui prend fin le 18 mai, note un communiqué de cette instance dont une copie a été transmise à La Diplomatique d’Abidjan (LDA, www.ladiplomatiquedabidjan.com).

 

Le Fonds espère que ces projets d’assistance en Côte d’Ivoire seront opérationnels en 2018 et leur a consacré 800.000 euros (soit 520 millions FCFA) de budget. « Le mandat du Fonds consiste à tenir la promesse universelle de justice réparatrice faite par le Statut de Rome aux victimes de crimes relevant de la compétence de la CPI. Au titre de son mandat d’assistance, le Fonds peut par ailleurs aider à la réconciliation. Nous sommes conscients que la Côte d’Ivoire a un besoin immense et urgent d’assistance.  Aujourd’hui, le Conseil a franchi une première étape importante en vue d’aider les survivants en Côte d’Ivoire à remédier aux préjudices qu’ils ont subis, reconstruire leur vie, prendre le chemin de la guérison, retrouver leur dignité et créer un avenir meilleur », explique Mama Koité Doumbia, membre du Conseil de direction du Fonds.

Cette décision porte aujourd’hui à trois le nombre de pays relevant d’une situation dont la CPI est saisie et où le Fonds apportera le soutien nécessaire aux victimes et à leur famille dans le cadre de son mandat d’assistance, dont il s’acquitte désormais non seulement en République démocratique du Congo (RDC) et dans le nord de l’Ouganda, mais également en Côte d’Ivoire.

Mission d’évaluation du Fonds

Conformément à son Règlement, le Fonds a mené à bien une évaluation préliminaire en janvier et février 2017 pour étudier la possibilité de lancer un programme d’assistance en Côte d’Ivoire. Dans le cadre de la visite sur le terrain, l’équipe chargée de l’évaluation s’est rendue à Abidjan, la capitale, et dans 11 localités du centre, de l’ouest et du sud du pays. Elle a rencontré des autorités nationales et locales, y compris des membres du ministère chargé de la gestion des réparations, des associations de la société civile, notamment des associations de victimes, des représentants de la communauté internationale, des chefs communautaires, ainsi que des victimes et des membres de leur communauté.

 

L’évaluation avait pour objectif de mieux comprendre la situation des victimes de crimes relevant de la compétence de la CPI en Côte d’Ivoire, qui couvre la période allant du 19 septembre 2002 à ce jour, et d’évaluer la possibilité d’une intervention du Fonds en faveur des victimes et leur famille ayant subi des préjudices physiques, psychologiques et/ou matériels en raison de ces crimes. 

Auteur:
Armand Tanoh

LDA Newsletter

Ne ratez rien de l'actualité en continue, soyez aux premières loges des dernières news sur LADIPLOMATIQUE D'ABIDJAN